RSS Feed

Avec les Grecs : changer l’Europe – tous ensemble !

Écrit le 7 janvier 2015 par Éric Thouzeau

syrizaflags-740x448Dès que j’ai eu connaissance du projet d’appel international « Changer la Grèce-Changer l’Europe-Changer pour tous et toutes », je n’ai pas hésité un instant à le signer (voir liste des 300 premiers signataires).

 je n’ai pas hésité un instant à le signer (voir liste des 300 premiers signataires).

En effet, une victoire de la gauche en Grèce serait évidemment une victoire pour le peuple grec, mais aussi une victoire pour toute la gauche européenne, une possibilité de changer enfin le cours des choses en Europe. Les obstacles sont nombreux : tout ce que l’Europe comprend de libéraux et de conservateurs va tout faire pour empêcher la victoire de Syriza. Les forces de l’argent, les marchés financiers, vont mettre une pression folle sur le peuple grec. A nous, partout en Europe, de nous mobiliser en solidarité avec les salariés grecs. Leur victoire serait la nôtre, pour en finir avec les politiques d’austérité qui enfoncent le continent européen dans la crise ! Je reproduis ci-dessous le texte de cet appel qui vient d’être publié.

La possible victoire de Syriza aux prochaines élections en Grèce constitue un enjeu considérable pour toutes celles et tous ceux qui souhaitent que l’Europe change de chemin. Une telle victoire serait l’expression de l’exigence de dignité et de justice, de l’espoir. Les pressions et menaces exercées par les dirigeants de l’UE, la Troika et les milieux financiers cherchant à peser sur le mouvement social et le choix des électeurs grecs sont inadmissibles.

Partout en Europe, nous allons défendre le droit du peuple grec de choisir librement, de rompre avec l’austérité, de dire non à la crise humanitaire qui sévit dans le pays, d’ouvrir la voie à une méthode radicalement différente, à une réorientation sociale et démocratique, à une perspective nouvelle pour la Grèce.

Alors que la plupart des forces politiques grecques ont choisi de courber l’échine devant la troïka, Alexis Tsipras et Syriza,  en ayant décidé de suivre la voie inverse, ont su créer, en étroite coopération avec les nombreux mouvements sociaux, un large rassemblement, une dynamique qui pourrait devenir majoritaire. Ainsi est-il proposé d’affronter immédiatement la crise humanitaire, de restaurer les conventions collective et la législation du travail, d’instaurer un système fiscal juste, de démocratiser le système politique. Un futur gouvernement Syriza veut faire  de la Grèce un interlocuteur crédible qui  ouvrira les négociations en posant comme condition préalable la survie du pays et du peuple. Il veut engager le pays sur une voie nouvelle, loin de la corruption et du clientélisme, en faveur d’un nouveau type de développement dans l’intérêt général. Il proposera une conférence européenne  sur la dette  afin que l’annulation d’une partie de la dette et les modalités du remboursement de ce qui reste puissent permettre de relancer l’économie via un grand programme d’investissement public (qui ne devrait pas être comptabilisé par le Pacte de stabilité et de croissance), et la réponse aux besoins sociaux urgents. Il proposera au niveau européen un “European New Deal” pour le développement humain et la transition écologique. Partout en Europe, nous avons besoin de rompre avec la logique qui détruit le commun en Europe et favorise une influence dangereuse au nationalisme et populisme de droite, nous avons besoin  d’un projet nouveau nommé développement solidaire, coopération, démocratie.

Partout en Europe, nous considérons qu’avec un tel changement en Grèce ne se jouera pas seulement l’avenir du peuple grec. Une victoire de Syriza permettra de sortir la Grèce de la situation catastrophique actuelle, mais constituera aussi le début du changement en Europe. La rupture avec les politiques d’austérité menées par les institutions européennes et les gouvernements  serait un signal, un espoir pour les peuples qui cherchent à redresser la tête. En même temps, si les urnes accordent à Syriza les responsabilités du pouvoir, le futur gouvernement grec aura besoin d’un soutien massif des peuples européens, contre toutes les pressions des marchés financiers et des forces politiques qui redoutent une rupture avec les cadres désuets de la mondialisation capitaliste.

Acteurs politiques et sociaux, syndicaux et associatifs, intellectuels, chercheurs, artistes, femmes et hommes de culture, nous n’acceptons pas les pressions qui veulent empêcher le peuple grec de choisir librement. Ceux qui  exercent cette pression aujourd’hui sont co-responables de l’action de la Troika et des choix du gouvernement en place, de la pérennisation des structures de pouvoir à juste titre critiquées  et souhaitent à tout prix poursuivre la néfaste « thérapie de choc ».

C’est partout en Europe que nous nous allons prendre nos responsabilités, soutenir les forces qui luttent, modifier les rapports de force, mener la bataille des idées, rassembler toutes celles et tous ceux qui veulent bâtir, avec le peuple grec, une Europe sociale, écologique, démocratique. Nous nous placerons aux côtés du peuple grec parce que son combat est le nôtre.

Ce texte est un appel diffusé sur le site www.with-the-greeks.eu. Je vous invite à rejoindre la liste des signataires en cliquant sur ce lien.grecechange


Un commentaire »

  1. Alain GUILLOU dit :

    Et un beau soir couleur d’orange
    La grisaille européenne Syriza…
    Espoir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *