RSS Feed
  1. Le pays est en ébullition, le Président s’entête

    Écrit le 25 avril 2019 par Éric Thouzeau

    Ce soir Emmanuel Macron n’a pas répondu à l’exigence de justice sociale qui secoue le pays depuis plus de 5 mois : aucune annonce concernant une nécessaire augmentation des salaires, des pensions et des minima sociaux !

    Pire, il en appelle à travailler davantage, reprenant  ainsi une vieille obsession patronale : augmenter le temps de travail  sans augmenter les salaires !

    Quant à l’injustice fiscale, il n’y répond pas : pas de rétablissement de l’ISF, pas de tranches supplémentaires pour l’impôt sur le revenu des plus riches. La baisse des dépenses publiques et du nombre de fonctionnaires est maintenue. Toujours rien de concret sur la fraude et l’optimisation fiscale.

    L’urgence écologique a été mentionnée, mais rien de précis n’a été annoncé pour y répondre.

    Emmanuel Macron a affirmé ne pas avoir fait fausse route dans les deux premières années de son mandat, celles qui ont permis au 1% des plus riches de gagner 6% de pouvoir d’achat ! Le pays est en ébullition, mais Emmanuel Macron continue relayer les exigences de la classe dirigeante qui lui a permis d’être élu.

    La mobilisation sociale des syndicats et des gilets jaunes ne va pas faiblir tant le fossé est grand entre ce Président et la grande majorité des salariés en activité, privés d’emploi, ou retraités.

    Il serait temps que les formations de gauche reconstruisent une alternative majoritaire à toutes les droites (LREM, LR, RN). Et qu’elles reprennent le chemin de  l’unité en mettant en avant, ensemble, des mesures d’urgence pour répondre aux aspirations populaires.

    Nantes le 25 avril 20h

     


  2. Créer un sursaut pour un front uni permanent

    Écrit le 24 avril 2019 par Éric Thouzeau

    Tous les samedis le pouvoir réprime plutôt que de répondre sur le fond aux revendications.  Près de 5000 gardes à vue, plus de 3000 condamnations, plus de 200 emprisonnés, une vingtaine d’éborgnés, 5 mains arrachées…Des journalistes sont visés à Paris, à Toulouse. Les sociétés de journalistes s’en émeuvent, le secrétaire du SNJ (syndicat national des journalistes) explique : « On a rarement vu une telle répression contre les journalistes dans notre pays » (1).

    Dans sa « non-allocution », intervention annulée du fait de l’incendie de Notre-Dame, Macron ne répondait pas à l’exigence de justice sociale et fiscale qui secoue le pays depuis plus de 5 mois : aucune augmentation des salaires, des pensions et des minima sociaux ! Pire, il en appelait à travailler davantage. Et voilà que depuis une semaine, les responsables macronistes reprennent les uns après les autres une vieille obsession patronale : augmenter le temps de travail  sans augmenter les salaires ! Lire la suite…


  3. Une exigence : la hausse des salaires, des pensions et des minima sociaux

    Écrit le 18 avril 2019 par Éric Thouzeau

    Macron devait s’exprimer cette semaine. Du fait de l’incendie de Notre Dame, l’allocution a été reportée mais son contenu a largement fuité dans la presse. Si les fuites sont exactes, les annonces prévues ne répondent pas aux revendications mises en avant depuis 5 mois par les gilets jaunes et les syndicats.

    L’injustice fiscale, avec l’évasion fiscale et l’optimisation fiscale, est une des raisons majeures de l’actuelle révolte sociale. Macron avait même promis en décembre  que « les dirigeants des grandes entreprises françaises payent leurs impôts en France ». Rien de neuf à priori de ce côté-là, sinon une demande à la Cour des Comptes d’évaluer le coût de l’évasion fiscale ! Dans ce contexte, l’empressement des grandes fortunes françaises (mais le plus souvent résidents fiscaux hors de France) à annoncer des dons pour reconstruire la cathédrale de Paris s’est retourné contre eux et a suscité, à juste titre, polémique. Lire la suite…


  4. Liberté de manifester : abrogation de la loi

    Écrit le 11 avril 2019 par Éric Thouzeau

    Je reproduis ci-dessous un communiqué de presse de la Gauche démocratique et sociale (GDS44) soutenant les rassemblements du 13 avril pour la liberté de manifester à Nantes et St Nazaire.

    La Gauche Démocratique et Sociale (GDS) appelle aux rassemblements « pour la liberté de manifester » du samedi 13 avril à Nantes (14 heures devant la Préfecture) et à St Nazaire (16h place des Droits de l’Homme).

    La GDS 44 exige l’abrogation de la loi « anticasseurs » votée par le Parlement sur la base d’une alliance des forces de droite, LREM et LR. Lire la suite…


  5. Motivés, on est tous motivés

    Écrit le 26 mars 2019 par Éric Thouzeau

    Je reproduis ici un article que j’ai rédigé pour la lettre électronique hebdomadaire de la Gauche démocratique et sociale (GDS).

    Macron le méprisant a récidivé. Géneviève Legay, porte-parole d’ATTAC 06, a été grièvement blessée au cours d’une charge de police à l’encontre de pacifiques manifestants. Le Président des ultra-riches a osé sermonner cette militante expérimentée : « quand on est fragile, on ne se met pas dans des situations comme celle-ci ». Inacceptable ! Oui, des citoyen.ne.s de tous âges se dressent contre la politique économiquement libérale et politiquement répressive du gouvernement Macron-Philippe-Castaner (1). Et ils continueront à le faire.

    Antisocial ! Antisocial ! Antisocial !

    Le macronisme poursuit sa politique anti-sociale. Les fonctionnaires sont une fois de plus désignés à la vindicte publique. La retraite est aussi dans le viseur des néo-libéraux au pouvoir : nouveau report de l’âge de la retraite ainsi qu’un second jour travaillé gratuitement sont au menu. Peu importe pour eux que  plus de la moitié des salariés qui liquident leur retraite à 62 ans sont en « situation d’inactivité ».  L’objectif, c’est de baisser le coût des retraites, et maintenant de faire payer aux retraités les coûts de la dépendance. Plutôt que de s’attaquer réellement à la fraude et à l’optimisation fiscale. Comme ose le dire sans rire Pierre Moscovici : « Il n’y a pas de paradis fiscal dans l’UE, mais sans aucun doute des pays qui encouragent à l’excès l’optimisation fiscale » ! C’est plus « facile » de faire payer les millions de salariés en activité, à la retraite, ou privés d’emploi que de faire payer les milliardaires amis du Président. Lire la suite…