RSS Feed

Catégorie : Actualité

  1. Salaires, emplois, impératif écologique et fiscalité

    Écrit le 19 mai 2020 par Éric Thouzeau

    C’est une évidence : c’est la France du SMIC qui a fait tourner le pays pendant le confinement : soignants, éboueurs, routiers, caissière, aides à domicile…Les premiers de corvée n’ont pas été les premiers de cordée tant vantés par Macron et sa bande. Se battre pour les salaires, contre les licenciements est l’urgence de l’heure. C’est possible tout en menant une « stratégie bas-carbone » et en prenant l’argent où il se trouve.

    Augmenter les salaires : 300 euros pour toutes et tous !

    Depuis plus d’un an, les personnels des hôpitaux ont réclamé des moyens et des effectifs, ainsi qu’une revalorisation salariale. Macron leur a répondu « prime et médaille ». Inacceptable ! Ils réclament une revalorisation de 300 euros par mois, et envisagent de repartir à l’action dès le mois de juin.

    Il n’y a pas de meilleure méthode pour taxer le capital et pour réduire les inégalités que d’augmenter les salaires. Mais déjà le ministre le la Santé parle, pour les hospitaliers, d’assouplir les 35 heures si l’on veut mieux rémunérer les soignants. Là aussi, inacceptable ! Lire la suite…


  2. Déconfinons les exigences sociales !

    Écrit le 15 mai 2020 par Éric Thouzeau

    La crise sanitaire n’a pas permis à Macron de mettre fin à son impopularité. Plus de 60% d’insatisfaits, 53% des sondés éprouvent même de la colère vis-à-vis de l’exécutif. L’impréparation du pays face à la pandémie (manque de lits, de personnel soignant, de respirateurs, de blouses, de masques, de gel, de tests) est d’autant plus manifeste et impardonnable que la grève des personnels hospitaliers depuis plus d’un an a été superbement ignorée par le pouvoir.

    Défiance et colère

    La bande à Macron souffre de la faiblesse de la base sociale du bloc bourgeois qui l’a porté au pouvoir « par effraction » (terme utilisé par Macron lui-même). Ses attaques contre le droit du Travail, la violence avec laquelle il a réprimé le mouvement des gilets jaunes ne laissent aucun doute sur la mission qui lui a été confiée : mettre au pas le salariat français et lui imposer le néo-libéralisme contre lequel le pays résiste depuis 30 ans. Lire la suite…


  3. Crise économique et sociale : avancer des réponses de gauche

    Écrit le 6 mai 2020 par Éric Thouzeau

    J’ai participé à un débat en ligne sur « la crise économique et sociale » avec Isabelle Amaglio-Terrisse (LRDG), Frederic Boccara (PCF), Luc Carvounas (PS), David Cayla (économiste), Rayah Metchouh (Génération.s), Adrien Quattenens (LFI), Marie-Noëlle Lienemann (GRS). Pour préparer ce débat, j’ai écris une note que je reproduis ci-dessous. Le débat est à retrouver sur la page facebook de GDS (gds.ds).

    Les alertes des  scientifiques ignorées :

    Depuis près de 20 ans, les scientifiques le disent : les bouleversements des écosystèmes, notamment à cause de la déforestation et de l’urbanisation, perturbent l’habitat de la faune sauvage et suscitent la circulation de nouveaux virus. De même une certaine agriculture et la prolifération d’élevages industriels ont fait des sols et de l’eau des dépôts de déchets. Tout cela  facilite les zoonoses, des maladies transmises aux hommes par les animaux.

    L’extrême dangerosité de la mondialisation néolibérale

    C’est la première fois qu’une pandémie s’est répandue avec une telle rapidité. C’est le résultat d’une circulation sans entraves des capitaux qui a suscité une circulation maximum des marchandises et des humains à travers le monde. Les faiblesses du capitalisme contemporain apparaissent alors crument du fait d’une mondialisation de la production : avant même l’arrivée de la pandémie en Europe, l’arrêt de l’économie en Chine a eu des répercussions immédiates ici. Les économies locales et nationales ont perdu toute autonomie, avec une dépendance assumée à l’égard des fournisseurs situés à l’autre bout de la planète. Lire la suite…


  4. Déclaration de 9 formations de gauche et de l’écologie du 44

    Écrit le 30 avril 2020 par Éric Thouzeau

    A l’initiative de la Gauche démocratique et sociale (GDS44), une réunion unitaire (en visioconférence)  des formations politiques de la gauche et de l’écologie de Loire-Atlantique a réuni  vendredi dernier les principaux responsables de ces organisations. La France insoumise a décliné l’invitation. Le NPA, présent à la réunion, n’a pas souhaité s’associer à la déclaration commune que les 9 autres organisations (Ensemble, Europe écologie les verts, Gauche démocratique et sociale, Gauche républicaine et socialiste, Génération.s, Nouvelle Donne, Parti communiste français, Parti socialiste, Union démocratique bretonne) ont décidé de rendre publique. Des visuels reprenant les principales mesures d’urgence sont également réalisés pour diffusion sur les réseaux sociaux. Après la déclaration d’une trentaine d’associations, syndicats et partis du département, cette nouvelle initiative montre que l’aspiration au rassemblement à gauche se fraie un chemin face à l’urgence des crises sanitaires, sociales, écologiques et démocratiques. E.Th. Lire la suite…


  5. En soutien à Anthony Smith

    Écrit le 27 avril 2020 par Éric Thouzeau

    Je reproduis ici une tribune parue dans Liberation.fr dont je suis signataire.

    Depuis le 15 avril 2020, Anthony Smith, inspecteur du travail du département de la Marne, ancien secrétaire général de la CGT TEFP et membre de son bureau national, représentant des inspecteurs.trices du travail au Conseil National de l’Inspection du Travail, ne peut plus exercer ses missions de protection de la santé et de la sécurité des travailleurs.euses. Il a en effet été mis à pied par la Ministre du Travail Muriel Pénicaud et fait l’objet d’une procédure disciplinaire.

    Que lui est-il reproché ? Selon le ministère du travail, d’avoir « méconnu de manière délibérée grave et répétée les instructions de l’autorité centrale du système d’inspection du travail concernant l’action de l’inspection durant l’épidémie de COVID 19 ». En fait, après le rappel des obligations légales resté sans effet, d’avoir initié sans l’aval de sa hiérarchie une procédure de référé afin que soit prescrit notamment l’utilisation de masques pour les salarié.es d’une structure d’aide à domicile, particulièrement exposées au COVID 19 du fait de leur activité, et d’avoir adressé des lettres de rappel de la règlementation à d’autres entreprises de son secteur demandant là encore notamment la fourniture d’équipements de protection individuelle pour les travailleurs/euses. Lire la suite…