RSS Feed

Rassembler les roses-rouges-verts en Loire-Atlantique

Écrit le 29 avril 2017 par Éric Thouzeau

Nous serons dans la rue le 1er mai pour défendre les revendications sociales, celles des jeunes, des salariés en activité, privés d’emploi ou à la retraite. Le 7 mai, nous devrons écarter le danger Le Pen, puis nous serons dans la résistance aux politiques libérales dès le 8 mai. Le projet politique de Macron est de droite : baisse de l’ISF, suppression de 120 000 fonctionnaires, « contrôle » des chômeurs, austérité pour les collectivités territoriales… Cela constituera des reculs supplémentaires sur la protection sociale, les services publics, le droit du travail. Dès le 8 mai, nous aurons à nous opposer à cette politique de droite et, pour cela, il est indispensable de reconstruire une gauche rose-rouge-verte.

Le résultat du scrutin du 23 avril est cruel à double titre : il sanctionne le bilan désastreux du quinquennat et il sanctionne l’incapacité de la gauche à s’unir alors qu’elle pouvait gagner la présidentielle. Les leçons doivent être tirées de ces échecs. La gauche peut et doit s’unir pour une alternative dès les élections législatives pour être une opposition efficace et sans concession au gouvernement Macron.

Travailler au rassemblement en Loire-Atlantique

Les électeurs et électrices de gauche souhaitent l’unité. Cela devrait déjà se traduire autour de candidatures communes pour les élections législatives. En Loire-Atlantique, il sera difficile pour les candidats de la gauche et de l’écologie d’avoir de nombreux députés élus. Ce sera encore plus difficile si la gauche va en ordre dispersé à cette élection législative.

Contre les candidats macronistes issus du PS (6ème et 10ème circonscription), nous devrions travailler à un accord socialistes-communistes-écologistes-insoumis. Contre De Rugy (1ère circonscription), qui a renié son engagement de soutenir le vainqueur de la primaire de la gauche pour rejoindre Macron, là aussi un accord doit être recherché. Cela nécessite de vérifier sur les autres circonscriptions les soutiens réciproques et donc les retraits envisageables de candidatures sur l’ensemble du département. Le temps nous est compté puisque les candidatures doivent être déposées au plus tard le 18 mai.

Pour construire une opposition forte à un gouvernement Macron, la gauche non macroniste (*) doit trouver les chemins du rassemblement. Vers une fédération « rose-rouge-verte » ? Oui, assurément !

(*) celle qui refuse une alliance avec tout ou partie de la droite

 


Pas de commentaire »

No comments yet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *