RSS Feed
  1. Défendre le rassemblement à gauche

    Écrit le 20 février 2024 par Éric Thouzeau

    Lundi 19 février, j’ai été invité au « 6 minutes » de Télénantes. La semaine précédente, la presse locale avait rendu compte du travail en commun décidé par les militantes et les militants d’Ensemble! et de la Gauche démocratique et sociale (GDS) de Loire-Atlantique. Un signe qu’il ne faut pas se résigner de la division actuelle à gauche , qu’il faut toujours mieux cultiver les convergences. Ces contacts presse ont été l’occasion de rappeler pourquoi nous militions pour le rassemblement à gauche sur la base d’un programme de rupture avec les politiques néo-libérales (le programme de la Nupes en étant le socle).

    https://telenantes.ouest-france.fr/nantes-soir/article/ils-defendent-lunion-de-la-gauche


  2. Contre Macron et Attal, lutter et se rassembler pour gagner

    Écrit le 15 février 2024 par Éric Thouzeau

    Le gouvernement Macron-Attal est un gouvernement de combat au service des intérêts des puissants. Pour faire passer ses mauvais coups, il ne renonce pas à continuer à diffuser le poison xénophobe, ce qui ne peut que profiter à l’extrême-droite. En amplifiant la politique des « chocs » contre les salariés et leurs droits.

    A peine terminé le débat parlementaire sur la loi asile-immigration, Macron et Darmanin remettent le couvert. Ils annoncent leur intention d’abroger le droit du sol à Mayotte, entrainant aussitôt une surenchère des Ciotti, Le Pen et Zemmour. Ces derniers veulent imposer l’instauration du droit du sang sur tout le pays. Qu’est-ce que demandent avant tous les habitants de Mayotte ?  Des services publics qui fonctionnent, des moyens pour la police, la justice, l’éducation et la santé, l’accès à l’eau et aux biens essentiels. Darmanin fait un nouveau cadeau à l’extrême-droite en sachant pertinemment que cela ne changera rien à la vie des mahorais que Macron a abandonnés.

    Macron et Attal ont mis en « pause » le plan Eco-Phyto pour faire plaisir à l’agro-industrie. Aujourd’hui la macronie préfère modifier les critères du diagnostic de performance énergétique (DPE) plutôt que d’engager un plan national de rénovation énergétique des logements.

    Attal promet beaucoup de chocs

    Pour l’école, le choc des savoirs a surtout été un choc pour les enseignants avec l’annonce de la mise en place de groupes de niveau. L’expérience montre pourtant que cela ne fonctionne pas, et que cela risque au contraire d’aggraver la ségrégation scolaire.

    Lire la suite…

  3. Participer aux luttes et reconstruire l’unité

    Écrit le 8 février 2024 par Éric Thouzeau

    Macron est minoritaire au Parlement, il l’est aussi dans le pays. Il a du mal à compléter son gouvernement. Mais il est loin d’être empêché de gouverner.

    Les institutions de la Vème République permettent à Macron de tenir. Et de continuer à porter, par décrets, de mauvais coups à toutes celles et à tous ceux qui ne vivent que de leur travail. Et Macron pourra toujours compter sur Ciotti et sur Le Pen comme pour le vote de la honteuse loi sur l’immigration. Macron et Attal ne s’en cachent pas : ils vont continuer à attaquer le droit du travail et les droit des chômeurs.

    Les salariés trinquent

    Depuis trop longtemps les différents gouvernements « mènent des réformes du droit du travail qui, au motif de le « simplifier », le font disparaître » (1). Le délai dont dispose un salarié pour contester son licenciement est passé en quelques années de trente à cinq ans (2008), à deux ans (2013), puis à douze mois (2017). Et Lemaire a annoncé la volonté de le réduire à 2 mois ! Scandaleux !

    Dans leurs déclarations respectives, Macron et Attal ont annoncé vouloir « encourager la négociation directement au niveau de l’entreprise pour certaines règles de droit », alors que Macron n’a eu de cesse d’affaiblir la représentation du personnel dans les entreprises depuis qu’il est au pouvoir. Une nouvelle réforme du droit du travail, ce serait toujours plus de droits pour les employeurs. Inacceptable !

    Lire la suite…

  4. Face à Macron-Attal, partir des attentes sociales, écologiques et démocratiques

    Écrit le 15 janvier 2024 par Éric Thouzeau

    Macron a demandé à ses ministres d’être « révolutionnaires ». Cette rhétorique digne d’une mauvaise agence de communication ne trompe plus personne. Pas plus que « régénération » et « réarmement civique », puisque la « régénération » c’est celle des dinosaures Sarkozystes, le « réarmement civique » » c’est la nomination d’une ministre mise en examen pour trafic d’influence et corruption.

    De droite et de droite, ce nouveau gouvernement voit Catherine Vautrin, hier opposée au « mariage pour tous », nommée au ministère du travail, des solidarités et de la santé, alors qu’elle est une opposante notoire à l’aide active à mourir !

    Un gouvernement de droite au service des riches

    Nous ne nous perdrons pas de temps à commenter la nomination de Rachida Dati à la Culture, puisque qu’elle est au gouvernement pour préparer les municipales de Paris.

    Le cas Oudéa-Castera (1) est emblématique de ce qu’est la macronisme : une coalition au service de la grande bourgeoisie. Elle ment pour masquer le choix idéologique d’un établissement privé catholique très bourgeois (2) pour ses enfants, symbole du séparatisme de ces riches qui font toujours plus sécession du reste de la société.

    Lire la suite…

  5. Parc régional de l’Estuaire : 10 ans dix ans de perdus !

    Écrit le 19 décembre 2023 par Éric Thouzeau

    La lecture d’un article (Presse-Océan le 19 décembre 2023) consacré au Parc naturel régional (PNR) de l’Estuaire m’a replongé dans ce dossier dont j’ai eu la responsabilité durant mon premier mandat de conseiller régional (2010-2015). Je constate avec regret que dix ans ont été perdus à cause (au mieux) de l’inertie de la droite régionale, voire de l’hostilité (pourtant jamais affirmée publiquement) de certains de ses membres dont le maire de La Chevrolière comme indiqué dans cet article de Presse-Océan.

    L’Estuaire de la Loire et le Lac de Grand-Lieu sont des espaces naturels remarquables, dotés d’une biodiversité exceptionnelle. La création d’un 5e Parc Naturel Régional sur ce territoire a été votée par le Conseil régional en janvier 2013. Dans le mandat précédent (2004-2010), certains élus de la  majorité régionale de gauche (dont les élus écologistes) avaient plutôt plaidé pour une réserve naturelle nationale (RNN), qui a rencontré une opposition vive de plusieurs acteurs dont la fédération des chasseurs. Une réserve nationale apparait souvent comme une décision « venant de Paris » alors qu’un Parc régional est un projet de territoire qui doit absolument être porté par les élus locaux.

    Lire la suite…