RSS Feed

Face à la panne et à Le Pen

Écrit le 28 août 2014 par Éric Thouzeau

Tract SFIO de 1936

Tract SFIO de 1936

Le quotidien Libération a publié le 27 août une tribune libre, sous le titre « L’avenir de la gauche se joue maintenant et avant tout au PS », une tribune que j’ai rédigée et signée avec plusieurs de mes camarades de la revue Démocratie & Socialisme, animateurs de Maintenant la Gauche (motion 3 du dernier congrès du PS). Cette tribune a été écrite avant l’ovation du patronat à Manuel Valls à l’université du Medef. Le Premier ministre est un homme du passé : il emprunte les voies du libéralisme plus de quinze ans après Blair et Schröder malgré le bilan calamiteux de cette politique en Grande-Bretagne mais aussi en Allemagne (cf. Made in Germany de Guillaume Duval). Notre tribune publiée dans Libération, que je reproduis ci-dessous, garde toute sa pertinence. Vite : Un congrès du PS ! 

Contrairement aux engagements du candidat Hollande, la politique menée dans notre pays est plus favorable au Medef qu’aux salariés. Alors que la gauche avait tout pouvoir pour combattre la finance, elle a fait des choix libéraux et cela aboutit à la « panne » qui vient d’être reconnue par Michel Sapin et à l’échec du gouvernement Valls 1 après seulement 147 jours.

« Hors de question de changer de politique », clame le Premier ministre agitant le mot « réforme » comme un hochet (« Nous devons réformer, réformer inlassablement »), mais l’inanité de son discours n’a d’égale que son entêtement. Il nous traite d’« d’irresponsables », nous, la gauche socialiste, qui proposons depuis 2 ans une alternative. Mais ce qui est « irresponsable » c’est de ne pas prendre acte de la situation, de ne pas être pragmatique, de ne pas corriger le cap. Manuel Valls avait obtenu 5,6 % des voix aux primaires socialistes mais c’est, hélas, la politique qu’il préconisait alors qui est appliquée et qui vient de faire éclater son premier gouvernement. Elle divise la gauche, la majorité parlementaire, le Parti socialiste, aussi sûrement que le gouvernement mis en place le 2 avril dernier.

Il va falloir y mettre un coup d’arrêt au PS et à l’assemblée, car c’est une orientation minoritaire, injuste pour les salariés, inefficace économiquement, suicidaire pour la gauche. 40 % du BN du PS s’y est opposé depuis le 18 février, puis des milliers de socialistes, puis 100 députés, puis des ministres…

L’austérité en Europe conduit à la déflation

La Commission européenne affirme son ambition de transformer les 17 pays de la zone euro en 17 « Allemagne ». C’est absurde puisque l’excédent commercial de l’Allemagne se nourrit du déficit commercial de la France, de l’Italie, de l’Espagne… Le résultat de cette absurdité est sous nos yeux : la Grèce, l’Espagne et le Portugal sont exsangues, l’Italie est en récession, le PIB de l’Allemagne recule de 0,2 % au deuxième trimestre et la croissance de la France est nulle. Les économies européennes sont au bord de la déflation. En France, la courbe du chômage a continué sa hausse avec 5,9 millions de demandeurs d’emplois (toutes catégories, outre mer inclus). La pauvreté touche 9 millions de personnes et la précarité devient le lot commun : 83,7 % des embauches se font en CDD.

 L’austérité en France aggrave la dette publique

Un paradoxe majeur saute aux yeux : la politique d’austérité menée au nom de la diminution des dettes publiques, produit l’effet inverse. La dette publique a augmenté de 85,9 % du PIB fin 2011 à 93,5 % fin 2013, soit près de 150 milliards d’euros !

Il ne sert à rien d’enfoncer des portes ouvertes en proclamant que « la France n’a pas à demander la permission de l’Allemagne de ne pas respecter l’objectif de 3 % de déficit en 2015 ». C’est tout simplement un fait ! Michel Sapin a concédé déjà que ce sera 4 % en 2014, avec une croissance zéro dans les 6 premiers mois et 0,5 % sur l’année.

Austérité et réformes structurelles sont les deux faces d’une même tragédie  

Les « réformes structurelles » sont des Robins des Bois à l’envers puisqu’elles redistribuent les richesses au profit du patronat en lui accordant, avec le pacte de responsabilité, 41 milliards d’euros de cadeaux fiscaux, chèque sans facture, sans contrepartie en termes d’investissement ou d’emplois. Michel Sapin s’indigne, aujourd’hui, que l’investissement des entreprises soit à la baisse et que le patronat ne tienne pas ses engagements. Mais c’est précisément là où le bât blesse : aucun engagement ne lui a été demandé !

