RSS Feed

Macron n’a rien compris !

Écrit le 10 décembre 2018 par Éric Thouzeau

Ci-dessous mes premières réactions à l’allocution d’Emmanuel Macron.

Depuis 18 mois Macron a mis en oeuvre une succession de contre-réformes, un programme brutal de détricotage de notre modèle social avec le but d’adapter notre pays au néo-libéralisme : régression des droits collectifs des salariés (code du travail), baisse des impôts des riches et des grandes entreprises. Macron n’a pas annoncé ce soir de véritable changement de politique, avec par exemple sa volonté réaffirmée d’enclencher une contre-réforme de l’indemnisation du chômage et des retraites.

Le mouvement des gilets jaunes est très majoritairement une révolte sociale de salariés en activité ou à la retraite qui portent avec force l’exigence d’une autre répartition des richesses. Le Président Macron et ses amis font semblant de ne pas l’avoir compris et s’entêtent puisqu’il a annoncé « des baisses d’impôts plus rapides » ce qui a toujours favorisé les plus riches et le patronat, et ce qui aura pour conséquence de diminuer encore la présence des services publics dans les territoires. Or ce qu’exprime aussi les gilets jaunes c’est une exigence d’intervention publique accrue : hôpitaux, postes, trains…

La question sociale c’est d’abord la question salariale. Augmenter de 100 euros le revenu d’un salarié au SMIC, cela couvre à peine l’inflation. Et Macron indique que cela ne coûtera rien aux entreprises, car ce n’est, semble-t-il, qu’une augmentation de salaire de  35 euros (avec baisse de cotisation pour les entreprises ?), le reste relevant de la prime d’activité. Scandaleux ! Les grandes entreprises ne peuvent-elles pas payer alors que les dividendes versés aux actionnaires n’ont jamais été aussi importants ? Et pour les autres salariés, dont 50% d’entre eux touchent moins de 1700 euros nets par mois ? Une vague promesse d’une prime de fin d’année au bon vouloir des employeurs !

Quant aux heures supplémentaires sans « charge » comme le disent Macron et les patrons, c’est-à-dire sans cotisations sociales, c’est encore un manque à gagner pour la Sécurité sociale.

Il y a fort à parier que la colère continuera à s’exprimer avec force dans les jours qui viennent, renforcée par celle des jeunes contre les réformes idéologiques du ministre de l’éducation (réforme du lycée, du bac pro, augmentation des frais d’inscription des étudiants étrangers en fac).

La tâche des formations de gauche est d’être aux côtés des gilets jaunes, de la jeunesse mobilisée et des syndicalistes. Ensemble, tous ensemble, exigeons la hausse des salaires et des pensions à commencer par 200 euros dès le premier janvier, ainsi que le rétablissement de l’ISF auquel Macron se refuse toujours (il ne remet pas plus en cause le CICE). Un plan « Marshall » contre le mal logement, et la précarité énergétique est tout aussi indispensable. Macron ne cède pas, il va falloir continuer à se mobiliser.

Macron 18 mois ça suffit !


Un commentaire »

  1. marteau dit :

    Pourquoi ont ils voté pour ce type. La façon dont il est arrivé aux élections, le budget qui venait des très riches, le manque de programme au début qui masquait les vrais raisons de son élections son parcours ses revenus passés alors qu’il ne déclare que des miettes. Nous avions le portait type du dictateur. Dictateur ou serviteur du grand patronat auquel il doit tout. La cinquième république vient de démontrer ses faiblesses en permettant de donner tous les pouvoirs à 20% de la population en théorie parce qu’en fait c’est beaucoup moins quand on enlève quelques sympathisant qui sont encore incapable de donner son programme mais qui le trouvaient beau. Avec ça on est gâté….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *