RSS Feed
  1. Marche pour l’Ukraine, marche pour la Paix

    Écrit le 31 mars 2022 par Éric Thouzeau

    Je reproduis ici un appel d’une trentaine de syndicats, d’associations et de formations politiques de Loire-Atlantique, dont la Gauche démocratique et sociale (GDS44) à se rassembler le 2 avril à Nantes en solidarité avec le peuple ukrainien.

    Nantes samedi 2 avril
    15h Place Graslin
    Marche pour la Paix
    Marche pour l’Ukraine

    Depuis bientôt six semaines, sur ordre de Poutine, l’armée russe a envahi et bombarde l’Ukraine. Des centaines d’enfants, des milliers de civils et de combattants ont déjà été tués ou blessés, des millions de personnes ont pris le chemin de l’exil, des quartiers d’habitation et des villes entières, comme Marioupol, sont totalement détruits.

    Malgré des forces militaires totalement disproportionnées et la destruction de tous ses aéroports civils et militaires, l’Ukraine résiste. Régulièrement bombardée et en partie encerclée par l’armée russe, Kiev, la capitale, tient toujours.
    A l’évidence, le président russe a largement sous-estimé cette résistance populaire de tout un peuple attaché à sa liberté et à son indépendance.

    Lire la suite…

  2. La concurrence n’est pas l’avenir du rail

    Écrit le 25 mars 2022 par Éric Thouzeau

    Un train pollue vingt fois moins que les camions, et consomme six fois moins d’énergie. Un TGV émet 50 fois moins de CO2 qu’une voiture essence ou diesel. Ces chiffres justifieraient une priorité au développement du ferroviaire.

    Le PDG de la SNCF parle de doubler la part du train dans dix ans (1). Il y a en effet urgence à investir dans le ferroviaire. Mais en prend-on le chemin ? Et l’ouverture à la concurrence est-elle un moyen pour y parvenir ? Il est nécessaire de fournir un effort de renouvellement et de modernisation du réseau. Dotée d’un réseau plus récent, l’Allemagne prévoit 86 milliards d’euros sur dix ans (dont trois quarts à la charge de l’État, le reste aux Länder). En France, on parle de seulement 2,8 milliards annuels ! Cette somme ne sera affectée que sur le réseau structurant national, le reste du réseau sera du ressort des collectivités avec des accords avec l’État. L’Autorité de régulation des Transports (ART) estime nettement insuffisant l’effort en faveur de la régénération du réseau ferré.

    Fret et concurrence

    Le fret ferroviaire est ouvert à la concurrence depuis 2006. L’objectif affiché était de faire baisser les prix et rendre le rail plus attractif. C’est un échec, la concurrence n’a pas empêché la poursuite de la baisse du tonnage de marchandises transportées par train.

    Lire la suite…

  3. Qualifier la gauche pour remettre la question sociale au centre des débats

    Écrit le 25 mars 2022 par Éric Thouzeau

    Je reproduis ici un communiqué de la Gauche démocratique et sociale de Loire-Atlantique (GDS44) expliquant les raisons de notre appel à voter pour le candidat de gauche le mieux placé, Jean-Luc Mélenchon.

    Le candidat Macron a enfin annoncé son programme. C’est « travailler plus » : quand on est prof, pour mériter une allocation, jusqu’à 65 ans…Rien pour améliorer concrètement nos vies. Il chouchoute la droite et le patronat.

    À gauche, la candidature Mélenchon se démarque. Il résume en un slogan sa candidature « un autre monde est possible ». Retraite à 60 ans, augmentation du SMIC, allocation étudiante à 1000 €, encadrement des loyers dans le parc privé, blocage des prix d’une nourriture de qualité issue de l’agriculture française, police de proximité. Et il dit où il prend : taxer les profits de la crise, rétablir l’impôt sur la fortune, créer un héritage maximal de 12 M€. Il partage les richesses pour lutter contre les inégalités.

    Qualifier Mélenchon, c’est le retour au clivage droite / gauche. Cela permet de remettre au centre la question sociale, la planification écologique et le renouveau démocratique. Renforcer la gauche est indispensable pour œuvrer efficacement à son rassemblement.

    Lire la suite…

  4. Retraite à 65 ans, c’est non !

    Écrit le 25 mars 2022 par Éric Thouzeau

    Je reproduis ici un appel-pétition que nous lancé avec plusieurs syndicalistes et plus de 200 signataires, regroupant des politiques, des intellectuels et des acteurs du mouvement social, s’opposant à la proposition du candidat Emmanuel Macron de repousser la retraite à 65 ans. « Emmanuel Macron entend faire de l’élection présidentielle un référendum pour ce recul social. Nous appelons à construire un mouvement majoritaire contre la retraite à 65 ans ». Une pétition est en ligne : https://www.wesign.it/fr/social/retraite-a-65-ans-cest-non. La tribune est également à retrouver sur le Club de Mediapart.

    Retraite à 65 ans, c’est non !

    Le candidat Emmanuel Macron veut repousser la retraite à 65 ans. Un retour en arrière de 40 ans après l’avancée de la retraite à 60 ans en 1981.

    Emmanuel Macron entend faire de l’élection présidentielle un référendum pour ce recul social. Nous appelons à construire un mouvement majoritaire contre la retraite à 65 ans.

    Rien ne justifie ce recul social ! Le Conseil d’Orientation des Retraites (COR) indique que « la part des dépenses de retraites dans le PIB resterait dans une trajectoire maîtrisée à l’horizon 2070 ».

    Il n’y a aucune prise en compte de la pénibilité. Une personne entrée à 18 ou 19 ans dans l’emploi devrait attendre 3 ans de plus qu’actuellement – et souvent au chômage – pour prendre sa retraite.

    Ce serait injuste ! Les premières années de retraite sont toujours les meilleures alors qu’avec un allongement de l’âge de départ, les années au travail seraient les plus difficiles.

    Lire la suite…

  5. L’Ukraine a besoin de vous

    Écrit le 18 mars 2022 par Éric Thouzeau

    Je reproduis ici un communiqué commun de 39 associations, syndicats et formations politiques de Loire-Atlantique en solidarité avec le peuple ukrainien.

    La Paix a besoin de vous
    L’Ukraine a besoin de vous

    Depuis plus de trois semaines maintenant, l’Ukraine est envahie et bombardée par l’armée russe. Des dizaines d’enfants, des centaines de civils ont déjà été tués, le théâtre de Marioupol qui accueillait des centaines de familles a été bombardé comme de nombreuses infrastructures publiques. Des quartiers, des villes entières même ont été détruites, les réfugiés, essentiellement des femmes et des enfants, se comptent par millions, des armes non conventionnelles auraient été utilisées par l’armée russe, les dossiers l’attestant sont en cours d’instruction….

    Depuis plus de trois semaines, l’Ukraine résiste malgré des forces armées totalement disproportionnées et la destruction de tous les aéroports ukrainiens, civils et militaires, par l’armée russe. Les autorités ukrainiennes démocratiquement élues résistent. La population ukrainienne résiste… Mais pour combien de temps ?

    En Ukraine, sous les bombes et dans des conditions que chacun.e peut imaginer abominables, la solidarité est en permanence au rendez-vous pour aider autant que faire se peut celles et ceux qui ont tout perdu.

    En Russie, malgré la désinformation institutionnalisée et la répression renforcée, des milliers de citoyen.ne.s se mobilisent contre cette guerre.

    Lire la suite…