RSS Feed

Concilier développement et écologie en Pays de la Loire

Écrit le 1 septembre 2015 par Éric Thouzeau

Atelier La RochelleLa préparation de la COP 21 a été au centre de l’Université d’Été du Parti Socialiste à La Rochelle. L’atelier des Pays de la Loire a logiquement été consacré à l’engagement régional sur ce sujet. Aux côtés de Christophe Clergeau, de Jean-Pierre Le Scornet et d’Emmanuelle Bouchaud, je suis intervenu plus particulièrement sur la politique régionale en faveur de la biodiversité et de l’environnement. Je reproduis ici mon intervention.

Lors de la COP 21, nous allons beaucoup entendre parler du rôle des États. C’est logique, car il s’agit pour chaque État de s’engager notamment sur des objectifs de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre. Mais si le rôle des États est important, il ne faut pas négliger celui des collectivités, car de nombreuses initiatives y sont prises. D’autant que les évolutions récentes sur les compétences des différentes collectivités ont, par exemple, confirmé le rôle de chef de file des Régions en matière de biodiversité.

Au cours de notre pré-campagne « 100 jours pour oser les Pays de la Loire », je me suis aperçu que le terme de biodiversité est encore mal appréhendé par nombre de citoyens. Il est vrai qu’il peut apparaître un peu fourre-tout. La biodiversité renvoie à la diversité des organismes vivants, et plus particulièrement à l’interaction entre les différents organismes vivants, qu’il s’agisse de la faune, de la flore, des bactéries, des gènes… L’être humain fait donc partie de la biodiversité. Notre préoccupation, ce n’est pas de sauver notre planète, qui certainement a encore plusieurs milliards d’années devant elle, mais bien de sauvegarder les conditions d’existence et de survie de l’humanité.

Les scientifiques disent que nous connaissons la sixième extinction de la biodiversité. De nombreuses espèces disparaissent et cela se produit très rapidement. Cette extinction est incontestablement due aux activités humaines (pollution, dérèglements climatiques…). La biodiversité actuelle peut pratiquement disparaître comme cela aurait été le cas dèjà cinq fois dans l’histoire de notre planète. Une autre biodiversité renaîtrait certainement… mais ce n’est pas sûr que l’humanité en fasse partie. Bien sûr, dans une période marquée par un chômage de masse, et alors que les dotations de l’État aux collectivités locales baissent, agir pour la préservation de la biodiversité (créer un crapauduc, préserver les tritons crêtés par exemple) peut ne pas être compris par une partie de nos concitoyens. Pourtant, ce dont il est question c’est bien de la préservation des conditions de la pérennité de l’espèce humaine.

La Région des Pays de la Loire est l’une des plus impliquées dans le domaine de l’action pour préserver la biodiversité. Et nous le faisons avec la marque de fabrique « Pays de la Loire », en adoptant une démarche pragmatique qui s’appuie sur les compétences existantes de différents acteurs, et en nouant des partenariats avec différentes structures. C’est le cas avec le Conservatoire Botanique National de Brest, la Ligue de Protection des Oiseaux, le Groupe d’Étude des Invertébrés Armoricains, le Comité Régional de la Propriété Forestière, la Fédération Régionale des Chasseurs, la Chambre Régionale d’Agriculture, le Conservatoire de l’Espace Littoral, et le Conservatoire des Espaces Naturels. Prenons l’exemple de la Fédération des Chasseurs : ses techniciens dispensent des formations concernant les haies aux employés de différentes communes et aux agriculteurs. Il y a 160 000 kms de haies dans notre Région. Beaucoup trop de haies ont été détruites au 20ème siècle lors d’opérations de remembrement. Elles sont indispensables à de nombreuses espèces animales : il faut aujourd’hui en replanter.

Deux plans régionaux en faveur de la biodiversité ont été adoptés l’un en 2011, l’autre en 2014. Il s’agit de coordonner différentes actions et surtout d’avoir une approche transversale des problèmes. Différents outils d’action publique régionale ont été mis au point : Contrats Régionaux de Bassin Versant, Contrats Nature, appels à projet…
Aujourd’hui, 70% du territoire régional est couvert par des actions visant à protéger la qualité des eaux et la biodiversité. Nous avons créé 19 Réserves naturelles régionales qui couvrent 2500 ha. Nous avons 4 Parcs Naturels Régionaux répartis dans les cinq départements de la Région, sur 13% du territoire des Pays de la Loire. En 2013, une Maison de la Biodiversité, le centre Beautour de la Roche-sur-Yon, a été inauguré. Et en 2013, ce sera le tour d’un centre d’interprétation de la Loire dans l’usine élévatoire de Saint-Nazaire. Un projet de Parc Naturel Régional de l’Estuaire et de Grand Lieu est également à l’étude avec les communes concernées. Il s’agira, dans un espace naturel exceptionnel mais fragile, de travailler à un projet conciliant développement économique et protection de l’environnement.

Je pourrai également parler longuement de l’association Air Pays de la Loire que j’ai l’honneur de présider. Association agréée par le Ministère de l’Écologie, elle est chargée de veiller à la qualité de l’air (grâce à des mesures en continu sur une trentaine de sites de la région). Air Pays de la Loire est aussi un partenaire important de la Région aux côtés de l’État et de l’Adème pour constituer un Dispositif Régional d’Observation Partagée Énergie-Climat (DROPEC). Il s’agit de disposer de données fiables sur les quantités de gaz à effet de serre émises dans notre Région et sur les consommations énergétiques. Fixer des objectifs de réduction, c’est bien. Pouvoir les contrôler, c’est encore mieux !

Pour conclure, il me semble que longtemps, trop longtemps, nous nous sommes contentés de dire que l’être humain avait dominé la nature. Avec le philosophe Walter Benjamin, nous devons considérer que l’Homme doit maintenant dominer son rapport à la nature. En 2014, selon l’INSEE, les Pays de la Loire étaient reconnus comme première région française pour la qualité de vie. Préserver l’environnement, c’est préserver cette certaine qualité de vie : travailler, étudier, vivre dans un environnement préservé, c’est bien l’objectif des politiques publiques mises en œuvre par la majorité de gauche du Conseil régional des Pays de la Loire !


Pas de commentaire »

No comments yet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *