RSS Feed

COP 21 : Une nécessaire mobilisation citoyenne pour le climat

Écrit le 24 novembre 2015 par Éric Thouzeau

Changeons le systèmeLa 21ème conférence des Nations unies sur les changements climatiques s’ouvre à Paris le 29 novembre. Le climat change, et si on changeait le système ?

Le réchauffement climatique en cours se produit à une vitesse extrêmement rapide. La présence croissante de CO2 dans l’atmosphère explique ce phénomène. Il est dû principalement à l’utilisation du charbon, du pétrole et du gaz. Une prise de conscience mondiale est en train de s’opérer. Sera-t-elle suffisante pour maintenir le réchauffement en-dessous des 2°C ?

Depuis le sommet de la Terre de Rio en 1992, beaucoup de temps a été perdu. Les résistances au changement de modèle économique qu’impose une vraie transition écologique sont fortes. On l’a encore vu dernièrement, par exemple, en Allemagne et en France. Volkswagen, qui a certainement signé toutes les chartes éthiques et de responsabilité sociale des entreprises possibles, s’est rendu coupable d’une gigantesque fraude sur le respect des normes environnementales. En France, c’est une loi aussi archaïque que la loi Macron qui met sur la route des milliers d’autocars en concurrence avec les trains. Les dérèglements climatiques ont pourtant déjà des effets géopolitiques. Il y a eu quatre années consécutives de sécheresse en Syrie (2006 à 2014), ce qui explique pour partie la déstabilisation de ce pays (*).

L’inaction devient coupableCequirisqued'arriver

A l’horizon 2100, les émissions de gaz à effet de serre (GES) devront être nulles, l’économie décarbonée. Cela nécessite que, d’ici 2050, ces émissions soient divisées par quatre. Tout cela ne sera possible que si, dès maintenant, des engagements précis sont pris et mis en œuvre sans plus tarder. Jusqu’à présent les contributions nationales des États en vue de la COP 21 sont insuffisantes. L’aide aux pays en voie de développement nécessite des transferts technologiques Nord-Sud. Le fonds de 100 milliards jugé indispensable sera-t-il réuni ? Rien n’est moins sûr quand on connaît la crise économique qui perdure.

Marchons pour le climat

Une mobilisation sociale d’ampleur est indispensable pour imposer ce que la diplomatie inter-étatique a beaucoup de mal à obtenir. De nombreux citoyens et de nombreux réseaux associatifs agissent déjà à leur échelle et promeuvent des alternatives. Les collectivités sont le plus souvent partie prenante de ces actions. C’est le cas en Pays de la Loire avec la stratégie régionale de transition énergétique adoptée par le Conseil régional.
Mais dans un capitalisme dominé par la finance et la recherche du profit maximum, le rôle des multinationales est toujours aussi important, avec un credo : « le droit du commerce doit toujours primer sur l’ambition sociale et environnementale » (**).

On n'est pas la seule espèceDans le monde entier, des manifestations auront lieu les 28 et 29 novembre. En France, nous serons nombreux à répondre à l’appel de la Coalition Climat 21, qui regroupe plus d’une centaine d’organisations, pour exiger un accord précis, ambitieux, contraignant et vérifiable.

Parce que je suis socialiste, je participerai au rassemblement prévu à Nantes le 28 novembre (14h, au Miroir d’eau), convaincu que pour contrer les changements climatiques, il ne va pas falloir avoir peur de changer le système !

(*) La sécheresse record, un élément à l’origine du conflit en Syrie (AFP Jean-Louis Santini, AFP Washington).
(**) Le Monde Diplomatique novembre 2015.

Marche climat


Un commentaire »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *