RSS Feed

Pour l’hôpital public : 5 milliards tout de suite !

Écrit le 17 mars 2020 par Éric Thouzeau

En appeler à l’esprit citoyen est nécessaire dans cette situation de crise sanitaire. Le confinement est un impératif. D’autant que la crise du coronavirus met à nu des systèmes de santé fragilisés par les politiques d’austérité. Macron parle de guerre : on peut dire qu’il a contribué à affaiblir nos défenses. Il faut tout de suite 5 milliards pour l’hôpital public !

Les mesures d’austérité dans le secteur hospitalier se paient cash aujourd’hui. Tant en France que dans d’autres pays. Selon les pays, cela peut aller jusqu’au point de rupture avec une incapacité d’accueillir un afflux de malades. Voire pire jusqu’au « tri » des malades.

Macron se rêve en sauveur de la Nation. Il prononce pas moins de 4 fois : « nous sommes en guerre ». Utiliser le mot « confinement » eut été plus utile. Il ne l’a pas fait.

Ses accents « churchilliens » n’y feront rien. Tout le monde garde et gardera à l’esprit que le jour d’avant le coronavirus Macron cassait l’hôpital public. Il est resté sourd aux appels des professionnels de la santé. Il a sciemment désarmé l’hôpital public et sapé les bases de notre protection sociale.

La France mène  des guerres depuis des dizaines d’années dans différents pays d’Afrique. Mais, chut…ce ne sont pas des guerres, ce sont des « opérations extérieures » (OPEX).  

Pas un centime de moins sur nos salaires

Le confinement oui ! Mais pourquoi ne pas fermer toutes les entreprises qui ne sont pas utiles dans la gestion de la crise ? De nombreux salariés sont encore obligés d’aller travailler à l’heure actuelle (leur activité ne permettant pas le télétravail). Quelle logique ? Notre santé ne compte-t-elle pas plus que leurs bénéfices ?

Il y a une dissymétrie dans les propos présidentiels entre les annonces en direction du patronat et celles moins nombreuses qui concernent les salariés. Que des mesures soient prises pour éviter toute faillite aujourd’hui, c’est bien. Mais pourquoi ne pas décider que les salariés confinés toucheront l’intégralité de leur salaire, ce qui n’est pas le cas avec le chômage partiel (83 % seulement) ?

La semaine dernière, Macron parlait de mesures de ruptures nécessaires… à l’avenir. Et si on commençait tout de suite ? Outre les 5 milliards pour les hôpitaux publics, pourquoi ne pas décider d’un impôt exceptionnel sur les laboratoires pharmaceutiques ? Pour la recherche publique ! « Interdire les licenciements » dit même un ministre. Très bien ! Cela ne doit pas se cantonner à un discours mais doit se traduire dans les actes. Un strict contrôle public sur les prix est également nécessaire.

Construire le rassemblement à gauche

La crise actuelle est aussi économique, financière et énergétique. Le coronavirus n’en est pas la cause, mais le déclencheur. Ce qui est en cause c’est bien l’organisation mondiale du système capitaliste. Entendre le néo-libéral Macron dire « qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché » pourrait faire sourire si la situation n’était pas aussi grave.

Une alternative au néo-libéralisme et à la financiarisation de nos économies depuis 30 ans est nécessaire. C’est plus que jamais d’actualité au 21ème siècle où le système économique dominant produit marchandisation généralisée des activités au profit des actionnaires, et saccage sans retenue la nature. C’est à la gauche de se rassembler aujourd’hui pour porter cette alternative sans aucune confiance envers Macron et ses amis.

Ils oublieront, comme Sarkozy ou Hollande après la crise de 2008 et ses suites, leurs belles paroles sitôt l’épidémie de coronavirus finie.

Pourquoi Macron parle-t-il seulement de suspension de la réforme des retraites et de celle de l’indemnité chômage ? Ce qu’il faut c’est leur retrait !

Municipales : L’unité à gauche est payante !

Comme prévu, le parti macronien subit au 1er tour des municipales une sévère défaite montrant l’isolement du président des riches. Même dans un contexte difficile d’abstention importante, ces élections ont montré que partout où la gauche s’est rassemblée elle réalise de bons scores. C’est même l’union de la gauche qui permet à EELV de réaliser ses meilleurs scores (exemple Besançon), le cavalier seul des Verts aboutissant à des scores moindres (exemple Nantes ou Le Havre). Plus que jamais se rassembler à gauche est nécessaire. Pour préparer le deuxième tour mais aussi pour porter, dès maintenant, ensemble des exigences sociales et écologiques dans la crise que nous traversons.


Pas de commentaire »

No comments yet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *