RSS Feed

L’urgence du rassemblement

Écrit le 7 juin 2018 par Éric Thouzeau

Le rouleau compresseur néo-libéral est en marche. L’urgence est au rassemblement !

La première année du gouvernement Macron-Philippe a été marquée par la quasi-suppression de l’impôt sur la fortune, la baisse massive de l’impôt sur le revenu du capital avec au bas mot 5 milliards de rentrée fiscale en moins. La deuxième année sera-t-elle celle de la baisse des prestations sociales ? C’est à craindre. Un nouveau front de mobilisation est à ouvrir face à cette nouvelle attaque en préparation.

Grève des cheminots, lutte des jeunes contre la sélection

Une des obsessions du macronisme, c’est la lutte contre les protections collectives des salariés. Pour avancer sur cette voie, le pouvoir veut infliger une défaite à un bastion du syndicalisme, la SNCF. La haine des cheminots et de leur statut de la part des différents courants de la droite (LREM, LR, FN) tient à cette volonté de mise au pas d’un secteur combattif comme Thatcher l’avait fait avec les mineurs britanniques. Malheureusement pour les conservateurs et les libéraux de tout poil, la grève se poursuit dans l’unité. Sur la durée, elle est déjà la plus suivie depuis vingt ans (*). Un nouveau temps fort de cette grève est annoncé pour le 12 juin. Amplifions notre soutien à cette occasion !

Même si la fin de l’année scolaire approche, la lutte contre la sélection à l’entrée de l’université se poursuit. Parcours Sup met à nu toute l’idéologie individualiste du néo-libéralisme, la compétition de tous contre tous. La jeunesse est attaquée frontalement. La ségrégation sociale va être amplifiée. Des manifestations lycéennes ont lieu malgré l’approche du Bac.

Attaques contre notre protection sociale

La suppression des cotisations sociales s’amplifie pour laisser place à un financement par l’impôt. L’attaque est plus sournoise mais gravissime pour tout notre système de protection sociale. Macron veut réaliser le vieux rêve du patronat français : débarrasser les entreprises du financement de la Sécurité sociale, auquel elles ont été contraintes par le rapport de force social à l’issue de la deuxième guerre mondiale.

Le CICE va être transformé en baisse pérenne des cotisations patronales (**). Les cotisations salariales maladie et assurance chômage sont supprimées pour les remplacer par une fraction de contribution sociale généralisée (CSG). Pour la maladie et une part de l’assurance chômage c’est effectif depuis janvier. Et en octobre, la dernière partie de la cotisation chômage sera supprimée. Il y a bien une attaque qui vise à mettre fin au salaire socialisé, l’argent que les salariés mettent en commun pour faire face à la maladie, et au chômage, ou pour financer les retraites.

Macron entend ouvrir prochainement le front des retraites. Il s’agirait d’imposer un système par points pour en finir avec le système actuel à prestations définies. Ce dernier permet aujourd’hui à chacun de savoir combien il percevra en retraite. Dans un système par point c’est l’inverse. Le niveau des retraites n’est plus garanti. La valeur du point peut varier en fonction de la situation économique, des évolutions démographiques …

La gauche doit se rassembler 

Plus que jamais face au rouleau compresseur mis en œuvre par Macron, l’unité des partis et mouvements de gauche est indispensable. Le rassemblement engagé derrière les cheminots puis lors des manifestations du 26 mai doit se poursuivre en liant mobilisations et propositions communes.

Une première échéance s’annonce : les élections européennes. Si chaque formation décide d’y aller seul, l’échec collectif est assuré. Une liste de rassemblement de la gauche est-elle possible ? Oui, si elle se constitue sur une plateforme répondant aux urgences sociales et écologiques. La Gauche démocratique et sociale (GDS) participera à touts les initiatives qui permettront d’atteindre cet objectif. Le temps presse !

(*) Le Monde du 1 er juin

(** ) Baisse de la cotisation patronale maladie de 6 points pour les salaires de 1 à 2,5 fois le SMIC, complété par un allègement renforcé de 4,1 points au niveau du SMIC (dégressif jusqu’à 1,6 SMIC), soit un total de 10,1 points.


Pas de commentaire »

No comments yet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *