RSS Feed

Plus que jamais, le fil rouge de l’unité à gauche

Écrit le 20 octobre 2020 par Éric Thouzeau

Laïcité, communautarisme, séparatisme, terrorisme1… Tous les sujets sont désormais volontairement mélangés par le gouvernement qui compte sur un discours guerrier pour chasser sur les terres de la droite et de l’extrême-droite. Il compte ainsi faire oublier le bilan calamiteux du macronisme : accroissement inédit des inégalités, mauvaise gestion de la crise sanitaire…

L’assassinat atroce de Samuel Paty par un jeune islamiste nous a tous remplis d’horreur. À travers lui, ce sont tous les enseignants qui ont été visés. Une des missions de l’école laïque, c’est d’apprendre aux élèves à penser par eux-mêmes, à sortir de l’enfermement des superstitions, des préjugés et de l’ignorance.

Le projet d’émancipation

Le projet laïque, celui de la séparation de l’État et des religions, qui garantit à tous la liberté de ne pas croire ou de croire, doit être réaffirmé avec force. C’est ce qui nous a toujours conduits à exprimer notre désaccord avec le financement public des écoles confessionnelles. C’est ce qui nous amène aujourd’hui à affirmer une solidarité totale avec les enseignants et avec le projet d’émancipation et de liberté dont l’école de la République est le pivot.

La laïcité n’a en revanche rien à voir avec la stigmatisation de ceux qui pratiquent telle ou telle religion. Tout comme la judéophobie, l’islamophobie doit être combattue. En revanche, la responsabilité est grande de tous les dirigeants de ce monde qui ont, par exemple, toujours entretenu de bonnes relations avec la monarchie saoudienne, exportatrice d’un des intégrismes religieux les plus virulents.

Une gestion calamiteuse de la crise

L’épidémie de la Covid 19 repart en Europe. Notre pays semble toujours démuni pour y faire face. Le manque de capacités hospitalières est toujours dénoncé par les soignants, eux-mêmes étant encore en nombre encore insuffisants. L’OMS insiste sur tester / isoler. Sur les tests, c’est la pagaille. Et le suivi des cas contacts par les ARS est souvent chaotique.

Macron a maintenant donné la priorité à l’économie, tout cela sans aucun vrai débat politique dans le pays. La restauration de l’état d’urgence sanitaire doit être dénoncée. Nous n’avons pas besoin de pouvoirs spéciaux donnés à l’administration. Si des mesures restrictives des libertés doivent être prises, elles devraient l’être avec l’aval du parlement.

Une plateforme et des campagnes communes

La faillite de Macron est si manifeste que l’hostilité contre lui ne faiblit pas. LR et RN pensent pouvoir en profiter lors des prochains scrutins. Ce sera malheureusement possible si les formations de la gauche sociale et écologiste persistent dans le chacun pour soi. Beaucoup de choses sont écrites par les forces politiques, syndicales, associatives permettant de construire une plateforme commune.

Il faut dès à présent nourrir le débat sur le contenu, car c’est le contenu qui permettra l’unité et la possibilité d’une candidature commune en 2022. Hausse des salaires et des minima sociaux, semaine de 32 heures, investissements massifs dans les services publics et dans la transition énergétique… Autant d’axes sur lesquels il doit être possible de mener sans attendre 2022 des campagnes communes.

(1) Ellen Salvi, « Après l’attentat de Conflans, l’exécutif fait feu de tout bois »,


Pas de commentaire »

No comments yet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *