RSS Feed
  1. Contre les violences policières et pour le droit de manifester

    Écrit le 11 mars 2019 par Éric Thouzeau

    Je reproduis ici un communiqué de la Gauche démocratique et sociale (GDS44) à propos des violences policières et du droit de manifester.

    Après le Conseil de l’Europe et le Défenseur des Droits,  Michelle Bachelet Haut commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme, rappelle la France à l’ordre pour un « usage excessif de la police » et lui demande une enquête approfondie. Blessures à la tête, main arrachée, œil perdu, joue explosée, manifestants gazés, … Un pallier a été franchi dans l’usage de la force par la police.

    La Gauche démocratique et sociale (GDS 44) dénonce ces violences policières pour réprimer les manifestations de Gilets Jaunes notamment. Et même si Macron réfute le terme de « violences policières », de nombreux témoignages attestent de cette répression, la plus forte depuis celle des manifestations contre la Guerre d’Algérie. Et pourtant, depuis, la France a connu d’autres épisodes de mouvements forts avec Mai 1968, les grèves de 1995, les émeutes de 2005… Lire la suite…


  2. En mars, on lutte et converge !

    Écrit le 7 mars 2019 par Éric Thouzeau

    Le gouvernement ne semble pas pressé d’annoncer les conclusions qu’il tire du « grand débat national ». Censé se terminer le 15 mars. Macron entend jouer les prolongations en poursuivant sa tournée électorale au-delà. Edouard Philippe lucide prévient déjà « Le risque déceptif est important quant à la sortie » (1).

    Le gouvernement n’entend pas changer sa politique économique. C’est ce que confirme le discours d’Edouard Philippe devant l’autorité de la concurrence. Le Premier ministre s’y est explicitement référé  à Friedrich von Hayek, un des pères du néo-libéralisme. Le fondement de cette idéologie est d’utiliser l’État pour assurer la suprématie du marché sur la société (2).

    Les raisons intactes de la colère

    Faire de l’Etat le garant de la marchandisation de la société, c’est ce qui amène aux reculs des services publics dans les territoires. La concurrence généralisée c’est aussi une pression permanente à la baisse sur les salaires et les emplois. Tout le contraire de ce que réclament les gilets jaunes et les syndicats : la hausse des salaires et le refus des fermetures d’entreprises rentables (Ascoval, Ford, Saipol…). Les revenus des salariés (en activité ou à la retraite) ont stagné ou régressé pendant une décennie (2008-2018). L’emploi s’est dégardé et la précarité a augmenté. Voilà le bilan des politiques néo-libérales d’austérité ! Lire la suite…


  3. Elus locaux et entreprises privées

    Écrit le 4 mars 2019 par Éric Thouzeau

    Le développement économique est une compétence principalement dévolue aux Régions, mais toutes les collectivités locales s’en préoccupent. Elus locaux et « monde économique » se côtoient donc nécessairement. Or le rapport entre  les entreprises privées et les élus locaux est peu débattu à gauche. Cet article tente d’aborder quelques aspects de cette question (1) : les entreprises créent-elles l’emploi ? Aides publiques sans contrepartie ? Quelles évolutions de l’appareil productif (grands groupes, sous-traitants, start-up) ? Tenir les intérêts privés à distance ?

    Ce ne sont pas les entreprises qui créent l’emploi 

    L’offensive idéologique des néo-libéraux a d’abord constitué à faire passer pour des évidences ce qu’on pourrait aujourd’hui appeler des « fake-news ». Parmi elles, cette idée reçue que l’on entend partout : « ce sont les entreprises qui créent l’emploi ».  Or l’emploi dépend de la conjoncture économique, un processus social d’ensemble.  Les carnets de commande ne dépendent pas de chaque entreprise individuelle. Sans politique publique (infrastructures, éducation, santé, recherche…), les entreprises privées peineraient à se développer. Une évidence qu’il vaut mieux rappeler. La dépense publique n’est pas seulement créatrice d’emplois publics, elle  aide aussi au développement de l’emploi privé (2). Lire la suite…


  4. Soutien à l’acte XVI

    Écrit le 28 février 2019 par Éric Thouzeau

    Je reproduis ici in communiqué de presse de soutien à l’acte XVI des Gilets jaunes émanant de 11 associations, syndicats et partis de Loire-Atlantique, dont la Gauche démocratique et sociale (GDS 44).

    D’actes en actes, la colère reste légitime. Les organisations associatives, syndicales et partis politiques ci-dessous, appellent à être présents à la l’acte XVI de la mobilisation des Gilets Jaunes ce samedi à Nantes, 13h, à la croisée des trams de Commerce. Nous serons présents sous une banderole commune « Justice sociale et climatique, même combat ! »

    Face au rouleau compresseur néolibéral de la politique gouvernementale, accentuant les inégalités sociales et la destruction de l’environnement. Face à la répression brutale de l’Etat, marquant la volonté d’Emmanuel Macron de faire taire toute contestation sociale. Dans un contexte d’urgence sociale et climatique, il est aujourd’hui indispensable d’exiger un changement de cap radical : vers une société basée sur la refonte d’institutions réellement démocratiques, vers une transformation sociale et écologique qui passe par une autre répartition des richesses et réponde aux besoins exprimés aujourd’hui par les citoyen.ne.s.

    Dans le respect de nos organisations et cadres politiques respectifs, notre présence vise à affirmer notre soutien à ce mouvement social, et à être force de proposition pour changer de système.

    Signataires : UD CGT 44, Solidaires 44, Attac, Alternatiba, Nos causes communes, Génération.S, Gauche républicaine et sociale, Ensemble, Gauche démocratique et sociale, PCF, NPA.


  5. Préparer la saison 2

    Écrit le 27 février 2019 par Éric Thouzeau

    Le premier ministre ressort les vielles lubies de la droite. Il faudrait des contreparties aux aides sociales. Bien sûr, la droite n’exige jamais  de contreparties au patronat pour toutes les aides qu’il reçoit. Or il y a bel et bien un véritable assistanat du patronat français par l’argent public. Plutôt que  de diminuer les dépenses publiques utiles (santé, éducation,…),  il serait plus raisonnable de baisser les subventions publiques aux grandes entreprises et d’imposer davantage les plus riches. C’est ce que refuse Macron, tant il est le commis des milieux économiques de la banque, de la finance et des grands groupes privés.

    Le 16 mars : manifs « fin du grand débat » et climat

    La sortie du « grand débat » est un rendez-vous majeur. Les Gilets jaunes comme une majorité d’habitants de ce pays sont sans illusion sur les conclusions qui vont être tirées par le pouvoir. Rien à attendre sur l’ISF, sur une fiscalité plus juste, sur la hausse des salaires, des pensions set des minima sociaux. Le 16 mars, c’est la « saison deux » du mouvement social initié le 17 novembre dernier qui s’annonce. Episode 1 de cette saison 2, une grande manif à Paris est en préparation.

    Le 16 mars, c’est aussi une nouvelle marche pour le climat qui se prépare (place de la République à Paris). La veille, 14 organisations de jeunesse appellent les lycéens et les étudiants à la grève dans tout le pays « pour le climat », en lien avec la mobilisation internationale qui se développe sur ce thème. Réchauffement climatique, destruction de la biodiversité, pollution  sont les moteurs de cette mobilisation croissante. Si la lutte contre la guerre du Vietnam a amené dans les années 60/70 du siècle précédent beaucoup de jeunes à lutter contre un capitalisme fauteur de guerre, aujourd’hui c’est le capitalisme destructeur de la planète qui est mis en accusation. Lire la suite…