RSS Feed

Le respect de la démocratie sociale n’est pas contradictoire avec l’implication de nos parlementaires

Écrit le 7 mars 2013 par Éric Thouzeau

logo_MLG_PdLJe reproduis ci-dessous un communiqué régional de « Maintenant la gauche » que j’ai signé avec les autres animateurs départementaux de l’aile gauche du PS dans les Pays de la Loire .

Une centaine de députés ont signé dans le Journal du dimanche un appel pour une « nouvelle démocratie sociale », demandant à ce que l’Accord national interprofessionnel (ANI) signé le 11 janvier dernier soit transcrit en loi « sans en modifier l’équilibre ». Parmi ces parlementaires, 16 sont issus des Pays de la Loire. S’il est du devoir des socialistes d’encourager la démocratie sociale, si nous reconnaissons que le dialogue avec les forces sociales est toujours utile à l’élaboration des lois, nous ne pensons pas que nos parlementaires aient l’obligation de retranscrire « en l’état » l’ANI dans la loi comme l’exige le Medef. Les parlementaires incarnent la représentation nationale, ils doivent jouer tout leur rôle.

  • Quel que soit le degré de représentativité des syndicats et des forces patronales, un accord entre eux n’est pas nécessairement l’incarnation de l’intérêt général. La démocratie sociale est certes importante, mais elle ne peut se substituer à la démocratie citoyenne.
  • On ne peut faire comme si tout accord de ce type était par définition équilibré. En période de crise et de chômage massif, le rapport de force au sein des entreprises ne penche guère en faveur des salariés. Nos parlementaires se doivent donc d’être vigilants et ne peuvent s’interdire toute perspective de rééquilibrage.
  • Nos parlementaires ne peuvent ignorer que si cet accord a été signé par l’ensemble des représentants patronaux, seuls trois syndicats de salariés l’ont signé (CFDT, CFTC et CGC). Ces derniers ne représentent pas la majorité du salariat. Il ne peuvent donc, sous le prétexte de favoriser le dialogue social, rester sourds aux revendications des organisations syndicales majoritaires. Il serait en effet paradoxal que nos parlementaires qui en appellent à la « démocratie sociale » passent par pertes et profits le principe majoritaire.

Pour nous, représentants régionaux de Maintenant la gauche (courant de la gauche du Parti socialiste), nos parlementaires ont été élus sur une ligne politique claire qui doit les amener à se positionner sur les mesures contenues dans l’accord. Nous devons notamment nous exprimer sur les nouvelles procédures de licenciement collectifs et sur les accords dits de « maintien dans l’emploi » qui ressemblent fort aux « accords compétitivité-emploi » voulus par N. Sarkozy. Nous avions dénoncé la logique de ces accords pendant la campagne. Avons-nous changé d’avis ?

Dans notre région fortement touchée par la crise, nous avons besoin d’élus vigilants, aux côtés des salariés, pour défendre leurs droits.

Guy Beauné (72), David Cayla (49), Martine Chantecaille (85), Yoann Nabat (53) et Éric Thouzeau (44), représentants régionaux du courant Maintenant la gauche.


Pas de commentaire »

No comments yet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *