RSS Feed

Solidarité avec les innocents massacrés à Bruxelles !

Écrit le 23 mars 2016 par Éric Thouzeau

Ci-dessous un texte rédigé avec deux de mes amis, du comité de rédaction de la revue Démocratie&Socialisme

Le mardi 22 mars, au moins 31 personnes ont été tuées et 270 autres blessées, brûlées, parfois gravement, par deux attentats terroristes revendiqués par l’Organisation État Islamique. Elles  se rendaient au travail quand elles ont été soufflées par une déflagration au cœur de la station de métro Maelbeeck, dans le quartier bruxellois de l’Union européenne. Elles ont été victimes de deux « kamikazes » qui se sont fait exploser dans l’aéroport national de Zaventem.

Aucune motivation, qu’elle soit d’ordre religieux ou politique ne saurait excuser ces crimes odieux.

Aujourd’hui, la priorité, c’est d’exprimer notre solidarité avec les victimes, leurs familles, leurs proches, avec les Bruxellois sidérés par une telle atrocité.

Toutes les tentatives de récupérations politiciennes doivent être proscrites : la déchéance de la nationalité, bi ou mono nationale, n’aurait pas empêché les « kamikazes » de se faire sauter. Laurette Onkelinx, députée socialiste belge et ancienne vice-première ministre avait raison d’affirmer sur France info, ce mercredi : « On a besoin de solidarité, pas de donneurs de leçons ! ».

Les tentatives de montrer du doigt « les musulmans » doivent être dénoncées. Non seulement elles visent des millions d’innocents, souvent victimes de ces attentats, mais elles font le jeu de l’Organisation de l’État  Islamique qui veut supprimer la « zone grise » qui existerait entre elle et les « Croisés ».

Demain, il faudra essayer de comprendre. De comprendre pourquoi ce sont des jeunes, élevés en France et en Belgique, qui ont commis ces crimes aveugles. De se demander s’il n’existe vraiment aucune explication politique permettant de comprendre, à la fois, le nouvel attentat d’Istanbul, le bombardement russe de la ville de Raqqa qui a fait des dizaines de morts civils, et les attentats de Bruxelles.

En attendant, il est urgent de lire le texte écrit par Ismaël Saidi, auteur de la pièce « Le Djihad », publié par le journal bruxellois « Le Soir », ce mercredi 23 mars.

Dans un post sur Face book, cet auteur répond à la question : « Pourquoi les musulmans ne descendent pas en masse dans la rue pour condamner ? » 

Parce que nous sommes en train de conduire les taxis qui ramènent gratuitement la population chez elle depuis hier…

Parce que nous sommes en train de soigner les blessés dans les hôpitaux…

Parce que nous conduisons les ambulances qui filent comme des étoiles sur nos routes pour essayer de sauver ce qu’il reste de vie en nous…

Parce que nous sommes à la réception des hôtels qui accueillent les badauds gratuitement depuis hier…

Parce que nous conduisons les bus, les trams et les métros afin que la vie continue, même blessée…

Parce que nous sommes toujours à la recherche des criminels sous notre habit de policier, d’enquêteur, de magistrat…

Parce que nous pleurons nos disparus, aussi…

Parce que nous ne sommes pas plus épargnés…

Parce que nous sommes doublement, triplement meurtris…

Parce qu’une même croyance a engendré le bourreau et la victime…

Parce que nous sommes groggy, perdus et que nous essayons de comprendre…

Parce que nous avons passé la nuit sur le pas de notre porte à attendre un être qui ne reviendra plus…

Parce que nous comptons nos morts…

Parce que nous sommes en deuil…

Le reste n’est que silence… »

 


4 Comments »

  1. David dit :

    OUI c’est une réalité très beau poème
    Le populisme et l’ntégrisme religieux même combat et pas d’angélisme béat
    Louis le rouge i

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *