RSS Feed

Le Centre d’histoire du travail

Écrit le 29 mars 2012 par Éric Thouzeau

Vendredi dernier le Centre d’histoire du travail (CHT) tenait son assemblée générale annuelle à Nantes. J’y représentais le Conseil régional. Le CHT a été fondé en 1980 à l’initiative de syndicalistes ouvriers et paysans, d’universitaires et avec le soutien d’une quinzaine de mairies. A cette AG, on pouvait d’ailleurs rencontrer la secrétaire de l’UD CGT, Marie-Claude Robin, celle de l’UD CFDT, Isabelle Mercier ou Rober Gaborieau longtemps responsable actif de la CGT- FO.

Le CHT rassemble et conserve les documents ayant trait aux mouvements ouvrier et paysan, et au travail pour constituer un fonds disponible à la fois pour les organisations ouvrières et paysannes ou toute personne désireuse d’en étudier l’évolution. La conservation et l’archivage ne sont pas les seules activités du CHT. Dès le départ, il fut un carrefour de discussions, un lieu de recherche et a joué un rôle indéniable dans la vie intellectuelle et culturelle de Nantes et de Loire-Atlantique.

Le CHT met le savoir-faire de ses salariés à la disposition des organisations syndicales qui souhaitent mener un travail sur leur propre histoire. Se sont ainsi constitués au fil des ans des fonds d’archives d’organisations syndicales et politiques locales et nationales, des collections de périodiques syndicaux et politiques, un fonds iconographique extrêmement riche sur la Loire-Atlantique, une bibliothèque forte de seize mille ouvrages.

Depuis 2006, la Région soutient le CHT pour la réalisation d’opérations ponctuelles, telles que la réalisation d’inventaires d’archives du monde du travail, la réalisation d’un Guide des sources de l’histoire du monde du travail et des mouvements sociaux en Pays-de-La-Loire (publié sur le site internet du CHT), la réfection du site internet et la célébration des trente ans du Centre d’Histoire du Travail. Dorénavant une convention triennale (2012/2014) a été passée entre la région et le CHT. Cette aide s’inscrit dans la politique de la Région en faveur de la connaissance et de la valorisation du patrimoine immatériel


Un commentaire »

  1. René Bourrigaud dit :

    Ce genre d’action ne devient efficace que s’il s’inscrit dans la durée. Pour ceux qui l’ont fondé au début des années 1980, il était difficile de croire qu’un jour le Conseil général, puis un autre jour, le Conseil régional reconnaîtraient la valeur du travail engagé pour conserver cette mémoire ouvrière et populaire. C’est désormais chose acquise. Pour longtemps, espérons-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *