RSS Feed

L’éolien victime du lobby pro-nucléaire ?

Écrit le 22 janvier 2020 par Éric Thouzeau

Officiellement tout le monde est pour le développement des énergies renouvelables. Au Conseil régional des Pays de la Loire, les seules déclarations climato-sceptiques proviennent des rangs de l’extrême-droite. Pour autant, on y entend monter une petite musique « anti-éolienne ».

Comment expliquer le soutien affiché par Christelle Morançais à Philippe De Villiers ? Elle a déclaré « Je partage l’inquiétude de Philippe De Villiers concernant l’implantation d’éoliennes dans le bocage vendéen et je m’oppose fermement à tous projets qui seraient susceptibles d’entraver au développement et au rayonnement du Puy du Fou » . S’il s’agissait de discuter du meilleur endroit pour implanter une éolienne, le débat ne serait pas trop compliqué. Et si le sujet n’était pas vraiment la défense des paysages mais plutôt un prétexte ? L’argumentation de De Villiers, que l’on retrouve très souvent dans la bouche de ceux qui contestent tel ou tel projet, c’est que  les éoliennes sont « une imposture écologique. Toutes les éoliennes subissent l’intermittence du vent ». L’offensive contre les éoliennes est reprise de plus en plus par les élus de droite. Après Xavier Bertrand, c’est au tour de Laurent Wauquiez de mener ce combat sous le prétexte de défendre  « des secteurs préservés de la présence humaine depuis des siècles». Le Schéma régional d’aménagement de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET) de sa Région prévoyait d’imposer à toutes les communes concernées par une implantation la validation du projet. Ce texte a été retoqué car illégal (contraire au code de l’environnement). Qu’à cela ne tienne, Wauqiez a certes revu sa copie mais a désormais décidé de « vérifier que l’ensemble des avis des collectivités transmis au préfet est bien favorable ». Dans le cas contraire « la Région introduira un recours en vue de préserver le paysage et la biodiversité ». Il demande à ce que l’ensemble des communes où la moindre éolienne est visible soient consultées !

S’opposer à l’éolien-bashing

Toute implantation d’une installation est possiblement gênante. Que certains porteurs de projets démarchent certains maires de façon agressive est vrai. Que les câbles pour raccorder au réseau EDF  le  parc éolien des 4 seigneurs à Nozay (Loire-Atlantique) puissent être  à l’origine de nombreux troubles sanitaires chez les riverains comme pour le bétail, pourquoi pas ? Toute implantation doit être soigneusement étudiée et le consensus local doit être recherché. Mais comment ignorer que certaines contestations sont d’abord et avant tout dues à la peur de voir le prix de sa maison baisser ?

Au plus haut sommet de l’Etat, la campagne contre les éoliennes a de l’écho. Lors d’une table ronde sur le thème de « l’écologie dans nos territoires » le 14 janvier, Emmanuel Macron a affirmé ne pas croire à un développement massif de l’éolien terrestre. La seule solution serait donc les éoliennes en mer ?  Le parc de 80 éoliennes de Guérande (qui doivent être construites à 12km des cotes) a été contesté.  Les associations qui s’y sont opposées souhaitaient que les éoliennes soient installées plus au large et ont habillé leur opposition en rappelant que le banc de Guérande est « riche en biodiversité » et en affirmant qu’on « ne peut pas détruire un site qui rend des services écologiques majeurs ». Rien à voir évidemment avec la crainte de voir le prix des villas à La Baule baisser ! Le parc de 62 éoliennes Yeu-Noirmoutier a également été contesté. Si les recours ont été rejetés par le Conseil d’Etat, tout cela fait prendre du retard au développement de l’énergie renouvelable en France. L’éolien flottant aujourd’hui encore expérimental est déjà source d’inquiétude : le maire de Leucate craint (Pyrénées-Orientales) craint pour le tourisme.

Derrière toutes ces oppositions, ne faut-il voir que des réticences naturelles à tout changement ? Je ne le crois pas. Le dénigrement de l’éolien si bien orchestré a-t-il à voir avec le poids du lobby pro-nucléaire dans notre pays ? Je le pense vraiment, même si on ne peut pas penser que toute opposition locale à un projet d’éolienne est réductible à ce lobby. Et n’oublions pas que pour Emmanuel Macron, « le nucléaire est un choix d’avenir ».

L’éolien est une des sources nécessaires d’énergie renouvelable

Fin 2015, une étude du cycle de vie complet d’une éolienne a été réalisée pour l’Ademe. Ce cycle comprend la fabrication des composants, le transport, la construction, la phase d’exploitation incluant la maintenance, la désinstallation et le recyclage de l’éolienne. Le constat est très positif pour la filière éolienne. Au cours de sa première année d’exploitation une éolienne aura remboursé l’ensemble de l’impact CO2 de son cycle de vie et l’énergie nécessaire à sa construction. « En d’autres termes, sur une durée de vie de 20 ans, une éolienne produit 19 fois plus d’énergie qu’elle n’en nécessite pour sa construction, son exploitation et son démantèlement. ». Grâce à l’augmentation constante de la production d’électricité éolienne (et photovoltaïque) le mix énergétique français évolue. Cette production d’origine renouvelable se substitue à d’autres moyens de production, les plus émetteurs de CO2 mais aussi elle est indispensable si l’on veut sortir du nucléaire (ce que je crois), ou même simplement en réduire la part.

Chez les conservateurs, ce qui a les faveurs aujourd’hui, c’est la méthanisation. C’est en effet une des possibilités pour augmenter la part des énergies renouvelables. Mais attention, pas n’importe comment ! C’est pourquoi j’ai interpelé la majorité régionale sur un projet qu’elle soutient lors de la dernière session du Conseil régional…sans obtenir de réponse (rayon d’approvisionnement trop important, projet pouvant induire une intensification des conduites d’exploitation…). Il faut aussi développer l’hydrogène, et à ce sujet je me suis aussi exprimé pensant que la Région a pris du retard (*).

C’est donc bien à un ensemble de réponses qu’il faut recourir pour développer une alternative aux énergies fossiles. Sans en négliger une (l’éolien) car l’éolien-bashing a eu pour conséquence un retard important pris dans notre pays par rapport à d’autres pays européens. Au plan régional, nous serons particulièrement attentifs à ce que des objectifs ambitieux soient retenus dans le futur SRADDET.

(*) Accélerer la transition énergétique en région


Un commentaire »

  1. Desmouliere dit :

    Monsieur,
    Dire que c’est le lobby nucléaire qui fait de « l’éolien bashing » est d’abord une erreur et peut-être un mensonge !
    Je peux vous dire que la plupart des entreprises qui travaillent dans le nucléaire, travaillent aussi dans l’éolien. Mais elles préfèrent l’éolien parce sue ÇA RAPPORTENT PLUS ! Compte tenu des prix de rachat imposés à EDF et que nous payons avec notre facture d’électricité.
    Accuser les proprièaires de maisons de ne pas être contents que la valeur de leur maison baisse, les taxer d’égoisme une imposture ! Quand vous aurez une éolienne de 200 m de haut à 500 m de chez vous, si possible au sud, on en reparlera.

    Et laisser croire que les antiéoliens industriels sont d’extrême
    Droite, c’est aussi une imposture !
    Pour nous opposer au rouleau compresseur de ces projets, nous n’avons que nos mains nues et nos deniers, face aux capitalistes sans scrupules qui s’engraissét sur l’argent publique, notre argent et qui soudoient des pauvres maires et agriculteurs sans repères

    VIVE LA VRAIE ECOLOGIE QUI N’APPARTIENT A AUCUN PARTI !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *