RSS Feed
  1. Une tentative de récupération sordide

    Écrit le 22 octobre 2022 par Éric Thouzeau

    Je reproduis ici un communiqué commun Avec, Ensemble, EELV, GDS et PS

    Nous refusons et nous opposons à cette tentative de récupération

    raciste, sordide et scandaleuse

    Le crime commis à Paris contre Lola est abominable. Comme l’immense majorité de la population, nous partageons le deuil de sa famille, de ses proches et des élèves de son collège. Ainsi que l’aspiration de ses parents « à la paix et au recueillement » pour faire le deuil « dans un esprit de sérénité et de calme, loin des agitations politiques et médiatiques ».

    Or, l’extrême droite et une partie de la droite s’en emparent dans une tentative de récupération aussi sordide que scandaleuse. Cela s’est vu à Nantes, où l’extrême droite a manifesté jeudi soir sa haine des migrantes et des migrants, accusé.e.s de tous les méfaits et où des responsables de la droite régionale LR se répandent sur les réseaux sociaux en des termes proches.

    Au-delà de l’indignation que suscite cette tentative de récupération raciste, elle est stupide : des crimes monstrueux existent hélas dans notre société, et ils sont commis par des individus d’origines, de classes et de cultures diverses.

    Nos organisations condamnent et dénoncent ces tentatives morbides de récupération de ce crime par les héritiers du fascisme du XXème siècle et par la droite LR, en particulier par le sénateur-conseiller régional des Pays de la Loire Bruno Retailleau. Et, n’en déplaise à ces faiseurs de haine, nous continuerons d’agir pour défendre les conditions de vie des celles et ceux qui arrivent ici chassée.e.s par les misères, les guerres ou les catastrophes climatiques.

    Nantes le 22 octobre 2022

    ENSEMBLE !, Europe Ecologie Les Verts, France Insoumise,


  2. Boycottons la coupe du monde !

    Écrit le 21 octobre 2022 par Éric Thouzeau

    Je reproduis ici un communiqué commun GDS44-Ensemble44.

    Dans très exactement un mois débutera au Qatar la Coupe du Monde de football.

    Attribuée au Qatar dans des conditions douteuses avec de forts soupçons de corruption que la justice instruit encore aujourd’hui, cette Coupe du Monde se déroulera du 21 novembre au 18 décembre. Les matchs se joueront dans des stades climatisés, construits par ailleurs uniquement pour l’occasion. Aucun public ne viendra à nouveau les remplir une fois la Coupe du Monde 2022 terminée.

    Ce non-sens écologique est critiqué depuis l’attribution de la Coupe du Monde. Les ONG ne cessent par ailleurs depuis plusieurs années de dénoncer les conditions de travail inhumaines sur les chantiers ayant entraîné le décès de plusieurs milliers de travailleurs. Amnesty international fait état d’un accroissement des restrictions à la liberté d’expression à l’approche de cet évènement planétaire.

    Pour toutes ces raisons de plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer la tenue de cette Coupe du Monde dans ces conditions. Nous n’acceptons pas le silence autour de ces conditions désastreuses.

    Nous appelons chacune et chacun à agir à son niveau (individus, clubs sportifs, institutions…) pour dénoncer les atteintes aux libertés, aux droits fondamentaux des femmes et des hommes.

    Lire la suite…

  3. En réaction au communiqué de G.Darmanin et J.Rolland

    Écrit le 5 octobre 2022 par Éric Thouzeau

    Je reproduis ici un communiqué de Nadège Boisramé et Marlène Collineau (élues GDS de Nantes) au nom de la Gauche démocratique et sociale (GDS44).


    La sécurité pour toutes et tous est l’une des conditions à l’effectivité de l’exercice de nos libertés. Permettre que chacune et chacun puisse vivre en paix, en faisant des choix et en les réalisant, voilà l’objectif politique.


    Nous sommes du côté des victimes.


    Hier soir, le ministre de l’Intérieur a décidé l’affectation d’une unité de forces mobiles en sécurité publique. Pour la Gauche démocratique et sociale (GDS), l’arrivée à Nantes de forces spécialisées dans le maintien de l’ordre ne répond pas aux demandes répétées des effectifs de la police nationale qui réclament des services d’enquête. À Nantes, nous avons besoin d’un service régional de police judiciaire. Côté justice, pas une annonce à ce stade. Il est pourtant urgent d’accéder aux demandes des professionnels qui demandent 24 magistrats et n’en ont obtenu qu’un ! Personne ne se leurre. Pour faire tomber les trafics d’armes et de drogues, il faut avec une police formée, dédiée, dont ce sont les missions. Il faut ensuite un relais judiciaire efficace. Ces réponses, pour lutter contre les réseaux, sont plus longues à mettre en place. Elles nécessitent d’ouvrir, dès à présent des places dans les formations des métiers et de la justice. Elles ne s’inscrivent pas dans l’immédiateté et le buzz. Elles sont pourtant la condition sine qua non ! Sinon la situation perdurera.


    L’arrivée de CRS, spécialisés dans le maintien de l’ordre, ne remplacera pas la police de proximité, ancrée dans les territoires, qui a la connaissance des habitantes et des habitants. Une police qui joue un rôle préventif en lien avec les acteurs locaux. Le Ministre de l’Intérieur Sarkozy a supprimé la police de proximité, préférant les polices plus spectaculaires, dites d’intervention. Mais nous ne
    sommes pas au théâtre, la population subit ces choix. La situation d’aujourd’hui est notamment la conséquence de cette police du quotidien. Il faut que la chaîne soit complète, de la police de proximité aux magistrats, en passant par la police judiciaire.

    Deuxième annonce du Ministre :

    L’ouverture d’un centre de rétention administrative en Loire-Atlantique est annoncée par le Ministre de l’intérieur. Les CRA sont des centres d’enfermement pour les personnes en attente de leur expulsion du territoire. Nous savons que la Cour Européenne des Droits de l’Homme a condamné la France à plusieurs reprises pour ces conditions de détention. Une situation administrative irrégulière ne constitue pas un délit. Et jamais nous n’empêcherons les femmes et les hommes de fuir un pays où ils sont menacés par la guerre, les conséquences du réchauffement climatique, les mutilations… En revanche, il est urgent de réviser les statuts administratifs afin qu’ils donnent le droit à tous les étrangers de travailler, par exemple.
    Le système administratif ne doit plus fabriquer de précarité économique. Nous nous opposons à l’ouverture de ce centre de rétention administrative qui, en plus d’un amalgame dangereux entre migration et insécurité, n’inquiétera ni les trafiquants, ni les violeurs.

    Enfin, alors même que le gouvernement demande aux collectivités locales de réduire leurs dépenses de fonctionnement de 0,5 % en volume et chaque année à partir de 2023, il n’est pas soutenable de nous demander de recruter toujours plus d’agents de police municipale. De même, il n’est pas soutenable d’ajouter toujours plus de caméras de vidéosurveillance. Elles n’empêchent pas les faits de se produire, elles sont une aide à la résolution d’enquête, financée par la Ville. Là encore, l’État reporte sa compétence sur la collectivité locale qui finance indirectement la police nationale en lui apportant l’aide des caméras de vidéosurveillance. Le Ministre Darmanin vient d’ailleurs d’annoncer pour la première fois que l’Etat va participer à hauteur de 50 % au financement de caméras supplémentaires, preuve qu’il s’agit bien là d’un outil de travail des équipes de la Police Nationale. Recruter des policiers municipaux, financer des caméras, toujours plus, c’est nécessairement réduire les budgets ailleurs.

    Le gouvernement ne peut nous réduire à des équations perdantes pour l’ensemble de la population. Car quelles options s’offrent à nous ? Réduire le nombre d’infirmières scolaires et abdiquer dans la lutte contre les violences majoritaires que subissent les enfants, celles commises par le cercle familial, ou baisser les subventions des associations qui luttent contre l’isolement des personnes âgées, ou ne plus soutenir les projets d’hébergement des personnes en situation d’errance, souvent souffrant de troubles psychiques ou d’addiction ? Le gouvernement nous impose la dépense comme l’austérité. Son cynisme n’est pas à la hauteur des problèmes, bien réels, auxquels la population est confrontée.


    Pour la Gauche Démocratique et Sociale (GDS 44)

     Nadège Boisramé et Marlène Collineau


  4. Social et médico-social : mobilisation le 28

    Écrit le 26 septembre 2022 par Éric Thouzeau

    Je reproduis ici un communiqué de presse de la Gauche démocratique et sociale (GDS 44) de soutien à la mobilisation du 28 septembre dans le secteur social et médico-social.

    Toutes et tous aux côtés des organisations et syndicats du social et du médico-social !

    Les syndicats de salariés du champ social ont lancé des appels à la grève du 22 au 29 septembre. Au-delà, les associations gestionnaires appellent à la mobilisation le 28 septembre.

    Toutes et tous dressent un constat alarmant : budgets contraints, mise en concurrence des prestataires, manque de moyens pour répondre aux besoins croissants de la population…. tout concourt à la dégradation des conditions de travail des salariés et rend de moins en moins attractif le secteur qui peine à recruter.

    Salaires de misère, travail la nuit et le weekend, fort turn-over, impuissance devant les difficultés humaines… les conditions de travail se détériorent. Concrètement, dans les établissements, des services fonctionnent au ralenti et des places sont même fermées en attendant de trouver du personnel !

    Si un pas a été fait avec le Ségur de la santé, tous les professionnels qui travaillent dans les secteurs médical ou médico-social n’ont pu bénéficier des avancées.

    La Gauche démocratique et sociale (GDS 44)  appelle à la revalorisation des métiers du médico-social et à la planification du développement des services sociaux.

    Elle s’associe pleinement aux actions du 28 septembre, notamment à Nantes devant la Préfecture de 14h à 16h.


  5. Retour sur une période riche en débats

    Écrit le 12 juillet 2022 par Éric Thouzeau

    Je reproduis ici un article que j’ai écrit pour le numéro d’été de Démocratie&Socialisme, la revue de la Gauche démocratique et sociale. Il s’agissait de revenir sur les débats qui ont traversé GDS comme toute la gauche ces derniers mois.

    Un document de présentation de la GDS l’annonce clairement : « Les forces de gauche sociale et écologique, représentant le salariat dans sa diversité, sont aujourd’hui dispersées, et nous œuvrons pour qu’elles se reconstruisent un avenir commun. Nous militons pour une maison commune, permettant l’expression des diverses sensibilités ET l’unité d’action ».

    C’est peu dire que l’unité fait partie de l’ADN de la GDS, « le réseau qui se bat pour l’unité de la gauche […] sur un véritable programme de transformation sociale ».

    Le quinquennat de François Hollande, le Président qui a trahi la gauche, a entraîné l’implosion de notre camp. Certaines forces ont alors théorisé que l’unité de toute la gauche n’était plus possible. Conséquence : l’absence de la gauche au deuxième tour des présidentielles de 2017, puis un groupe de députés de la France insoumise (FI) de « seulement » 17 députés après les sept millions de voix qui s’étaient portées sur Jean-Luc Mélenchon aux présidentielles.

    Lire la suite…