RSS Feed

L’enseignement supérieur et la recherche sont un bien public

Écrit le 27 juin 2013 par Éric Thouzeau

Le-Contrat-de-projets-Etat-Region-2007-2013-des-Pays-de-la-Loire_mediumComme il est de tradition, le préfet de Région est venu au Conseil régional présenter le bilan du Contrat de Projets État-Région. À cette occasion, je suis intervenu au nom du groupe socialiste.

Maintenir l’investissement public (État, collectivités territoriales) est évidemment plus que jamais nécessaire pour préparer l’avenir, contrairement à ce que l’opposition régionale nous invite à faire. Aussi nous avons besoin d’une complémentarité des politiques publiques. C’est pourquoi, Monsieur le Préfet, j’aimerais profiter de votre présence pour vous interpeller sur deux points :

Tout d’abord vous le savez sans doute, notre Assemblée régionale va adopter un document cadre sur l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation. Un schéma qui intègre évidemment une dimension européenne et internationale. C’est aussi au niveau européen que l’on voit que les questions de Recherche et Développement sont mises en avant notamment avec le 8e programme cadre Recherche et Développement de l’Union Européenne dénommé « Horizon 2020 » mais aussi l’évolution du FEDER vers ce que l’on appelle « une spécialisation intelligente des territoires ». Mais malheureusement cela se fait dans un cadre européen de politiques d’austérité qui, rappelons-le, ont plongé notre continent dans la récession. Pour ma part, je dis comme le disent avec raison les syndicats de l’éducation membres de la Confédération Européenne des Syndicats (lors de la  Conférence 2012 du Comité syndical européen de l’éducation ), « l’enseignement supérieur et la recherche sont un bien public ». Les sacrifier, comme c’est le cas à l’heure actuelle en Espagne par exemple, est une erreur profonde. Oui « l’enseignement supérieur et la recherche nécessitent des investissements majeurs, et pour nous toutes les disciplines ont de la valeur ».

Aussi le futur Contrat de Projets qui interviendra en complémentarité sur des projets financés par ces Fonds Européens ne devra pas, pour parler simplement, mettre tous ses œufs dans le même panier. Autrement dit, même si l’orientation européenne tend vers cette « spécialisation intelligente des territoires », il est important de maintenir sur nos territoires un investissement fort pour l’ensemble des filières de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. « Le progrès naît de la diversité des cultures » nous rappelle Pierre Joliot-Curie, et nous pensons qu’il est important que dans le futur CPER, cette diversité soit respectée.

Ma deuxième interrogation porte sur le Commissariat Général à l’Investissement qui prévoit une possible relance des IDEX (Initiatives d’Excellences) mises en place par le précédent Gouvernement. Si tel était le cas nous serions plutôt favorables contrairement à la précédente méthode qui a consisté à mettre en concurrence les universités entre elles, à ce que ces initiatives prennent place dans des discussions contractuelles avec l’ensemble de la communauté enseignement supérieur / recherche. Le schéma que nous allons adopter est la preuve, que nous pouvons compter sur une communauté réactive et capable d’identifier des projets innovants et porteurs d’attractivité pour notre territoire et au-delà.

Bien entendu si les IDEX n’étaient pas relancées, nous nous attendons à ce que la mobilisation des fonds dans ce domaine soit renforcée dans le cadre du CPER.


Pas de commentaire »

No comments yet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *