RSS Feed

Entendre la voix des peuples

Écrit le 18 juin 2012 par Éric Thouzeau

En gagnant 9 circonscriptions, la gauche régionale est majoritaire avec 19 député-e-s sur 30 ! Le travail accompli par la majorité de gauche au conseil régional a préparé cette belle victoire qui doit bien sûr beaucoup à l’élan créé nationalement par la victoire du 6 mai. En Loire-Atlantique, l’effet « premier ministre » a joué à plein. 9 députés sur 10 dans ce département, c’est aussi le résultat d’un travail de longue haleine d’une fédération départementale du Parti socialiste qui a su se maintenir comme une force militante de terrain, à l’écoute des associations, syndicats et mouvement sociaux. Il est nécessaire qu’existe un Parti socialiste vivant sachant combiner travail « institutionnel » (à la tête de grandes collectivités : Conseil régional, Conseil général, Métropole, communes…) et activités militantes. C’est aussi cela qui explique les victoires électorales d’aujourd’hui !

En finir avec l’austérité

Les électeurs français viennent de confirmer le choix du 6 mai dernier en optant clairement pour donner à la gauche, et au PS en particulier, les moyens du changement. Ce changement est compris par tous comme devant porter un coup d’arrêt aux politiques néo-libérales d’austérité.

En Grèce, il ne faut pas se tromper sur le sens des résultats des nouvelles élections. Une majorité écrasante d’électeurs s’est prononcée contre les partis qui soutiennent la politique d’austérité draconienne imposée par la Troïka (FMI, Commission européenne, BCE).  La droite ne gagne de peu que du fait des pressions et du chantage exercés par l’UE (« l’austérité ou la sortie de l’euro »). De la même façon, le pacte budgétaire européen n’a pas été rejeté par les irlandais lors du référendum du 31 mai uniquement par crainte de mesures d’austérité encore plus sévères en cas de victoire du non.

Aussi c’est avec raison que  Jean-Marc Ayrault déclarait au meeting parisien du 13 juin : « Il faut que les dirigeants européens entendent la voix des peuples, la voix du peuple grec, la voix du peuple espagnol, la voix du peuple français pour que de nouvelles orientations soient prises dans le sens de la croissance et du progrès social ».

L’Europe est à un tournant 

En voulant procurer au Capital une rentabilité accrue, le libéralisme produit à intervalles réguliers des « bulles » (par exemple par des surinvestissements dans l’immobilier comme en Espagne). On incite les particuliers à s’endetter, et quand il apparaît qu’ils sont surendettés et donc non solvables, les banques menacées de faillite sont alors renflouées par les Etats. On assiste alors à un tour de passe-passe : les dettes privées deviennent alors des dettes publiques ! C’est ce qui s’est passé en 2008 (surendettement des ménages et crise des subprime aux Etats-Unis suivie d’une crise bancaire qui s’est propagée dans tout le système bancaire mondial). Cela continue allègrement aujourd’hui comme si aucune leçon n’avait été tirée. Les Etats endettés font alors des coupes sombres dans les dépenses publiques, ce qui entraîne la récession (moins d’activité, moins de salaires…donc moins de rentrées fiscales, donc toujours plus d’austérité…). Le Capital privé profite aussi, au passage, pour s’investir dans des secteurs publics que les Etas ne réussissent plus à financer (hôpitaux, éducation, …).

Les peuples disent de plus en plus clairement qu’ils en ont assez ! Toute la gauche française doit se rassembler pour peser avec toutes les forces progressistes européennes pour réorienter cette Europe soumise aujourd’hui aux dogmes libéraux et aux forces des banques et des marchés.

A gauche, tous les pouvoirs ?

On entend la droite française regretter que la gauche ait tous les pouvoirs politiques : Elysée, Matignon, Parlement, Sénat, 22 régions, une majorité de départements et des grandes villes… En effet, cela donne à François Hollande beaucoup plus d’atouts que lors d’autres périodes où la gauche a gouverné. Pour autant il ne faut pas oublier que le pouvoir économique, les banques et le monde de la finance restent largement aux mains de nos adversaires ! Des mesures doivent être prises au plan européen : réelle taxation des transactions financières, limitation du poids des marchés financiers par un rôle accru de la BCE pour qu’elle puisse prêter directement aux Etats…. En France, une banque publique d’investissement est à l’ordre du jour afin de participer à des investissements d’avenir, notamment en aidant au développement de PME aujourd’hui beaucoup trop souvent sous-traitantes de grands groupes qui les pressurent.

Les mesures sociales

Dans ce bras de fer qui commence avec la finance, cet adversaire clairement identifié par François Hollande dans son discours du Bourget, la gauche au pouvoir aura besoin du soutien et de la mobilisation populaire. Les mesures sociales qui doivent être prises dans les prochaines semaines doivent permettre de relancer l’économie du pays. Elles devraient aussi servir à renforcer le soutien à la politique gouvernementale. Une augmentation significative du SMIC est par exemple une question de justice sociale, utile à la relance de la consommation populaire et au rapport de forces social. Il en va de même pour toutes les mesures sociales que la gauche se doit de  mettre en œuvre. Maintenir le rapport de forces issu des élections présidentielles et législatives est nécessaire pour que le changement s’enracine dans la durée !


Pas de commentaire »

No comments yet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *