RSS Feed

La mer : un passé mais aussi un avenir pour l’Ouest

Écrit le 19 septembre 2014 par Éric Thouzeau

cap-hornier-7267-1J’ai représenté le Conseil régional à l’inauguration de l’exposition « Nantes port cap-hornier » présentée par la Maison des Hommes et des Techniques de Nantes (MHT) et l’association Cap Horn au Long Cours (CHLC).

L’ exposition « Nantes port cap-hornier » est un hommage à la fois aux ouvriers qui ont construit ces bateaux dans les Chantiers de Nantes et de Saint-Nazaire, et aux marins qui naviguaient sur ces navires. La difficulté des conditions de travail des marins y est très bien décrite, notamment au travers des correspondances de marins qui y sont exposées. Le Cap Horn est un endroit mythique, mais il nous rappelle surtout que la mer est un élément imprévisible, à la fois fascinant et indomptable. L’exposition est un hommage à tous les marins qui parcourent les océans au péril de leurs vies, et aux valeurs de solidarité et de courage qui caractérisent la communauté maritime.

Ce sont ces mêmes valeurs de solidarité et de courage que l’on retrouve dans la classe ouvrière, chez les ouvriers des Chantiers de Nantes et de Saint-Nazaire qui ont fabriqué de leurs mains les cap-horniers à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Sur les 230 cap-horniers construits en France à cette époque, 147 l’ont été à Nantes et à Saint-Nazaire !

La Région soutient depuis 2006 les actions de la Maison des Hommes et des Techniques destinées à mettre en valeur la mémoire de la construction navale et des cultures ouvrières de la région. Nous avons ainsi signé une nouvelle convention triennale avec la MHT pour la période 2014/2016 pour soutenir ses différentes actions, parmi lesquelles cette exposition. Le travail de sauvegarde de la culture ouvrière effectué par la MHT est très important. Lorsque l’on parle de culture, on parle le plus souvent de la culture des classes dominantes. Mais sauvegarder la culture des classes opprimées et exploitées est primordial ! C’est tout le sens du travail de la MHT, que l’ancien syndicaliste que je suis ne peut que partager.

La Maison des Hommes et des Techniques cherche, comme c’est indiqué dans le préambule de la convention entre la MHT et le Conseil régional, à faire réfléchir sur les évolutions du monde du travail dans le passé, le présent et le futur. Dans le contexte que nous connaissons actuellement, cela me semble plus indispensable que jamais de réfléchir sur ces sujets du travail aujourd’hui, de la place du travail dans notre société, et de la place de ceux qui l’accomplissent : les salariés (ouvriers, employés, techniciens, ingénieurs..). D’autant que seul le travail produit de la richesse ! 

Dans le passé, dans le présent, et dans le futur. Car il nous faut aussi nous tourner résolument vers l’avenir. Comme l’a titré un article du journal Les Échos dans son édition du 17 septembre, « Le futur se lève à l’Ouest ». « Bretagne et Pays de la Loire bénéficient de la plus importante zone littorale. Entre les énergies marines renouvelables et la construction navale, la mer donne de nouvelles perspectives au Grand Ouest » pouvait-on lire dans ce quotidien dont l’article n’hésitait pas à présenter la mer comme « le nouvel eldorado économique ». L’avenir des Pays de la Loire, et plus généralement de l’Ouest, passe par la mer et par son littoral. Si les Chantiers navals de Nantes ont fermé en 1987, les activités industrielles se poursuivent sur le Chantier de Saint-Nazaire. L’avenir industriel des Pays de la Loire passe aussi par le développement des Énergies Marines Renouvelables (EMR), et notamment de l’éolien offshore (éoliennes aux large des côtes). Là aussi, c’est du travail pour les salariés de STX, d’Alstom ou d’EDF, et pour un certain nombre de sous-traitants : déjà 600 emplois sont créés dans la région grâce au développement de la filière EMR. La Région joue bien évidemment pleinement son rôle de soutien aux Chantiers de Saint-Nazaire et à leurs sous-traitants ainsi qu’au développement des EMR.

Alors que Nantes lance un grand débat sur la Loire, que le Conseil régional soumet à la discussion un projet de Parc naturel régional de l’estuaire, chacun comprend l’enjeu que cela participe d’un processus de réappropriation de l’estuaire et de l’Océan si proche par les habitants.

Les cap-horniers le savaient, la mer sait être dangereuse. Au moment où se déroule le procès de la tempête Xynthia, il faut rappeler que la mer est un élément pas toujours prévisible. La mer et le littoral sont aussi des éléments fragiles. Il nous faut tout mettre en œuvre pour les préserver des conséquence de certaines activités humaines. Nous le savons, la pollution, les dérèglements climatiques, favorisent les catastrophes naturelles. Mettre en œuvre la transition énergétique, c’est ce que nous faisons par exemple en accompagnant le développement des EMR. C’est créer des emplois, mais c’est aussi œuvrer à la protection de l’environnement, et donc à la protection des êtres humains qui habitent cette planète Terre.


Pas de commentaire »

No comments yet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *