RSS Feed

Requalifier une zone d’activités

Écrit le 29 avril 2015 par Éric Thouzeau

Zac (2)Je viens de représenter le Conseil régional à l’inauguration de la requalification de la zone d’activités de Bois Fleuri à La Chevrolière (44). Ce fut l’occasion de rappeler l’aide apportée aux projets locaux par la Région, mais aussi de s’interroger sur le sens à donner à l’aménagement d’une telle zone.

La zone d’activité du Bois Fleuri à La Chevrolière a été aménagée dans les années 70 et était devenue vétuste, tant sur le plan des aménagements publics que des bâtiments et des terrains des entreprises. La requalification d’une telle zone doit permettre d’engager une démarche de qualité et d’en améliorer les aménagements publics et privés. Il s’agit aussi de développer l’attractivité des zones anciennes en confortant l’emploi sur le territoire.

La participation financière à cette requalification relève d’un Contrat régional de territoire , un des outils décidés par élus régionaux au service des évolutions et mutations des territoires. Dans ce cadre, il ne s’agit plus seulement d’aider à financer des équipements structurants, mais bien d’inviter les élus du territoire à se saisir d’enjeux que nous considérons comme stratégiques en termes d’aménagement (les plans climats territoriaux, la mobilité, l’innovation, l’offre de formation, etc). La Région accompagne les élus locaux  à définir une vision globale du développement de leur territoire.

Le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement (CAUE) de Loire-Atlantique a produit un travail de qualité intitulé (Ré)inventer la zone d’activités. On peut y lire : « Les zones d’activités sont des morceaux de territoire dédiés à l’activité économique des entreprises. Selon leur situation aux abords des villes, elles proposent des activités artisanales, tertiaires, industrielles, et commerciales… En France, 10 % du territoire sont affectés à cet usage […]. Hier intégrés au contexte urbain et découlant d’un rapport direct entre lieu de vie et lieu de travail, les espaces d’activités se sont vus, au fil du temps, inexorablement  »repoussés » aux confins des villes […]. Ces zones d’activités sont souvent mises à l’écart, comme si l’activité était nécessairement une nuisance pour la vie quotidienne des villes. L’absence de qualité de leurs aménagements renforce bien souvent cette image de rejet. Dans le paysage, leur perception est rarement attractive ». Or il s’agit bien aujourd’hui de « redonner aux entreprises, à leurs salariés, à leurs partenaires, un environnement de travail de qualité et au-delà, améliorer le cadre de vie de l’ensemble du territoire ».
Dans un contexte de développement économique du département de la Loire-Atlantique, il est nécessaire de réinterroger les enjeux de qualité des zones d’activités, de travailler sur le paysage, l’architecture et l’urbanisme. En un mot avancer vers la transformation d’une zone d’activités en véritable quartier où le social, l’économique et l’environnement soient respectés.


2 Comments »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *