RSS Feed

Lycée de Carquefou : le passage en force de la Région

Écrit le 7 octobre 2018 par Éric Thouzeau

Pour la dénomination du lycée de Carquefou, la droite régionale refuse de tenir compte de l’avis de la communauté éducative de ce lycée 

A l’ouverture du lycée de Carquefou à la rentrée 2017, la Région a proposé de lui donner le nom d’ Honoré d’Estienne d’Orves », grand résistant fusillé par les nazis. Lors du premier Conseil d’administration de ce lycée (septembre 2017), les enseignants soutenus par les parents d’élève et les lycéens ont expliqué qu’ils ne souhaitent pas que ce nom soit retenu. Un concours d’idées a été très officiellement  organisé au lycée ce qui a abouti à trois propositions de noms : l‘historien des sciences Michel Serres, le cryptologue britannique Alan Turing et l’astrophysicien Hubert Reeves avec le souhait que le  lycée «  avant-gardiste et novateur, porte le nom d’un scientifique ». Nul besoin de préciser que le suppléant au Conseil d’administration que je suis n’a aucun moment pris part à ce débat.

Nous avons attendu un an avant de nous exprimer publiquement sur ce sujet quand nous avons appris que la Région maintenait son choix et décidait de ne pas tenir compte des propositions de la communauté éducative. Pourquoi ce passage en force ? La Région n’a toujours pas répondu à notre interpellation.

La Région vient de demander au Conseil d’administration de septembre de 2018 de se prononcer par un vote. Deux voix pour le nom mis en avant par la Région dont celle de sa représentante au CA, 15 voix contre (les représentants de l’administration se sont quant à eux abstenus). Un résultat sans appel ! La communauté éducative a maintenu son point de vue, la Région a décidé de passer outre. C’est une faute.

Qu’un site d’extrême-droite ou quelques nostalgiques de la monarchie m’aient visé suite au communiqué de presse du groupe Socialiste écologiste, radical et républicain (SERR), cela est anecdotique. Dans ce communiqué,  j’indiquais que la seule explication que je trouvais à l’entêtement de la droite régionale à imposer le nom  d’Honoré d’Estienne d’Orves était peut-être dû au fait qu’il était issu de la droite monarchiste (ce que nul ne conteste). Voilà maintenant que, suite à un article du Figaro sur ce sujet, un ancien député LR du Tarn, conseiller régional et  membre du bureau politique de cette formation me traite sur twitter de « c… sans honneur ni dignité ». Chacun appréciera la finesse du propos qui sans contestation possible est une injure publique envers l’élu que je suis. Je rappelle que l’injure publique est punie par l’article 33 de la loi du 29 juillet 1881.


Pas de commentaire »

No comments yet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *