RSS Feed

Catégorie : Actualité

  1. Gilets jaunes : mon interview sur FBLO

    Écrit le 16 novembre 2018 par Éric Thouzeau

    J’étais l’invité de France Bleu Loire-Océan ce vendredi 16 novembre. J’ai expliqué les raisons qui m’ont amené à annoncer que je me rendrai sur un des rassemblements prévus par « les gilets jaunes ». On peut sur ce sujet lire aussi : le 17, écouter et entendre la colère sociale.

     


  2. Le 17, écouter et entendre la colère sociale

    Écrit le 15 novembre 2018 par Éric Thouzeau

    La colère qui s’exprime contre la hausse des carburants est d’abord sociale. Elle est juste et légitime. Elle s’exprimera le 17 novembre, et elle va durer. Elle nécessite des réponses politiques que seule la gauche peut donner. « Faire payer Total », « augmenter les salaires », « justice fiscale » sont quelques-unes des réponses de gauche à mettre en avant pour répondre aux aspirations qui s’expriment aujourd’hui.

    Partie de la hausse des carburants, la crise actuelle est un condensé des questions sociales d’aujourd’hui : salaires trop bas, injustices fiscales, coût du logement, gentrification des villes et étalement urbain imposé à ceux qui ont le moins de revenus, services publics en recul…

    Comment s’étonner de la réaction de ces millions de salariés obligés de prendre leur voiture pour aller au travail et qui se voient taxés alors qu’on ne parle que d’évasion fiscale des plus riches ? La transition écologique, oui ! La transition vers des véhicules plus propres, oui ! Mais chacun sait que la hausse des taxes sur les carburants va pour l’essentiel dans les caisses de l’Etat pour compenser les cadeaux aux riches, et non pour financer la transition énergétique. Et chacun sait aussi que Total, un des plus gros pollueurs de la planète, ne paie quasiment pas d’impôt malgré 9 milliards de bénéfice annuels ! L’injustice fiscale même peinte en vert, c’est inadmissible !

    Le gouvernement ne voulait rien céder. Pourtant face à la révolte qui gronde, il fait semblant de lâcher un peu de lest, en visant surtout à diviser  entre les plus pauvres, les moins pauvres et la masse des non riches. On comprend que ce gouvernement soit dans le bricolage car il ne peut ni ne veut remettre en cause sa politique pro-business.

    L’injustice fiscale est la caractéristique majeure de ce Président qui, dès son arrivée au pouvoir, a multiplié les cadeaux fiscaux aux plus riches et aux grandes entreprises. C’est ce que François Ruffin dénonce avec raison dans sa campagne « rends l’ISF d’abord ».

    C’est pourquoi j’irai à l’un des rassemblements organisés le samedi 17 novembre. Je veux comprendre, écouter et entendre la colère exprimée par les « gilets jaunes ».

    Eric Thouzeau

    Conseiller régional de la Gauche démocratique et sociale (GDS)


  3. Un vent de colère souffle sur notre département

    Écrit le 13 novembre 2018 par Éric Thouzeau

    Pour lutter contre le réchauffement climatique, au lieu d’augmenter le prix des carburants, il faut taxer Total et toutes les grosses firmes qui polluent tout en continuant à percevoir exonération sur exonération ! « Faire payer Total » et « augmentez les salaires » : tels doivent être, pour la Gauche démocratique et sociale (GDS), les mots dʼordre de la gauche si elle veut répondre aux aspirations de notre camp social. Répondre ensemble à la colère légitime qui s’exprime aujourd’hui, c’est le but du texte signé par 15 associations , syndicats et partis de gauche (dont la Gauche démocratique et sociale) de notre département. Je le reproduis ci-dessous. E.Th.

    Chaque mois sont plus nombreux les salarié.e.s, retraité.e.s et privé.e.s d’emploi qui n’arrivent plus à boucler leur budget. La hausse régulière et conséquente du carburant inquiète et fragilise celles et ceux qui n’ont d’autres choix que la voiture individuelle pour les actes de la vie courante. Et, alors que l‘hiver s’annonce, la hausse des prix du gaz, de l’électricité, du fuel et des chauffages collectifs aggrave encore le quotidien.

    Lire la suite…


  4. A gauche, ne pas se résigner à la dispersion

    Écrit le 31 octobre 2018 par Éric Thouzeau

    Un fasciste vient d’être élu président du Brésil. Raciste, sexiste, homophobe, partisan de la torture et du port d’arme, Bolsonaro a utilisé les méthodes de Trump pour sa campagne.

    L’idéologie de Bolsonaro est claire : autoritaire en politique, néo-libérale en économie, réactionnaire en matière de mœurs. Comme partout où l’extrême-droite arrive au pouvoir, c’est avec l’appui des puissances d’argent que Bolsonaro a gagné : les grands groupes privés de l’agrobusiness et les propriétaires fonciers ont largement financé sa campagne. Il va maintenant s’atteler à démanteler les acquis sociaux et démocratiques obtenus par les brésiliens ces dernières années.

    Droite et extrême-droite à l’offensive

    L’extrême-droite progresse aussi en Europe, seule ou alliée à d’autres forces de droite. A l’Est, l’Europe post-stalinienne n’a pas vu émerger de vrais partis de gauche. A l’Ouest,  une grande partie de la  gauche s’est adaptée au libéralisme plutôt que de lui résister. Résultat : désenchantement des citoyennes et citoyens de gauche, abstention massive aux élections. L’extrême-droite passe alors à l’offensive. Exemple dans  notre pays où elle cherche à récupérer la colère qui s’exprime à propos de la hausse des carburants. Lire la suite…


  5. Reconstruire l’unité d’action à gauche

    Écrit le 24 octobre 2018 par Éric Thouzeau

    Si chacun salue l’héroïsme et donc l’exemple des résistants au nazisme, nous sommes moins nombreux à défendre les « Jours heureux », premier intitulé du programme du Conseil national de la Résistance adopté le 15  mars 1944. Ce programme fut mis en oeuvre entre la Libération de 1944 et le début de 1946 (avec notamment la Sécurité sociale et la « retraite des vieux »). Les attaques actuelles contre les retraites et la Sécurité sociale sont soutenues par toutes les droites françaises (UMP, Modem, LREM, NR). Dans l’article ci-dessous, que j’ai écrit pour la lettre électronique de Démocratie&Socialisme, je reviens notamment sur la volonté de la droite et du patronat de « défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance » pour reprendre l’expression d’un ancien dirigeant du Medef.

    Après la remise en cause de l’accord sur le climat (COP 21) et de l’accord sur le nucléaire iranien,  Donald Trump vient d’annoncer le retrait des USA du traité de 1987 sur l’interdiction des armes nucléaires de portée intermédiaire (FNI). « Washington joue un jeu dangereux qui utilise les armes nucléaires comme outil de chantage international » (1). Le chaos s’installe chaque jour un peu plus dans le monde. « Société violente et chaotique » comme disait Jean Jaurès pour qui « le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée l’orage ». Lire la suite…