Ces réformes agissent dans le même sens récessif et déflationniste que les politiques d’austérité. Elles entraînent la stagnation des salaires : le Smic n’a reçu aucun « coup de pouce » depuis 2012, au nom de la baisse du « coût du travail ». L’ANI du 11 janvier 2013 devenu la loi Sapin du 14 juin qui permet aux entreprises de licencier plus facilement exerce une pression à la baisse sur les salaires. Le coût de la réforme des retraites est assumé par les salariés et les retraités. Cela pèse sur la consommation et les « carnets de commande » des entreprises sont vides. Les attaques contre le droit du travail (fragilisation des contrats de travail, refus d’amnistier les syndicalistes, remise en question de l’indépendance de l’inspection du travail, suppression des élections prud’homales, proposition de gel des seuils sociaux ou « simplification » du code du travail) vont dans le même sens.

Quant à la réforme territoriale, elle achoppe sur de vraies questions : l’effet récessif qu’ont les baisses de dotations de l’Etat aux collectivités et de nouveaux déséquilibres entre les territoires.

L’avenir de la gauche se joue maintenant : vite un congrès du Parti socialiste !

« Il n’y a jamais une seule politique possible » avait affirmé François Hollande en 2012. En effet, il existe à l’Assemblée nationale une majorité rose, rouge, verte pour mener une autre politique – de gauche. Non au pouvoir personnel, pas question de dissolution, il faut l’unité de la gauche et le pouvoir au Parlement ! Les députés peuvent et doivent obliger l’exécutif. Pour une politique qui commencerait par suspendre le pacte de responsabilité et refuser de mettre en œuvre les « réformes structurelles » exigées par la Commission européenne. Une politique qui engagerait une vraie réforme fiscale et relancerait sans tarder la construction de logements répondant aux normes d’isolation thermique qu’exige l’indispensable transition énergétique. Une politique de relance des salaires, de contrôle des licenciements, de réduction de la durée du travail et de redistribution des richesses.

Cap suicide ou cap à gauche. Le choix d’un gouvernement Valls II est une vaine fuite en avant. En face, l’avenir de la gauche ne se joue pas seulement au Parlement mais aussi au Parti Socialiste qui n’a jamais voté « la politique de l’offre », encore moins celle de « baisse du coût du travail ». Les militants du Parti socialiste doivent pouvoir mettre leur veto à l’actuelle politique imposée par l’exécutif. L’exigence d’un congrès avant l’été 2015 est un minimum démocratique. Electeurs des primaires socialistes, vous êtes majoritairement mécontents de la politique actuelle du gouvernement, venez nous aider en adhérant aujourd’hui au Parti Socialiste, afin de changer de cap. Il est encore temps de « réussir le quinquennat » !

Gérard Filoche membre du BN du PS, Jean-Jacques Chavigné, Eric Thouzeau, Virginie Houadec, Johann Cesa, Gérard Berthiot, Jean Yves Lalanne, membres du CN, animateurs MLG (Maintenant la gauche) et de la revue « Démocratie & Socialisme ».

Retrouver ici l’extrait de Libération du 27 août 2014, page 22 au format pdf.


2 Comments »

  1. Alain GUILLOU dit :

    L’opportunisme dégouline
    Puis il vous tape sur les doigts
    Normal que çà vous fasses mal
    Pour lui vous votâtes sans râle

    Puis il vous tape sur les doigts
    Fini discours et vaseline
    Pour lui vous votâtes sans râle :
    On donne parfois trop de voix !

    Finis discours et vaseline
    Normal que l’on vous fasse taire
    On donne parfois trop de voix
    Retour au bercail du mystère…

    Chaises musicales, combines,
    Projet d’accord confidentiel,
    Paradis fiscaux et mystère :
    Honte trahison discipline !

    Achète enfer au prix du ciel
    L’Europe obéissante et sage
    Honte trahison discipline
    Impose sa « drôle de guerre »

    Europe obéissante et sage
    Bientôt l’Oncle Sam envisage
    De t’envoyer faire la guerre
    Normal que l’on te fasse taire !

    Bientôt l’Oncle Sam envisage
    De la déclarer à Poutine
    Normal que l’on te fasse taire :
    L’opportunisme dégouline !

    Sur un air de « La confitur’ ça dégouline »
    … »Faudrait contrôler sa tartine… »
    (les frères Jacques)

    Cette tribune dans Libé est bienvenue !
    Amitiés
    AG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *