RSS Feed

Nantes : Objectif 2014

Écrit le 11 février 2013 par Éric Thouzeau

Nantes CC by-nc-sa par Arnaud Abélard

Nantes CC by-nc-sa par Arnaud Abélard

Les quatre sections socialistes de Nantes viennent de tenir une Assemblée générale commune en présence de Patrick Rimbert, maire de Nantes, de nombreux élus municipaux dont Johanna Rolland, première adjointe, et avec près de 300 militants socialistes nantais.  L’année 2013 est une année de préparation des élections municipales. Les socialistes nantais ont donc logiquement débattu de cet objectif 2014, en échangeant tout d’abord sur le (bon) bilan de l’équipe municipale actuelle.

 

Nantes : une gauche sociologiquement majoritaire

La question des municipales est déjà dans toutes les têtes des responsables politiques (mais attention pas nécessairement des citoyens) ! Si la droite nationale se remet difficilement de la crise qui a vu l’UMP se déchirer,  localement l’union de toute la droite semble en marche. On peut aussi penser que le sénateur-maire de St-Sébastien caresse l’espoir de pouvoir franchir la Loire, s’imposer à toutes les composantes de la droite nantaise et se présenter à Nantes. Bien que très ancré à droite, il insistera sans doute  sur son étiquette « centriste » pensant que Nantes peut se gagner au centre. C’est une erreur d’analyse profonde : si la gauche anime l’équipe municipale depuis  si longtemps, c’est bien parce que les socialistes ont su constituer un large rassemblement de la gauche avec au cœur de cette démarche la volonté politique de construire une ville où chacun trouve sa place. Et cette volonté politique est en phase avec un électorat nantais, massivement constitué de salariés (ouvriers, employés, cadres). La gauche est sociologiquement majoritaire à Nantes. Il est logique qu’elle y soit électoralement majoritaire…pour peu qu’elle sache se rassembler. Cela ne doit en rien empêcher le débat normal à gauche que suscite la question urbaine (emploi, logement, transports, équipements, environnement, culture,…). Mais vouloir « peser à gauche », ce qui est légitime, ne doit pas signifier « diviser à gauche » !

Bouclier social contre austérité

Bien évidemment, nous n’éviterons pas le fait que, pour la droite, ces élections municipales seront l’occasion de faire un test national grandeur nature avec une volonté de revanche après sa défaite aux présidentielles et aux législatives de 2012. Sans refuser ce débat de type national, nous aurons à montrer en quoi la politique menée par les collectivités locales a déjà permis d’atténuer les politiques menées par la droite au gouvernement pendant dix ans – le « bouclier social » des collectivités de gauche face au « bouclier fiscal » de la droite au gouvernement – et en quoi nous devons poursuivre cette politique de protection face à l’austérité qui enfonce la zone euro dans la récession, et que le prochain budget européen risque encore d’aggraver (*). Et ce n’est pas marginal quand on sait que 70% de l’’investissement public provient des collectivités territoriales en France. C’est d’ailleurs un point fort ici puisque les trois plus grandes collectivités (Nantes et l’agglomération, le Département, la Région) sont dirigées par les socialistes et des équipes de gauche. La convergence des politiques menées à ces trois niveaux doit être encore mieux affirmée.

Pour mobiliser l’électorat de gauche

Au-delà des aspects locaux du débat, il convient de ne pas oublier que les inquiétudes sociales grandissent. La question de l’emploi reste majeure. Les vagues de licenciements sont anxiogènes, et elles n’épargnent personne (des moins qualifiés aux ingénieurs, à l’exemple de ceux d’Alcatel-Lucent à Orvault). Le pouvoir d’achat de la majorité des salariés stagne, et une autre  répartition des richesses reste à l’ordre du jour. Préparer les échéances électorales de 2014 nécessite qu’en 2013, la gauche au gouvernement approfondisse sa politique sociale qui nécessairement se heurte et se heurtera à la stratégie du Medef qui réclame toujours plus d’assistanat de la part de l’État. Pour lutter contre la précarité et le chômage, on ne peut pas, on ne doit pas faciliter les licenciements comme le réclame le Medef au travers de l’accord national interprofessionnel  de Wagram du 11 janvier. Les réponses que la majorité de gauche au Parlement donnera à toutes ces questions auront évidemment une incidence sur l’importance de la mobilisation de l’électorat de gauche lors des prochaines élections.

Répondre aux attentes sociales et transformer la ville

Un avenir incertain quand on est jeune ou des inquiétudes sur sa retraite quand on vieillit, tout cela rejaillit quand en même temps son cadre de vie est modifié du fait de la densification (indispensable) de l’habitat. La gauche doit traiter ces deux niveaux. Répondre aux légitimes attentes sociales tout en travaillant à transformer la ville pour que puissent vivre, travailler et se loger correctement toutes celles et tous ceux qui sont déjà dans l’agglomération ou y viendront dans les années à venir. C’est là tout le défi que la gauche se doit de relever !

(*)Le Mouvement des Jeunesses socialistes appelle dores et déjà à rejeter ce budget : « Socialistes, refusons un budget d’austérité en Europe »


3 Comments »

  1. THOLIN dit :

    Bonjour Eric,

    Oui, cette année est une année de transition avnt les municipales de 2014, mais cette année doit être pour la gauche écologique et anticapitaliste le moment de s’affirmer oou au contraire de s’allier ou au moins de soutenir une victoire de toute la gauche, en particulier de la gauche dite de gouvernement (le PS le MRG et les verts). Or nous sommes plus près d’une rupture, c’est à dire d’une aliance avec les verts contre le PS et MRG, sans pour autant soutenir le centre ou la droite. Nous ne pouvons plus continuer à soutenir un PS aux manettes qui fait la politique des puissants en suivant aveuglément les lobyistes de Bruxelles et les patrons du Medef, contre les intérêts du peuple. Le gouvernement doit aller dans une autre direction, il devra pour cela retirer le projet de Notre Dame des Landes, et plus généralement tous les grands projets inutiles. Il devra aussi retoquer l’accord scélérat entre le Medef et la CFDT (les deux autres n’existent pas, ils signet pour attirer l’attention…), qui représente la plus importante régression sociale depuis très longtemps (Plus destructrice que le TCE ou les lois succéssives sur les retraites) car cet accord réduit à néant la hiérarchie des normes et par conséquence les droits sociaux de l’OIT, de la Charte Sociale Européenne, du Coe du Travail, des accords de branche. Il ne restera aux grands patrons qu’à s’entourer de quelques pseudo syndicalistes zèlés pour faire signer des accords d’entreprise qui effaceront toutes ces grandes avancées sociales et dérèglementera tout ce qui l’était encore ! Il faudra aussi que le gouvernement réforme le secteur banquaire et qu’il sépare réellement et solidementles activités spéculatives des activités de dépôt. Pour cela il devra faire en sorte (par la loi) que les établissements soient distincts et les passerelles impossibles. Il devra aussi écrire dans cette loi qu’une banque ou institution financière privée en faillite ne sera plus secourue par des fonds publics. Il faudra donc aller bien au delas de ce que nous avons pu apprendre du projet de loi actuel, qui n’intervindrait de façon contraignante pour les banques que pour environ 1 % de leur chiffre d’affaire, alors que les dépôts et les assurances vie ou épargne des citoyens concernent beaucoup plus, surtout en France ou l’épargne et assurance vie constitue une richesse plus importante que le PIB du pays. Il faudra aussi faire voter une véritable taxtation des transactions financières, en particulier sur toutes les transactions de banque à banque soit au niveau des organismes de clearing internationnaux (tous en Europe, Luxembourg, Allemagne et Belgique) et nationaux, ce qui permettrait non seulement de lever des fonds mais aussi d’identifier tous les mouvements vers les paradis fiscaux et sociétés ofshore, et donc vers les fonds mafieux internationnaux… Il faudra aussi que ce gouvernement cesse de gouverner à tâton, en particulier le projet de refondation de l’enseignement n’est pas une rfondation mais du bricolage. Certes ce gouvernement remet des profs dans les classes et rouvre les IUFM, mais le passage à 4,5 jours/semaine est fait dans la précipitation et n’est pas construit pour les enfants mais pour les patrons, encore eux ! En effet les enfants auront toujours des journées beaucoup trop longues, et l’allongement de la période d’intervacation de la mijournée en est la preuve car elle ne permet pas de rcourcir la journée de l’enfant, ni de l’enseignant d’ailleur. De plus les activités périscolaires ne sont organisées, on ne sait ni ou elles auront lieu. Sans doute ce sera dans les écoles le midi et aussi le soir, et donc dans les classes (il n’y a pas d’autre endroits dans les écoles que des classes souvent surchargées), comme si les enseignants allaient laisser leurs classes à des intervenants (qui au passage n’existent pas et s’ils sont recrutés ne seront pas formés), à moins que ce soit aux enseignants d’assurer l’encadrement et l’animation de ces activités ? Dans ce cas nous le voyons il n’y aura en réalité aucun allègement de la journée, par contre les parents seront disponibles en tant que force au travail pour les patrons, aussi le mercredi, qui est pour les jeunes parents jusqu’ici souvent libre,justement pour qu’ils s’occupent de leurs enfants (temps partiels ou journée de 4 jours en 4x 10h, ce que je faisais moi mêe). Les enseignants qui travaillent beaucoup car une classe ne se prépare pas en quelques minutes utilisaient le mercredi en milieu de semaine pour préparer le jeudi et le vendredi, et le samedi pour le lundi et le mardi, ce qui leur permettait d’avoir leur Dimanche. Maintenant ils n’auraont plus de relache, à moins de bâcler le travail, mais ce sont les enfants qui payeraient l’addition… Ajoutons que les mairies le plus souvent n’auront pas les moyens d’embaucher et de former des intervenants pour le périscolaire (même si le gvt donnera une aide pour les deux premières années, la vie ne va pas s’arrêter dans deux ans…) ni de leur fournir ou construire des locaux adaptés, en dehors des classes et à proximité des écoles, ou de financer des transports scolaires supplémentaires…etc. Beaucoup trop de sujets ne sont pas triatés et la formule n’est pas la bonne, il faudrait tout remtre à plat et tout revoir,mais pour cela une simple concerttion ne sufira pas il fut un plan au minimum sur 5 ans mais plus sérieusement sur 10 ans. La solution n’est pas la semaine de 4,5 jours, ou alors il ne aut pas toucher au mercredi mais revenir au le samedi matin, car les enseignants pouvaient faire du soutien ce jour là (classes moins chargée, et obligation pour les élèves en difficulté mais pas pour les bons, c’est ainsi que cela fonctionnait) et aussi cela permettait aux enseignants de rencontrer les parents. Je pense qu’il faut réduire les vacances et réellement réduire la journée à l’école, par exmple de 8h30 à 15h, repas du midi compris. Ensuite il faut mettre des structures publiques en place, petite enfance, mais aussi artisitique (musique, danse, peinture, dessin, BD, cinéma, sculture, chant,orchestre, …etc)et sportives hors des écoles, avec des profs formés (éventuellement des profs des écoles ou des collèges ou lycées s’ils sont volontaires, sinon des profs spécialisés, sans négliger les métiers manuels, mécanique, sports mécaniques, cuisine, bâtimùent, etc… Pour terminer sur ce sujet, il faudrait comme en Alemagne ou dans d’autres pays, ajouter une année pour aller au bac, car d’une part les redoublements sont de plus en plus nombreux dans une solarité (aute de soutien et à cause du rhytme trop élevé), et d’autre part les apprentissges du 21 siècle sont plus nombreux et plus complexes que ceux du 20° ou du 19°…Et puis si l’espérence de vie augmente, pourquoi ne pas prenre un peu plus de temps aux aprentissages plutôt que de le laisser aux patrons, qui n’en font d’ailleurs rien puisqu’ils se séparent des séniors bien avant qu’ils aient ateind l’âge de la retraite.
    Bonne transition pour parler de ce sujet que le MEDEF et la CFDT voir d’autres partenaires antissociaux veulent faire disparaître entous cas dans le système par répartission. Les uns en privilégiant la capitalisation simple et directe (fonds de pension) et les autres moins directement mais tout aussi certainement via des systèmes par points et donc aussi par capitalisation, tout en diminuant le montant des retraites, sous prétexte que leur financement ne serait pas assuré, ce que nos savons depuis la première réforme Baladure de 93, caar jamais rien n’a été fait pour assure le financement du système par répartition, mais au contraire tout a été mis en oeuvre pour le détruire. Quand on écoute le PS on ne voit que augmenation de l’âge ou des cotisations, par contre j’ai beau tendre l’oreille, je n’entends rien sur la cotisation des revenus financiers et donc des actionnaires. Pourtant la solution est là, une solution de gauche, une solution d’espoir pour les salariés ! Je pourais aussi parler de la révision de la politique fiscale et surtout de l’énormité de la dérive fiscale via les sociétés ofshore et les paradis fiscaux (j’en ai parlé un peu enparlant de la taxe de type Tobin), je pourais aussi parler des licenciements boursiers et du comportement désastreux du gvt par rapport à Mittal à PSA Aulnay à Goodyear …etc. et aussi aux centaines d’autres boites qui cassent des emplois ou qui ferment dont nous n’entendons pas parler même quand c’est à côté de chez nous; je pourrais aussi parler de l’écologie, il y a notre Dame des landes (pb écologique et économique qui mériterait à lui seul quelques pages), il y a aussi le pb des gaz de schistes et plus généralement des énergies fossiles, il y a le pb du nucléaire l’EPR gouffre financier, le démentelement des vielles centrales, gouffre financier et écologique (sans compter qu’on ne sais pas faire ! ), le traitement des déchets (gouffre financier et là aussi on ne sait pas faire !), l’influance sur la santé (gouffre financier mais aussi drames humains pour des générations !), le pb du carburant, l’uranium…etc, j’aurais pu aussi parler des éoliennes, de la biomasse, des voitures du futur, de la géotermie, de l’énergie des océans, …etc, et de tant d’autres sujets sur lesquels ce gvt me semble aux abois, à la rue, sans ressort sans propositions, vide ! Quand je pense que les explutions aux frontières continuent comme aux plus beaux jours du Sarkosisme ! Etes vous devenus fous ? Quand je vois que Hollande est d’un côté le valet des Quataris et autres princes arrabes et que de l’autre il engage des forces françaises pour anéantir les hommes armés par ces princes, pour venir au secours de populations menacées dit-il, en réalité pour défendre les intérêts de quelques multinationales qui voient là une menace pour le libre accès au pillage, à leur profit, des richesses de l’Afrique de l’Ouest (uranium, pétrol, cuivre, fer, …etc. J’ai peur que cette politique du grand écart ne nous mène nul part ou plutôt vers un fiasco sans nom (au minium enlisement), du genre perdant perdant, sans même parler du coût de cette intervention !
    Bref, comme tu le vois, les sujets d’inquiétude et de mécontement ne manquent pas, et pourtant au second tour j’ai voté Hollande, pour chasser Sarko. Franchement je me demande encore pourquoi j’ai fait cela ? le mariage pour tous peut-être ? C’est trop peu, il se serait imposé de toutes façons un jour ou l’autre, alors quoi ? Je ne vois pas, mais peut-être est-il trop tôt ? En tous cas les élections sont dans un peu plus d’un an, et beaucoup d’hommes et de femmes de gauche on déjà mangé leur chapeau, n’attendons pas qu’ils mangent leur bulletin de vote, il est grand temps de réagir…
    Amicalement
    Christian THOLIN

  2. redcloud dit :

    Je salut le billet de Christian, sûrement du Parti de Gauche, je constate qu’en tant qu’écologiste je suis plus près de ces Idées que de celles du Parti-Socialiste!
    En tant qu’électeur et militant je me sens trahi par cette municipalité et ce gouvernement, j’ai donc déchiré ma carte d’électeur et ne veut de plus jamais voté pour le PS, je ne suis pas le seul et le phénomène s’étend!Les municipales vont constituer un revers pour le PS par le taux de participation et par le taux de vote en leur faveur.
    Nous avons changé de Siècle, mais pas le PS qui préfère les lobbys sonnant et trébuchant que la vision citoyenne écologiquement responsable, c’est une grave crise démocratique, sociale et écologique.
    A l’heure où barack Obama se réveille sur le climat alors qu’il est presque trop tard, Hollande veut peut-être attendre son hypothétique deuxième mandat pour faire de l’écologie…ce n’est pas sérieux, c’est un désastre!
    Changeons vraiment de Siècle, changeons ce système bipolaire qui ne veut rien changer!

  3. THOLIN dit :

    Bonjour Eric,

    Je viens de relire mon précédent texte, j’en profite pour le corriger (orthographe). Le voici corrigé, prière de le remplacer sans les fautes…
    Sur le fond, je ne retire rien, simplement je ferai un autre texte « bilan » deux ans après… La situation ne s’est pas améliorée, le PS va tête baissée à sa disparition pure et simple. Ne serais-ce finalement pas la meilleur solution ?

    Le texte précédent avec moins de fautes :

    1. THOLIN dit :
    16 février 2013 à 19 h 04 min
    Bonjour Eric,
    Oui, cette année est une année de transition avant les municipales de 2014, mais cette année doit être pour la gauche écologique et anticapitaliste le moment de s’affirmer ou au contraire de s’allier ou au moins de soutenir une victoire de toute la gauche, en particulier de la gauche dite de gouvernement (le PS le MRG et les verts). Or nous sommes plus près d’une rupture, c’est à dire d’une alliance avec les verts contre le PS et MRG, sans pour autant soutenir le centre ou la droite. Nous ne pouvons plus continuer à soutenir un PS aux manettes qui fait la politique des puissants en suivant aveuglément les lobbyistes de Bruxelles et les patrons du Medef, contre les intérêts du peuple. Le gouvernement doit aller dans une autre direction, il devra pour cela retirer le projet de Notre Dame des Landes, et plus généralement tous les grands projets inutiles. Il devra aussi retoquer l’accord scélérat entre le Medef et la CFDT (les deux autres n’existent pas, ils signent pour attirer l’attention…), qui représente la plus importante régression sociale depuis très longtemps (Plus destructrice que le TCE ou les lois successives sur les retraites) car cet accord réduit à néant la hiérarchie des normes et par conséquence les droits sociaux de l’OIT, de la Charte Sociale Européenne, du Code du Travail, des accords de branche. Il ne restera aux grands patrons qu’à s’entourer de quelques pseudo syndicalistes zélés pour faire signer des accords d’entreprise qui effaceront toutes ces grandes avancées sociales et déréglementera tout ce qui l’était encore ! Il faudra aussi que le gouvernement réforme le secteur bancaire et qu’il sépare réellement et solidement les activités spéculatives des activités de dépôt. Pour cela il devra faire en sorte (par la loi) que les établissements soient distincts et les passerelles impossibles. Il devra aussi écrire dans cette loi qu’une banque ou institution financière privée en faillite ne sera plus secourue par des fonds publics. Il faudra donc aller bien au delà de ce que nous avons pu apprendre du projet de loi actuel, qui n’interviendrait de façon contraignante pour les banques que pour environ 1 % de leur chiffre d’affaire, alors que les dépôts et les assurances vie ou épargne des citoyens concernent beaucoup plus, surtout en France ou l’épargne et assurance vie constitue une richesse plus importante que le PIB du pays. Il faudra aussi faire voter une véritable taxation des transactions financières, en particulier sur toutes les transactions de banque à banque soit au niveau des organismes de clearing internationaux (tous en Europe, Luxembourg, Allemagne et Belgique) et nationaux, ce qui permettrait non seulement de lever des fonds mais aussi d’identifier tous les mouvements vers les paradis fiscaux et sociétés offshore, et donc vers les fonds mafieux internationaux… Il faudra aussi que ce gouvernement cesse de gouverner à tâtons, en particulier le projet de refondation de l’enseignement n’est pas une refondation mais du bricolage. Certes ce gouvernement remet des profs dans les classes et rouvre les IUFM, mais le passage à 4,5 jours/semaine est fait dans la précipitation et n’est pas construit pour les enfants mais pour les patrons, encore eux ! En effet les enfants auront toujours des journées beaucoup trop longues, et l’allongement de la période d’inter-vacation de la mi-journée en est la preuve car elle ne permet pas de raccourcir la journée de l’enfant, ni de l’enseignant d’ailleurs. De plus les activités périscolaires ne sont pas organisées, on ne sait pas non plus ou elles auront lieu. Sans doute ce sera dans les écoles le midi et aussi le soir, et donc dans les classes (il n’y a pas d’autre endroits dans les écoles que des classes souvent surchargées), comme si les enseignants allaient laisser leurs classes à des intervenants (qui au passage n’existent pas et s’ils sont recrutés ne seront pas formés), à moins que ce soit aux enseignants d’assurer l’encadrement et l’animation de ces activités ? Dans ce cas nous le voyons il n’y aura en réalité aucun allègement de la journée, par contre les parents seront disponibles en tant que force au travail pour les patrons, aussi le mercredi, qui est pour les jeunes parents jusqu’ici souvent libre,justement pour qu’ils s’occupent de leurs enfants (temps partiels ou journée de 4 jours en 4x 10h, ce que je faisais moi même). Les enseignants qui travaillent beaucoup car une classe ne se prépare pas en quelques minutes utilisaient le mercredi en milieu de semaine pour préparer le jeudi et le vendredi, et le samedi pour le lundi et le mardi, ce qui leur permettait d’avoir leur Dimanche. Maintenant ils n’auront plus de relâche, à moins de bâcler le travail, mais ce sont les enfants qui payeraient l’addition… Ajoutons que les mairies le plus souvent n’auront pas les moyens d’embaucher et de former des intervenants pour le périscolaire (même si le gvt donnera une aide pour les deux premières années, la vie ne va pas s’arrêter dans deux ans…) ni de leur fournir ou construire des locaux adaptés, en dehors des classes et à proximité des écoles, ou de financer des transports scolaires supplémentaires…etc. Beaucoup trop de sujets ne sont pas traités et la formule n’est pas la bonne, il faudrait tout remettre à plat et tout revoir,mais pour cela une simple concertation ne suffira pas il fut un plan au minimum sur 5 ans mais plus sérieusement sur 10 ans. La solution n’est pas la semaine de 4,5 jours, ou alors il ne faut pas toucher au mercredi mais revenir au le samedi matin, car les enseignants pouvaient faire du soutien ce jour là (classes moins chargées, et obligation pour les élèves en difficulté mais pas pour les bons, c’est ainsi que cela fonctionnait) et aussi cela permettait aux enseignants de rencontrer les parents. Je pense qu’il faut réduire les vacances et réellement réduire la journée à l’école, par exemple de 8h30 à 15h, repas du midi compris. Ensuite il faut mettre des structures publiques en place, petite enfance, mais aussi artistique (musique, danse, peinture, dessin, BD, cinéma, sculpture, chant,orchestre, …etc)et sportives hors des écoles, avec des profs formés (éventuellement des profs des écoles ou des collèges ou lycées s’ils sont volontaires, sinon des profs spécialisés, sans négliger les métiers manuels, mécanique, sports mécaniques, cuisine, bâtiment, etc… Pour terminer sur ce sujet, il faudrait comme en Allemagne ou dans d’autres pays, ajouter une année pour aller au bac, car d’une part les redoublements sont de plus en plus nombreux dans une scolarité (Faute de soutien et à cause du rythme trop élevé et des classes surchargées), et d’autre part les apprentissages du 21 siècle sont plus nombreux et plus complexes que ceux du 20° ou du 19°…Et puis si l’espérance de vie augmente, pourquoi ne pas prendre un peu plus de temps pour les apprentissages plutôt que de le laisser aux patrons, qui n’en font d’ailleurs rien puisqu’ils se séparent des seniors bien avant qu’ils aient atteint l’âge de la retraite.
    Bonne transition pour parler de ce sujet que le MEDEF et la CFDT voir d’autres partenaires antisociaux veulent faire disparaître en tous cas dans le système par répartition. Les uns en privilégiant la capitalisation simple et directe (fonds de pension) et les autres moins directement mais tout aussi certainement via des systèmes par points et donc aussi par capitalisation, tout en diminuant le montant des retraites, sous prétexte que leur financement ne serait pas assuré, ce que nos savons depuis la première réforme Baladure de 93, car jamais rien n’a été fait pour assurer le financement du système par répartition, mais au contraire tout a été mis en œuvre pour le détruire. Quand on écoute le PS on ne voit que l’augmentation de l’âge ou des cotisations, par contre j’ai beau tendre l’oreille, je n’entends rien sur les cotisations des revenus financiers et donc des actionnaires. Pourtant la solution est là, une solution de gauche, une solution d’espoir pour les salariés ! Je pourrais aussi parler de la révision de la politique fiscale et surtout de l’énormité de la dérive fiscale via les sociétés offshore et les paradis fiscaux (j’en ai parlé un peu en parlant de la taxe de type Tobin), je pourrais aussi parler des licenciements boursiers et du comportement désastreux du gvt par rapport à Mittal à PSA Aulnay à Goodyear …etc. et aussi aux centaines d’autres boites qui cassent des emplois ou qui ferment dont nous n’entendons pas parler même quand c’est à côté de chez nous; je pourrais aussi parler de l’écologie, il y a notre Dame des landes (pb écologique et économique qui mériterait à lui seul quelques pages), il y a aussi le pb des gaz de schistes et plus généralement des énergies fossiles, il y a le pb du nucléaire l’EPR gouffre financier, le démantèlement des vielles centrales, gouffre financier et écologique (sans compter qu’on ne sais pas le faire ! ), le traitement des déchets (gouffre financier et là aussi on ne sait pas le faire !), l’influence sur la santé (gouffre financier mais aussi drames humains pour des générations !), le pb du carburant, l’uranium…etc, j’aurais pu aussi parler des éoliennes, de la biomasse, des voitures du futur, de la géothermie, de l’énergie des océans, …etc, et de tant d’autres sujets sur lesquels ce gvt me semble aux abois, à la rue, sans ressort sans propositions, vide ! Quand je pense que les expulsions aux frontières continuent comme aux plus beaux jours du sarkosisme ! Êtes vous devenus fous ? Quand je vois que Hollande est d’un côté le valet des Qataris et autres princes arabes et que de l’autre il engage des forces françaises pour anéantir les hommes armés par ces princes, pour venir au secours de populations menacées dit-il, en réalité pour défendre les intérêts de quelques multinationales qui voient là une menace pour le libre accès au pillage, à leur profit, des richesses de l’Afrique de l’Ouest (uranium, pétrole, cuivre, fer, …etc. J’ai peur que cette politique du grand écart ne nous mène nul part ou plutôt vers un fiasco sans nom (au minium enlisement), du genre perdant perdant, sans même parler du coût de cette intervention !
    Bref, comme tu le vois, les sujets d’inquiétude et de mécontentements ne manquent pas, et pourtant au second tour j’ai voté Hollande, pour chasser Sarko. Franchement je me demande encore pourquoi j’ai fait cela ? Le mariage pour tous peut-être ? C’est trop peu, il se serait imposé de toutes façons un jour ou l’autre, alors quoi ? Je ne vois pas, mais peut-être est-il trop tôt ? En tous cas les élections sont dans un peu plus d’un an, et beaucoup d’hommes et de femmes de gauche on déjà mangé leur chapeau, n’attendons pas qu’ils mangent leur bulletin de vote, il est grand temps de réagir…
    Amicalement
    Christian THOLIN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *