RSS Feed

Imposer un autre partage des richesses

Écrit le 15 septembre 2020 par Éric Thouzeau

Macron président des riches ! Deux études de l’INSEE viennent de le confirmer : des riches plus riches et des pauvres plus pauvres (1) La politique fiscale d’Emmanuel Macron a creusé les inégalités.  En 2018, 14,8 % de la population vit sous le seuil de pauvreté (à 60 % du niveau de vie médian). 9,3 millions de personnes vivent donc  avec moins de 1 063 euros par mois, soit 400 000 personnes de plus qu’en 2017.

Un gouvernement au service du Medef et de la FNSEA

La crise du Covid a bon dos. Auchan annonce 1500 suppressions d’emplois. Les premiers de corvée de   la grande distribution sont mal remerciés par la famille Mulliez. Chez Alinéa, c’est aussi Mulliez qui profite d’une ordonnance du 20 mai 2020 pour racheter l’entreprise qu’il a mis en redressement judiciaire en se débarrassant de 1000 salariés au passage. Une honte alors que Mulliez est dans les 10 premières fortunes de France ! Un autre milliardaire, Bernard Arnault, a obtenu le soutien du ministre des affaires étrangères pour annuler le rachat d’une entreprise américaine qu’il trouvait finalement trop cher (2).  Le gouvernement est plus que jamais au service du patronat et des plus riches !

La Convention citoyenne pour le climat  proposait « d’accompagner l’évolution du numérique pour réduire ses impacts environnementaux », et demandait «  l’instauration d’un moratoire sur la mise en place de la 5G en attendant les résultats de l’évaluation de la 5G sur la santé et le climat ». Alors qu’il existe toujours des zones blanches dans le pays, et que les smartphones  actuels ne sont pas compatibles avec  la 5G, Macron répond à une demande pressante du patron du Medef et déclare refuser tout moratoire. Bayrou, le nouveau commissaire au plan (sans plan !) donne une interview au JDD dans laquelle il  ne dit pas un seul mot d’écologie et de climat. Sans parler des néonicotinoïdes  à nouveau autorisés dans les champs de betteraves.  A l’écoute du Medef et de la FNSEA, Macron a beaucoup de mal avec l’écologie !

La crise sociale et politique qui vient

Dans les pays de l’OCDE, qui regroupe la plupart des pays capitalistes développés, « les richesses produites augmentent plus vite que la masse salariale » (3). En clair, la situation des riches s’améliore continuellement par rapport à celle des salariés. Avec la crise actuelle, il y a à la fois « freinage des salaires et hausse du chômage, poursuite de la hausse des prix de l’immobilier et d’une forte hausse des cours boursiers » (3). Cela devient de plus en plus insupportable pour des millions de salariés en activité, à la retraite ou privés d’emploi. Partage des richesses, sinon ça va péter !

Le collectif « Plus jamais ça », regroupant des associations et syndicats, a publié « 34 mesures pour sortir de la crise ». En s’appuyant sur cette dynamique, le devoir des partis de la gauche sociale et écologique est de construire ensemble au plan politique un débouché à la crise sociale qui se développe. Unité à gauche contre le néo-libéralisme de Macron et le national-populisme de Le Pen !

(1) La politique d’Emmanuel Macron a fait « nettement » augmenter les inégalités  (Laurent Jeanneau Alternatives économiques 10 septembre 2020 )

(2) Rachat de Tiffany : le coup de folie du Quai d’Orsay au service de LVMH (Martine Orange Mediapart du 10 septembre)

(3) Une dynamique qui aboutit nécessairement à une crise sociale et politique  (Patrick Artus 14 sept 2020)


Pas de commentaire »

No comments yet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *