RSS Feed

Pour un cinquième Parc naturel régional

Écrit le 30 janvier 2014 par Éric Thouzeau

Document d'Estuarium (http://www.estuarium.org/site/publications.htm)

Document d’Estuarium (http://www.estuarium.org/site/publications.htm)

Lors de la session du Conseil régional consacrée au budget 2014, je suis intervenu, au nom du Groupe Socialiste, sur l’une des 15 nouvelles mesures présentées à cette occasion : la création d’un Parc naturel Régional de l’Estuaire de la Loire et du Lac de Grand-Lieu.

Notre région est traversée de paysages aussi diversifiés que fragiles. Les marais de Bourgneuf et de Vendée, le marais Poitevin, les marais salants de Guérande, la Brière, les basses vallées angevines, les forêts de Sillé, de Bercé, de Perseigne, les dunes et le bocage de Vendée, les cours d’eau comme la Mayenne, le Loir, la Sarthe, mais aussi le Lac de Grand-Lieu et l’Estuaire de la Loire… autant de paysages particuliers qui font l’identité de notre région ; autant de richesses qu’il nous faut préserver. C’est ce à quoi nous travaillons depuis 2010 : la protection de notre environnement et la préservation de sa biodiversité sont au cœur de la politique régionale.

En 2010, nous nous étions engagés à mettre en œuvre un plan d’actions en faveur de la biodiversité. C’est chose faite, avec le plan régional d’actions 2010-2012 qui a notamment permis la création de Réserves Naturelles Régionales ; elles sont aujourd’hui au nombre de 18, regroupant les deux tiers des espèces animales menacées en Pays de la Loire. En 2010, nous nous étions engagés à créer une Maison de la biodiversité. Engagement tenu, avec l’ouverture, en juin dernier, à La Roche-sur-Yon, du Centre Beautour qui est amené à devenir la vitrine de nos actions en matière de préservation de la biodiversité. En 2010, nous nous étions également engagés à construire le projet « Loire 2020 ». Engagement tenu, avec un projet construit avec l’ensemble des acteurs concernés, et avec dix actions proposées pour mettre en valeur les innombrables atouts de la Loire.Actions-regionales-pour-la-Loire-et-son-estuaire_image_largeur220

Nous disposons aujourd’hui d’une année supplémentaire pour mettre en œuvre de nouvelles mesures. C’est pourquoi nous proposons d’aller plus loin, avec près de 30 millions d’euros qui seront consacrés à de nouvelles mesures en faveur de la préservation de la biodiversité. Nous proposons notamment de lancer une étude de faisabilité sur la création d’un cinquième Parc Naturel Régional autour de l’Estuaire de la Loire et du Lac de Grand-Lieu.

Mais un Parc Naturel Régional, qu’est-ce que c’est ? Il ne s’agit bien évidemment pas de céder au mythe illusoire de la restauration d’une nature passée et idéalisée, qu’il serait nécessaire de figer dans le temps. N’oublions pas que la richesse de nos paysages et leur biodiversité sont aussi le produit de l’activité humaine ; ces paysages sont vivants et, par nature, changeants. Un Parc Naturel Régional permet de combiner à la fois le développement économique et la préservation de l’environnement et de la biodiversité de nos territoires.

L’Estuaire de la Loire et le Lac de Grand-Lieu sont des espaces naturels remarquables, dotés d’une biodiversité exceptionnelle ; il nous faut mieux les mettre en valeur. Les Pays de la Loire comptent déjà quatre Parcs Naturels Régionaux, qui sont situés dans des territoires certes habités, mais essentiellement ruraux. De ce point de vue, l’Estuaire de la Loire est différent des autres territoires situés dans des Parcs Naturels Régionaux. Le territoire de l’Estuaire de la Loire est en effet un site touristique d’importance, et également une vaste zone humide, fragile et méritant d’être préservée. Mais pas seulement : il s’agit également du poumon économique et industriel du territoire. Dans un périmètre qui devra être défini par l’étude de faisabilité, il s’agira de concilier l’ensemble de ces activités. Et c’est bien cela l’objectif d’un classement en Parc Naturel Régional. En regroupant les communes, les intercommunalités, le Département et la Région, le classement en Parc Naturel Régional permettra de mettre en œuvre un projet de territoire concerté. C’est ainsi que seront assurées la cohérence et la coordination de l’ensemble des actions menées sur le territoire par les collectivités, l’État, les associations, et l’ensemble des acteurs. C’est la méthode que nous mettons en œuvre depuis maintenant 10 ans : faire travailler, ensemble, tous les acteurs concernés par un même sujet.

Notre Région compte 400 000 hectares d’espaces protégés, soit 15 % du territoire régional : nous nous situons au 2e rang national en termes de nombre de sites labellisés. La création d’un cinquième Parc Naturel Régional permettra d’amplifier encore nos efforts de préservation de la biodiversité. Nous le savons, l’une des conséquences du modèle de développement économique actuel est une dégradation sans précédent de la biodiversité. Si nous continuons dans cette voie, cela aura des impacts importants sur notre alimentation, sur notre santé, mais aussi sur notre économie. Notre rôle, c’est de prendre toute notre part dans la lutte pour la préservation de la biodiversité et de l’environnement.

Maintenir l’équilibre entre un patrimoine naturel fragile et les activités humaines et économiques est un véritable défi. Il est de notre devoir de réfléchir et d’agir sur les liens entre pratiques industrielles, pratiques agricoles, et préservation de la biodiversité. Ces différentes activités ne sont pas inconciliables ; mais les concilier est un défi permanent que nous devons relever au quotidien. Tous ensemble, nous réussirons !


5 Comments »

  1. redcloud dit :

    Super Eric, je viens d’entendre sur CO2 mon amour que la Brière pourrait accueillir les mesures de compensation pour la destruction des zones humides de Notre-Dame-des-Landes, le mieux évidemment serait de ne rien détruire!
    Sinon en bref, la commune de St-Mars-du Désert informe et verbalise les particuliers qui ne respectent pas les zones de non traitement ( ceux qui mettent du désherbant sur les fossés, bouches d’égouts etc..) C’est la solution simple et efficace pour diminuer rapidement la pollution de nos eaux de surface, la région pourrait-elle pousser dans ce sens!?
    Sinon dernières infos de l’Arctique et de l’explication de la situation méteo catastrophique actuelle :
    http://www.theecologist.org/blogs_and_comments/commentators/2272758/we_must_prevent_abrupt_climate_change.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *