RSS Feed

La Région, la dépense publique et l’aide aux entreprises

Écrit le 6 février 2014 par Éric Thouzeau

500projetsJe viens de participer à la présentation du dispositif « 500 projets pour les territoires » à Héric (44), à l’occasion de la remise d’un chèque de financement à deux entreprises de cette commune.

A Héric, deux entreprises (l’une de réalisation, entretien et rénovation des bâtiments ; l’autre de fabrication de meubles sur mesure) se sont associées pour acquérir et mutualiser une cabine de vernissage de haute qualité. L’acquisition de ce nouvel outil de production va permettre aux deux entreprises, de plus en plus sollicitées pour la réalisation de travaux de finition, de répondre de manière plus efficace à leurs marchés respectifs, mais aussi de réaliser des gains de temps, de réduire la pénibilité du travail des salariés, tout en étant conforme aux normes environnementales en vigueur.

Favoriser le « faire-ensemble »

Le dispositif «500 projets de développement économique pour les territoires» a été lancé par la Région en 2013. Destiné à toutes les entreprises du territoire, il a vocation à soutenir des projets collectifs du secteur de l’artisanat, du commerce, de l’économie sociale et solidaire, de l’agriculture ou du tourisme, avec une aide financière correspondant à 50% maximum du coût du projet et plafonnée à 25 000 €. Les projets soutenus sont des projets d’investissement matériel ou immatériel (brevet, logiciel, site Internet…) novateurs pour l’entreprise, la filière ou le territoire. Les entreprises (PME, TPE, artisans, commerçants, groupement d’intérêt économique et associations) doivent se regrouper pour porter un projet d’investissement collectif (deux bénéficiaires au minimum). Il s’agit de soutenir la prise d’initiative collective et de favoriser le « faire-ensemble », avec un dispositif simple et réactif.500projets(1)

En 2013, la Région a mobilisé une enveloppe de 5 M€ pour lancer une action de masse pour identifier et financer  ces « 500 projets » dans tous les territoires des Pays de la Loire. Déjà 70 projets ont été accompagnés en six mois, sur les cinq départements. Soit 267 entreprises représentant 1 709 emplois et 61 nouveaux emplois générés. Le montant moyen de l’aide est de 17 381 €.

Ne laisser personne sur le bord du chemin

Jusqu’à aujourd’hui, la Région s’est distinguée par sa capacité à faire émerger des projets d’envergure (IRT Jules Verne, naissance d’une nouvelle filière industrielle EMR, Cité de la réalité virtuelle à Laval, etc.), caractérisés par des montants financiers en dizaines de millions d’euros, à la hauteur des enjeux et des nombreux acteurs impliqués. La Région n’avait pas mis en place de dispositif adapté aux «petits» projets. En Pays de la Loire, les « petits » projets font aussi les grands succès ! C’est pourquoi la Région a décidé de les soutenir avec la volonté affichée de conforter et de développer l’emploi.

La stratégie de la majorité régionale de gauche est motivée par l’idée de ne laisser aucun territoire sur le bord du chemin. Il s’agit de se porter aux côtés de tous les territoires, pour accélérer la réalisation de tous les projets contribuant à mettre en mouvement les entreprises et les territoires, notamment en milieux rural et péri-urbain. En effet, dans certains endroits, et plus particulièrement dans les zones rurales, certains peuvent avoir le sentiment d’être en décrochage par rapport aux dynamiques à l’œuvre dans les agglomérations.

Le rôle positif de la dépense publique

Certains s’interrogent sur le niveau des dépenses publiques dans notre pays. Keynes l’a pourtant bien mis en lumière : une politique budgétaire publique active contribue à amortir les cycles économiques. L’investissement public a ainsi des conséquences évidentes sur le volume de l’emploi. C’est ce qu’on appelle le multiplicateur keynésien ou le multiplicateur  d’investissement. Dans le cas, par exemple, des Contrats de territoire des Pays de la Loire, pour un euro investi par le Conseil régional, via l’effet de levier ce sont 5 euros qui sont investis sur le territoire. Dans l’exemple du dispositif « 500 projets », la moitié de l’investissement est à la charge des entreprises (1 euro de la Région, 1 euro des entreprises). Ce qui amène des entreprises, surtout les plus petites, à faire un investissement qu’elles n’auraient pas fait sans l’aide de la Région. A Héric, l’investissement réalisé aurait, au mieux, été fait dans trois ans, selon les dires des entreprises concernées.

Une des compétences principales du Conseil régional, qui va d’ailleurs se voir renforcer, ce sont les aides à l’économie. Les aides aux entreprises en sont l’un des volets. Comme il s’agit de l’utilisation d’argent public, la Région s’est dotée d’une Charte de conditionnalité des aides. Comme l’avait alors déclaré le Président du Conseil régional, Jacques Auxiette : « Certes, il faut rester compétitif, ne pas être immobile. Encore faut-il ne pas se tromper de chemin ! La compétitivité ne doit pas être synonyme de moins de règles, moins de salaires, moins de droits sociaux, moins d’investissements pour le futur. A cette vision de l’hyper-concurrence, nous opposons la compétitivité-innovation et la bonne performance ». Il est par ailleurs demandé aux entreprises qui bénéficient d’une aide d’un montant supérieur à 100 000 € par an ou à 200 000 € sur trois ans, de s’engager plus fortement en signant un Contrat de progrès500projest(2)


2 Comments »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *