RSS Feed

Mot-clef : Résistance

  1. Nous continuerons à nous indigner !

    Écrit le 27 février 2013 par Éric Thouzeau

    imagesC’est avec une grande émotion que nous saluons la mémoire du militant socialiste Stéphane Hessel.

    Tout au long de sa vie, il a su porter des idéaux de solidarité et de fraternité. D’abord les idéaux de la Résistance, lui le résistant et déporté qui a de façon constante défendu  l’actualité du programme du Conseil national de la résistance. Si le Medef d’aujourd’hui a déclaré vouloir en finir avec ce programme du CNR, cela prouve bien toute la pertinence des valeurs portées par ce programme plus de 70 ans près son adoption.

    Stéphane Hessel a été, à l’ONU, « témoin » (*) de l’élaboration de la Déclaration universelle  des droits de l’Homme.

    Pour les plus jeunes générations, il restera surtout l’auteur de cet essai  « Indignez-vous ! » qui a inspiré un mouvement international de refus d’un monde dominé par la finance. Ce combat doit se poursuivre. Prenons l’engagement de continuer à nous indigner. C’est sans doute le plus bel hommage à rendre à Stéphane Hessel !

    (*) Voir à ce propos la tribune Hagiographie inexacte de Claude Moisy dans Le Monde du 6 mars 2013


  2. 70ème anniversaire des procès de 1943

    Écrit le 18 février 2013 par Éric Thouzeau

    Procès des 42En 1943 à Nantes, les Francs-tireurs et partisans (FTP) du « procès des 42 » puis ceux du « procès des 16 » étaient fusillés par les nazis. J’ai représenté le Conseil régional à deux des cérémonies du souvenir à Nantes, l’une à la maison des syndicats l’autre au champ de tir du Bêle. Cette dernière cérémonie s’est déroulée en présence de membres des familles des fusillés français et espagnols. En effet, 5 républicains espagnols ont été condamnés lors de ce procès des 42 (*). L’article ci-dessous est extrait du bulletin de novembre 2012 du comité départemental du souvenir des fusillés de Châteaubriant et Nantes et de la Résistance en Loire-Inférieure

    Le 15 janvier 1943, le « Procès des 42 » s’ouvre au Palais de Justice de Nantes. En fait, le Conseil de Guerre de l’armée allemande juge 43 hommes et 2 femmes. Lire la suite…


  3. Hommage à Jean-Baptiste Daviais

    Écrit le 7 janvier 2013 par Éric Thouzeau

    Photographie de JB.Daviais extraite de "La guerre en Bretagne" de A.Perraud-CharmantierA Nantes le 6 janvier, j’ai représenté  le Conseil régional à la cérémonie du souvenir de Jean-Baptiste Daviais ,  résistant assassiné à Dachau le 9 janvier 1945. Alain Forest président de la Fédération des amicales laïques (FAL) y a pris la parole. Je reproduis ci-dessous un article de Dominique Bloyet (avec son autorisation) aujourd’hui rédacteur en chef adjoint de Presse-Océan,  article écrit en 2008 : « la vie exemplaire d’un Nantais d’exception » .

    La vie exemplaire d’un Nantais d’exception

    Le 9 janvier 1945, un grand Nantais, Jean-Baptiste Daviais, disparaissait au camp de concentration de Dachau où les nazis l’avaient déporté.

    Il avait fait sienne la devise du Dr Ange Guépin : « Aux plus déshérités le plus d’amour ». Et tout au long de sa vie, Jean-Baptiste Daviais l’a mise en pratique auprès des Nantais.

    Si le destin en avait décidé autrement, cet humaniste convaincu aurait, selon le voeu du Comité départemental de libération, pris les commandes de la Ville de Nantes après le départ des occupants en août 1944. Mais en cet été libérateur, le Bonhomme de Bois comme il se faisait surnommer dans la Résistance en référence à son commerce de négoce de bois, dépérissait en Bavière, dans la banlieue de Munich, au sinistre camp de Dachau d’où il ne reviendra pas. Lire la suite…