RSS Feed
  1. L’heure est encore aux propositions pas aux candidatures

    Écrit le 26 mai 2016 par Éric Thouzeau

    Photo Patrice MOREL

    Photo Patrice MOREL

    Le PCF 44 m’a invité à participer à une table-ronde dont le titre était « Vers un Front populaire du 21ème siècle ». C’était le 16 mai dernier à la fête des Nouvelles de Loire-Atlantique (le journal du PCF 44). Je développe ici un certain nombre d’éléments que j’ai abordés à cette occasion. L’heure est encore au débat, pas aux candidatures pour 2017.

    Les années 30 du 20ème siècle ont vu une crise majeure du capitalisme (krack boursier puis crises bancaires), des politiques déflationnistes entraînant ensuite un chômage massif, le tout dans un contexte de montée des fascismes. Dans ces années là, la gauche française (SFIO / PCF) est divisée tout comme le mouvement syndical (CGT / CGTU). La montée de l’extrême-droite pousse alors la gauche à une certaine forme d’unité. Ce sera facilité par la volte-face de Staline qui change d’orientation (d’une politique criminelle de dénonciation des sociaux-démocrates traités de sociaux-fascistes à une stratégie de Front populaire). Le 3 mai 1936, le « Front Populaire » remporte les élections. Le 11 mai la grève générale démarre. S’il y a un enseignement majeur de cette période, c’est bien que sans rassemblement, la gauche est impuissante, mais qu’il faut aussi que la mobilisation sociale soit au rendez-vous. Lire la suite…


  2. On lâche rien !

    Écrit le 25 mai 2016 par Éric Thouzeau

    On-lache-rien-2Le mouvement pour le retrait de la loi El Khomri dure, s’étend, cherche de nouvelles formes d’action : « On ne lâche rien » ! Le 26 mai, il faut répondre massivement à l’appel de l’intersyndicale pour cette nouvelle journée de grèves et de manifestations ( à Saint Nazaire, 10h rond-point Herbins, zone Auchan ; à Nantes, 15h RDV arrêt Haluchère tram1, départ face à Saunier Duval).

    Journées d’action, blocages et perspective d’une manifestation nationale le 14 juin vont permettre au mouvement de persister. Si cela est possible, c’est que cette lutte est soutenue par une grande majorité des salariés du pays. Mais ils sont aussi nombreux à dire : « On voudrait bien faire grève nous aussi, mais on n’a pas les moyens » (1). Les actions menées ont pour but de les convaincre que leur intérêt est de rentrer eux aussi dans l’action. Car l’action paie : les routiers ont obtenu d’être exclus de la loi El Khomri sur le paiement du temps de travail (et donc des heures supplémentaires). Tout comme avant eux, les intermittents avaient obtenu satisfaction en occupant les salles de spectacles, les théâtres. Le gouvernement est impopulaire, il est faible, il craint plus que tout une généralisation des grèves. Lire la suite…


  3. L’artice 49-3 ne passe pas ( Télénantes 11/ 05 / 16 )

    Écrit le 12 mai 2016 par Éric Thouzeau

    Hier j’ai répondu à Télénantes à propos de ma prise de position en faveur de la censure de la politique du gouvernement Valls qui tente de faire passer en force un projet de loi minoritaire dans le pays et au Parlement.

    Le mouvement social se poursuit. Nous devrons tenter de déposer une nouvelle motion de censure lors du retour du texte devant l’Assemblée nationale. Lire la suite…


  4. Il faut censurer cette politique !

    Écrit le 11 mai 2016 par Éric Thouzeau

    1C’est un déni de démocratie, une nouvelle offense aux valeurs de la gauche. Hollande le clamait haut et fort il y a 10 ans : «Le 49.3 est une brutalité, le 49.3 est un déni de démocratie, le 49.3 est une manière de freiner ou d’empêcher le débat parlementaire.»

     Depuis février, le 49-3 est envisagé par Valls sur la loi travail. C’est lui qui avait ajouté cette menace dans une interview d’El Khomri pour mettre la pression.

    Il a ensuite manœuvré face à la mobilisation sur le net et dans la rue.

    Si des modifications sont intervenues, le cœur du projet est resté l’inversion de la hiérarchie des normes. C’est une loi qui est à rebours de l’histoire du Code du travail demandé avec force par le Medef.

    C’est une de ces fameuses réformes structurelles exigées par les libéraux de Bruxelles que Hollande n’a jamais voulu combattre avec son renoncement initial de juillet 2012 de ne pas renégocier le TSCG. Lire la suite…


  5. 1er Mai : l’appel des 100 à une irruption citoyenne

    Écrit le 2 mai 2016 par Éric Thouzeau

    Le projet de loi El Khomri est minoritaire dans le pays. Il n’a même pas de majorité à l’Assemblé nationale selon Christophe Sirugue, le rapporteur socialiste. François Hollande, Manuel Valls, Emmanuel Macron doivent donc renoncer le plus vite possible à se fourvoyer davantage dans un entêtement suicidaire, comme cela a déjà été le cas sur la déchéance de nationalité.

    Quoi qu’il en soit, le fossé est maintenant grand entre une majorité de l’électorat de gauche et l’exécutif. Nul ne peut donc raisonnablement prétendre que François Hollande, pas plus que l’un de ses ministres, peut être considéré comme un candidat naturel de la gauche. Pour éviter l’élimination de la gauche au premier tour des présidentielles, il faut un candidat de la gauche en mesure de rassembler la gauche et donc, selon moi, des primaires de la gauche et des écologistes. Mais avant de parler candidature, il faut définir un socle commun, une plateforme. C’est le sens de l’appel paru ce week-end et dont je suis signataire. Lire la suite…