RSS Feed
  1. Ruralité : un pacte régional de régression

    Écrit le 24 juin 2016 par Éric Thouzeau

    pacte pour la ruraliteüLors de la session des 23 et 24 juin, le Conseil régional des Pays de la Loire a débattu d’un pacte pour la ruralité proposé par la majorité de droite et contre lequel les groupes socialiste et écologiste ont voté. Je reproduis ici l’intervention que j’ai faite au nom du groupe socialiste(1).

    Deux remarques, et une appréciation générale sur le Pacte.

    Première remarque, sur la mesure 26. Vous avez décidé de mettre en place un fonds d’aides aux territoires qui s’engagent en faveur de la reconstruction ou de la rénovation de leurs écoles. A ce propos, le diable – si j’ose dire – étant dans les détails, il s’agit bien d’investissements dans les seules écoles publiques ? J’avoue (peut-être devrais-je dire je confesse) que nous restons vigilants : après le discours du président de votre parti, Monsieur le président, pour qui, et je cite : «  Nommer les choses sans détour. Nommer le réel. Dire que la France est un pays d’empreinte et de tradition chrétiennes, un pays qui est né du baptême de Clovis il y a plus de 1500 ans. Un pays d’églises, de cathédrales, d’abbayes, de calvaires. Un pays dont tant de grands philosophes furent des penseurs chrétiens. » On voit, Monsieur le Président, que vous accordez beaucoup d’attention aux églises, aux chapelles, à l’enseignement privé dans cette session du Conseil régional. Que le christianisme ait longtemps marqué notre pays est une évidence, mais c’est aussi un pays où les luttes contre la domination de l’église catholique ont été nombreuses et victorieuses. Cela a autant façonné notre pays au point qu’il est devenu une République laïque où toutes les religions de même que l’athéisme et l’indifférence vis-à-vis des religions ont droit de cité. Pour revenir à la mesure 26, le président de la commission Territoires nous a confirmé en réunion de commission qu’il s’agissait bien des seules écoles publiques(2). Nous nous sommes permis de le préciser dans un amendement ! Il n’y a dans mon propos aucune connotation anti-religieuse. Je peux vous dire, par exemple, que j’ai apprécié cet article d’un prof de philo catholique qui explique pourquoi il participe au Hellfest tous les ans (article paru à la fois dans l’hebdomadaire La Vie et dans Presse-Océan). Lire la suite…


  2. Lever le dernier obstacle à une primaire de toute la gauche

    Écrit le 19 juin 2016 par Éric Thouzeau

    Rouge-Rose-Vert

    Rouge-Rose-Vert

    Nous venons de gagner une première manche : même le groupe dirigeant le PS est obligé de reconnaître que François Hollande n’est pas le « candidat naturel » pour 2017. D’ailleurs comment faire autrement quand le sentiment que le Président ne doit pas se représenter est partagé par une immense majorité de citoyens : seuls 7% des Français souhaite que Hollande se représente (1) ! Se représenter contre l’avis de 93% serait un suicide politique. Cette évidence va s’imposer au cours des semaines à venir. Et le dernier obstacle à une primaire de toute la gauche sera alors levé (2).

    Le quotidien Le Monde n’est plus et depuis longtemps le journal français de référence qu’il a été. Pour preuve un article titré « La lente agonie de la primaire » (3). Cet article reprenait la dernière parade tentée par Cambadélis (soutenu par L’Elysée) pour empêcher une primaire : convoquer un congrès extraordinaire du PS  à l’automne pour modifier les statuts du parti qui prévoient des primaires pour désigner le candidat à l’élection présidentielle.  Or un exécutif aux abois, lessivé notamment par plusieurs mois de mouvement social maintenu, n’a pas réussi à imposer un non-respect des statuts. La manœuvre a échoué, et voilà le groupe qui dirige le PS (sans plus aucune majorité depuis le départ des aubrystes du secrétariat national) contraint d’accepter une primaire. Bien sûr Cambadelis, roué aux manœuvres d’appareil,  tente de présenter sa reculade en coup de maître. Le journal Le Monde emboîte le pas et parle de « primaire taillée sur mesure pour le chef de l’Etat »(4).  Cet argument est tout droit sorti des « éléments de langage » de Solférino. C’est tellement vrai que le Journal du Dimanche, quant à lui, titre : « Primaire PS taillée sur mesure »(5) avec une photo pleine page de François Hollande.  Même source, même soumission au pouvoir en place. Les directions de ces grands journaux portent atteinte à la déontologie journalistique avec de telles méthodes ! Lire la suite…


  3. Agir pour l’égalité de tous les territoires

    Écrit le 7 juin 2016 par Éric Thouzeau

    Logo PS régionalJe reproduis ici un communiqué du groupe « socialiste, écologiste, radical et républicain » du Conseil régional des Pays de la Loire que j’ai cosigné avec mes collègues de la Commission « Territoires, ruralité, santé, environnement ». Il s’agit d’annoncer nos propositions dans le cadre du débat en faveur d’un « pacte pour la ruralité » lancé par la droite régionale.

    La majorité de droite du Conseil régional a annoncé qu’elle présentera, lors de la prochaine session du Conseil régional des 23 et 24 juin, un pacte pour la ruralité. Notre groupe partage la nécessité d’agir pour lutter contre les inégalités territoriales, nous sommes en revanche en désaccord avec la voie choisie par la droite régionale pour trois raisons essentielles :

    • Il faut privilégier le développement solidaire des territoires, villes et campagnes. Les territoires sont de plus en plus interdépendants, il faut donc agir sur les liens qu’ils entretiennent. Le « saucissonnage territorial » qui consiste à séparer la ruralité de l’enjeu du développement territorial ne nous paraît pas pertinent. Nous préconisons donc l’adoption d’un pacte pour l’égalité des territoires, plus adapté à la réalité.
    • Il n’existe pas une mais plusieurs ruralités. Les campagnes proches des villes ne rencontrent pas les mêmes problématiques que les territoires à très faible densité. Il faut maintenir une diversité d’outils et de modes d’approche.
    • Les territoires ruraux ne sont pas des territoires tournés vers le passé mais vers l’avenir. Nombre d’entre eux fourmillent de projets qui ne demandent qu’à être accompagnés. Il faut cesser de les considérer comme des territoires en perdition mais les aborder au contraire comme des territoires d’innovation économique, écologique et sociale s’inscrivant pleinement dans la dynamique régionale.

    Lire la suite…


  4. Hellfest, Cinépride, Conf : les coupes du sécateur-président

    Écrit le 2 juin 2016 par Éric Thouzeau

    SécateurLe conservatisme du sénateur-président du Conseil régional des Pays de la Loire n’est plus à démontrer. Malheureusement plusieurs décisions récentes viennent de le confirmer.

    La droite régionale fait malheureusement  parler d’elle. Après avoir supprimé la subvention au festival du Hellfest (musique métal), elle s’est attaquée au festival Cinépride. Rien de bien étonnant quand on connaît la matrice idéologique du sénateur-président Retailleau et de son entourage (notons que l’UDI n’y a rien trouvé à redire). Et on peut craindre que ce ne soit qu’un début. Il faut donc rester très vigilant par exemple sur le Pass contraception. Il suffit de lire la prose du président de Sens Commun (le bras politique de la manif pour tous), qui est également conseiller régional des Pays de la Loire, sur le sujet de ce Pass Contraception : « notre position est là encore très claire et connue depuis longtemps : nous y sommes opposés, dans la mesure où il viole la liberté éducative des parents (ce pass étant délivré à l’insu des parents) et déresponsabilise les jeunes ». Il n’a pour l’instant pas été suivi, mais vigilance ! Lire la suite…


  5. Une mauvaise loi, ça se retire !

    Écrit le 2 juin 2016 par Éric Thouzeau

    CfipD43WwAAC_DFSur la loi El Khomri, le gouvernement est totalement minoritaire. Dans le pays (toutes les enquêtes d’opinion le confirment) et  au Parlement (utilisation du 49-3). Mais également dans le mouvement syndical.Le problème de cette loi, ce n’est pas un, deux ou trois articles mais bien son objectif inavoué : sa volonté de baisser les protections des salariés.

    L’opposition de la CGT, de FO et de Solidaires est connue. Celle de la CFE-CGC est maintenant affichée. Et tout le monde connaît les fortes réserves de l’UNSA sur l’inversion de la hiérarchie des normes. Certaines de ses fédérations vont jusqu’à demander le retrait de la loi comme la fédération des transports de l’UNSA (1). Alors, oui il est temps d’ouvrir enfin de vraies négociations ! Il faut que le gouvernement s’engage à ne pas utiliser le 49-3. Et le plus sage serait de retirer le projet de loi, suspendre les débats parlementaires et discuter enfin avec les organisations syndicales. Un simple coup de fil du premier ministre après plus de trois mois de conflit ne suffit pas. Pour certains observateurs, la discussion ne devrait porter que sur l’article 2 ( l’accord d’entreprise pouvant être moins favorable aux salariés que l’accord de branche). D’autres ajoutent, les articles sur les licenciements comme le 13 (2) et le 30. Trois ou quatre articles modifiés et la loi deviendrait une loi de gauche ? Rien n’est moins sûr. Prenons deux exemples : l’article 27bis, et l’article 52. Lire la suite…