RSS Feed

Catégorie : Actualité

  1. La bataille pour le rassemblement à gauche

    Écrit le 13 septembre 2018 par Éric Thouzeau

    Je reproduis ici un article que j’ai écrit pour le numéro de septembre de la revue Démocratie&Socialisme

    Le pouvoir macronien a perdu de sa superbe. Comment le sanctionner lors du prochain rendez-vous électoral, celui des européennes de mai 2019, sans enrayer la dispersion de la gauche et sans proposer une orientation de gauche pour une Europe qui rompe avec le cours libéral de l’Union ? Pour la Gauche démocratique et sociale (GDS), c’est tout l’enjeu des mois à venir.

    Les prochaines élections européennes sont au cœur des préoccupations de tous les partis politiques. Pas de celles des citoyens, qui eux sont d’abord inquiets du fait des mesures d’austérité annoncées par le Premier ministre. Une fois de plus, l’abstention risque d’être massive à ce scrutin du 26 mai 2019. Et ce d’autant plus que l’hostilité vis-à-vis d’une Europe libérale, souvent synonyme de reculs sociaux, n’a fait que grandir, notamment depuis le non-respect du « Non » exprimé majoritairement lors du référendum sur le Traité constitutionnel européen de 2005. Lire la suite…


  2. Lycée de Carquefou : Pour quelle raison la Présidente rejette-elle une proposition de nom faite par la communauté éducative ?

    Écrit le 11 septembre 2018 par Éric Thouzeau

    Suppléant au Conseil d’administration du lycée de Carquefou, je reproduis ici le communiqué de presse concernant la dénomination de ce lycée émanant du groupe SERR dans lequel je siège au Conseil régional. Il y a deux groupes de gauche au conseil régional : l’un Ecologiste et citoyen (EC : 6 élus), l’autre Socialiste écologiste radical et républicain (SERR : 17 élus). Je siège dans ce groupe SERR qui comprend une demi-douzaine d’élus non membres du PS, parti que j’ai quitté en janvier dernier pour participer à la création de la Gauche démocratique et sociale (GDS).

    Depuis plusieurs mois, la dénomination du lycée de Carquefou fait l’objet de désaccords entre les parents d’élèves, les professeurs et la Région. En effet, la Région a proposé de le nommer « Lycée Honoré d’Estienne d’Orves ». Les enseignants, les parents d’élèves, les lycéens et les personnels élus au Conseil d’administration, ont refusé cette dénomination et ont organisé un concours  d’idées pour proposer une alternative correspondant aux souhaits de la communauté éducative. Trois propositions ont émergé : Hubert Reeves, Alan Turing ou Michel Serres. Malgré cette position de la communauté éducative du lycée, la Présidente de la Région Christelle Morançais a décidé de maintenir sa proposition. Pourquoi ? Telle est la question désormais posée. Imposer le nom d’un lycée contre ceux qui le font vivre au quotidien est une mauvaise décision. Si la Région impose un nom, elle doit le faire pour des raisons justifiées, fortes et claires. Lire la suite…


  3. Dans nos rues pour le climat ! L’humain avant les profits !

    Écrit le 7 septembre 2018 par Éric Thouzeau

    Je reproduis ici un communiqué de presse du cercle 44 de la Gauche démocratique et sociale (GDS44).

    Contre les lobbys, contre la logique capitaliste et financière qui pille les ressources de la planète, dégrade le climat  : il faut la mobilisation citoyenne.

    Macron et son gouvernement sont dans ce camp d’une minorité qui défend ses intérêts et  ainsi creuse les inégalités.

    Il ne faut pas les laisser faire, il faut en ce sens réorienter l’Europe.

    C’est une question vitale car « la planète brûle ». Nous en avons été les témoins cet été, de la Suède au Portugal, de la Califormie à la Grèce… Lire la suite…


  4. Migrants : signons l’appel de Nantes

    Écrit le 1 septembre 2018 par Éric Thouzeau

    Je reproduis ci-dessous la pétition (que j’ai signée et que j’appelle à signer sur change.org) initiée par le dessinateur de presse nantais Eric Chalmel interpellant Macron, Philippe et Collomb sur la situation catastrophique dans laquelle se trouvent les demandeurs d’asile à Nantes. Il est temps, grand temps que l’Etat assume ses responsabilités dans l’accueil des migrants. Par ailleurs les collectifs de soutien aux migrants et l’intersyndicale ont prévu une manifestation le samedi 22 septembre à 15h au square Daviais en direction de la préfecture. Le président des riches et son gouvernement ne manifestent pas le même mépris vis-à-vis des traders anglais, que Macron cherche à attirer à Paris suite au départ annoncé de la Grande Bretagne de l’Union européenne, que vis-à-vis des migrants érythréens par exemple. Y aurait-il les bons migrants (les riches) et les mauvais migrants (les pauvres) ? 

    APPEL DE NANTES À L’ÉTAT FRANÇAIS

    Pour une politique d’asile digne de la France, pour un accueil humain des réfugiés

    Nous sommes des citoyens qui vivent à Nantes, confrontés au drame du nouveau « Calais » du square Daviais. Nous appelons l’État à créer immédiatement des places d’accueil dignes et en nombre suffisant, partout en France, pour que cesse ce scandale humanitaire qui déshonore notre pays.

    Nous appelons tous les citoyens de bonne volonté à signer cet appel et à le relayer. Lire la suite…


  5. L’absence d’une vraie politique d’aménagement du territoire

    Écrit le 30 août 2018 par Éric Thouzeau

    Membre de la Commission en charge des contrats de territoire au Conseil régional, j’ai participé récemment à la signature d’un tel contrat dans une communauté de communes de la Loire-Atlantique. L’opposant que je suis à la politique menée par la droite à la tête de la Région s’est trouvé conforté dans ses convictions : la Région des Pays de la Loire n’impulse pas de vraie politique d’aménagement du territoire.

    La loi Notre du 7 août 2015 (Nouvelle Organisation Territoriale de la République)  a eu pour but de faire que les régions se concentrent sur le développement économique et l’aménagement du territoire. Le schéma, désormais prescriptif, qui illustre l’une de ces deux priorités régionales, c’est le « schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires ». Certes il existe une limite majeure à l’exercice des compétences régionales : « financièrement, les Régions disposent de moyens financiers très limités et sont(…) les parents pauvres des collectivités territoriales. A cela s’ajoute qu’elles ne disposent que d’une faible autonomie fiscale. Les Régions sont donc des structures institutionnelles disposant de moyens financiers, administratifs et humains réduits pour mettre en œuvre les stratégies dont elles sont dotées. » (*) Pour autant, cela ne devrait pas amener à abdiquer toute ambition régionale en la matière. Lire la suite…