RSS Feed
  1. Aux urnes citoyens de gauche !

    Écrit le 19 janvier 2017 par Éric Thouzeau

    Gérard Filoche et Arnaud Montebourg à la rencontre de salariés de Mac Do

    Citoyennes et citoyens de gauche, nous avons très mal vécu ce quinquennat. Nous voulons retrouver notre fierté d’être de gauche, c’est à dire partisans de l’égalité et de la répartition des richesses.

    Aides aux entreprises sans contrepartie, déchéance de nationalité, loi El-Khomri, salaires bloqués, chômage (catégories A,B,C,D) en hausse : nous femmes et hommes de gauche, dans notre très grande majorité,  nous avons souffert de voir cette politique mise en œuvre.

    Parce que nous ne voulons pas la victoire de la droite et de l’extrême-droite en mai prochain, il nous faut une gauche de gauche, une gauche qui unisse et non qui divise. C’est le moment de le dire dimanche prochain.

    La primaire citoyenne « ouverte à la gauche et aux écologistes » est une occasion unique de se faire entendre. En Loire-Atlantique, il y aura 145 bureaux de vote (ouverts de 9h à 19h) tenus par un millier de bénévoles . En s’y rendant massivement, nous pouvons exprimer notre refus de la politique menée par Manuel Valls, son 49-3 et sa loi El-Khomri. Lire la suite…


  2. Pourquoi je voterai Montebourg

    Écrit le 16 janvier 2017 par Éric Thouzeau

    le-social-au-coeurBattre Valls à la primaire citoyenne est nécessaire pour tourner la page du quinquennat Hollande et si l’on veut qu’il y ait encore une chance que la gauche se rassemble et soit présente au deuxième tour de la présidentielle. Benoît Hamon et Arnaud Montebourg sont deux candidats qui peuvent permettre de remplir cet objectif. J’explique ici pourquoi je viens de décider de voter pour Arnaud Montebourg.

    Je ne peux que regretter la mise à l’écart de cette primaire de Gérard Filoche qui était le mieux à même de représenter cette gauche sociale bien vivante dans notre pays. Le groupe dirigeant le Parti socialiste a préféré retenir De Rugy, Benhamias à la tête de micro-organisations sans aucune base militante et électorale mais qui ont donné l’assurance qu’ils se désisteront au deuxième tour de la primaire pour Valls, tout comme Sylvia Pinel d’ailleurs. Lire la suite…


  3. Battre Valls à la primaire

    Écrit le 3 janvier 2017 par Éric Thouzeau

    primaires_citoyennes_ps_2017La direction du Parti socialiste n’a pas voulu de la candidature de Gérard Filoche à la primaire. Elle préfère celles de François De Rugy et Jean-Luc Benhamias à la tête de micro-organisations sans assise militante et électorale. Il est vrai que ces deux-là ont soutenu François Hollande jusqu’au bout et se rallieront sans peine à Manuel Valls.

    La candidature de Gérard Filoche, c’est l’irruption du mouvement social au sein du débat politique de la gauche. Plus de 6 mis de campagne, le « social au coeur »,  ont permis de rassembler des milliers de soutien. Oui, la gauche est bien vivante malgré la politique menée par le trio Hollande-Valls-Macron. Une candidature défendant les petits salaires, les petites retraites, une candidature répondant  aux urgences sociales et écologiques, voilà ce que craignent Jean-Christophe Cambadelis et Manuel Valls. Qu’à cela ne tienne ! Nous continuerons à mener campagne, et appellerons à battre Valls et sa politique. Oui il faut être nombreux à voter les 22 et 29 janvier. Le choix se fera entre la droite du PS ou la gauche du PS (*). De cette primaire dépend ou non la possibilité d’un rassemblement ultérieur de la gauche. Un programme commun de gouvernement avec Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon sera possible si Manuel Valls et ses amis sont battus à la primaire. Lire la suite…


  4. Contre la manipulation de la science par des industriels

    Écrit le 3 janvier 2017 par Éric Thouzeau

    stop_aux_perturbateurs_endocriniensJe reproduis ci-dessous un article écrit pour la revue mensuelle Démocratie&Socialisme. Depuis, la Commission européenne a renoncé à soumettre au vote sa proposition de réglementation des perturbateurs endocriniens. Il existe pourtant une disposition d’un règlement européen de 2009 sur les pesticides visant à interdire l’interdiction des pesticides identifiés comme perturbateurs endocriniens.

    « Halte à la manipulation de la science » : ainsi sʼintitule une tribune parue dans Le Monde du 29 novembre dernier et co-signée par une centaine de scientifiques. Ils appellent à prendre des mesures urgentes pour prévenir des dangers des perturbateurs endocriniens pour lʼhomme et lʼenvironnement.

    Plus encore, ils dénoncent les manœuvres visant à dénaturer les acquis de la recherche. « Après les climato-sceptiques qui contestaient les preuves scientifiques de l’origine humaine dans le réchauffement climatique, ces produits chimiques sont aujourd’hui la cible des « marchands de doute » », peut-on lire dans cet appel. Les perturbateurs endocriniens (PE) sont des substances chimiques dʼorigine naturelle ou artificielle, étrangères à lʼorganisme. Elles peuvent interférer avec le fonctionnement du système endocrinien et induire des effets néfastes sur lʼorganisme dʼun individu ou sur ses descendants. Lire la suite…


  5. 8ème semaine de grève à la polyclinique

    Écrit le 30 décembre 2016 par Éric Thouzeau

    img_0152Les salariées (majoritairement des femmes) entament leur 8ème semaine de grève à la polyclinique de l’Ormeau à Tarbes. Elles se heurtent à l’intransigeance du groupe Medipôle-Partenaires. D’où cette lettre-pétition adressée à Marisol Touraine dont je suis un des signataires et que j’invite à signer sur change.org.

    Madame la ministre,

    Nous avons décidé de vous adresser ce courrier entre les deux réveillons car il y a urgence pour les l’Ormeau, et vous devez agir !
    L’Ormeau est le nom d’une polyclinique de Tarbes où les personnels sont en grève depuis le 8 novembre dernier.
    50 jours de grève c’est long. Encore plus quand un mouvement a lieu pendant les fêtes de fin d’année. Et ce sont majoritairement des femmes, dont beaucoup sont mères de famille, et même grand-mères, qui sont la force motrice de ce mouvement.
    Pourtant les salariés ne faiblissent pas. Sûrement parce qu’au cœur de leur lutte il y a la conviction qu’il est primordial de défendre l’accès aux soins pour tous et qu’au cœur de leurs exigences, il y a celle d’avoir les moyens d’assumer leur mission. C’est pourquoi ils réclament la revalorisation de leurs salaires sur une grille de salaires démarrant au niveau Smic et la reconnaissance de leurs qualifications et de leurs expériences. Lire la suite…