RSS Feed

La préservation des marais estuariens

Écrit le 19 septembre 2013 par Éric Thouzeau

Cordemais vanne de la ChausséeJe viens de représenter le Conseil régional à l’inauguration de la vanne de la Chaussée à Cordemais (44). Cette vanne permet de vider l’eau des marais estuariens de Cordemais au printemps ou, dans l’autre sens, de faire rentrer l’eau du fleuve, en été, lorsque le marais est trop sec.

Les marais « nord-Loire » constituent un ensemble de zones humides de 6 500 hectares entre Couëron et Lavau-sur-Loire, sur la rive nord de l’estuaire de la Loire (Loire-Atlantique). Leur bassin versant, de 194 km², est délimité au nord par le Sillon de Bretagne, au sud par le fleuve, à l’est par l’agglomération nantaise, et à l’ouest par le site industrialo-portuaire de Montoir/Donges/Saint-Nazaire. Une vingtaine de petits cours d’eau se jettent dans ces zones humides, représentant un réseau hydrographique de plus de 100 km.

Ce territoire, géré initialement par huit syndicats de marais, s’est engagé en 2009 dans une démarche de fusion pour la mise en commun de leurs moyens humains et financiers. C’est la Communauté de communes Cœur d’Estuaire qui est chargée de sa coordination. Les maîtres d’ouvrage sont les 3 syndicats de marais, la Communauté de communes Loire et Sillon, Nantes Métropole, ainsi que les communes de Cordemais et de Saint-Étienne-de-Montluc.

La restauration de la vanne de la Chaussée

Le syndicat des marais estuariens de Cordemais entretient près de 19 km de douves et d’étiers, et 7 vannes permettant la gestion hydraulique. Il couvre une superficie de 565 ha et regroupe environ 260 propriétaires. Située à Cordemais, la vanne de la Chaussée présentait des fuites importantes venant perturber la gestion des niveaux d’eau. Un diagnostic de l’ouvrage, et notamment de sa structure porteuse (perrés, bajoyers, radier …), a été réalisé en 2012 pour déterminer précisément les dysfonctionnements. Un radar géologique a été passé sur les bajoyers, et un diagnostic du radier a été effectué par un plongeur professionnel. Les résultats de ces expertises ont mis en évidence des poches de vide dans la structure porteuse de l’ouvrage. Pour pallier à ces dégradations, des travaux de restauration ont été entrepris. La vanne de la Chaussée commande tout le marais de la Roche. Ce marais alimenté par six cours d’eau, est essentiellement pâturé et possède un fort intérêt environnemental (site Natura 2000 « Estuaire de la Loire »).

La continuité piscicole est également prise en compte. Ce marais de la Roche, qui présente un des meilleurs potentiels piscicoles dans le nord Loire, montrait pourtant en 2011 une anguille peu abondante. Des travaux ont donc été réalisés en 2011, avec l’installation de fentes verticales sur le clapet de la porte. Des suivis sont attendus en 2013 afin d’apprécier l’efficacité de ces travaux sur la continuité écologique de l’anguille.

Soutien régional à la restauration des marais estuariens

En complément des mesures agri-environnementales en zones humides (MAEZH), la Région accompagne ce territoire depuis plusieurs années par un soutien à la restauration des marais estuariens.Région PdL Vanne de la Chaussée Ce programme de travaux 2010-2015 comprend par exemple des actions de curage des marais et de restauration d’ouvrages, mais surtout de renaturation des cours d’eau et de continuité écologique, en vue du bon état écologique de ce milieu à forts enjeux environnementaux, agricoles, et sociétaux. Par ailleurs, ce territoire sera, au cours de l’année 2014, « couvert » par un CRBV (Contrat Régional de Bassin-Versant ) qui sera financé par la Région, et porté par la  Communauté de communes « Cœur d’estuaire », en collaboration avec la Communauté Loire et Sillon dans le cadre du SAGE Estuaire.

Vanne de la Chaussée avant travaux de restauration

Vanne de la Chaussée avant travaux de restauration


Un commentaire »

  1. redcloud dit :

    D’autres SAGE ont été mis en place sur Grandlieu notamment et les particuliers continuent de désherber à coup de défolliant leur fossés, cours….
    Il faut interdire ces pesticides à la vente libre, ils constituent du matériel très dangereux et facile à se procurer!Ce sont des armes chimiques il faut les réguler!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *