RSS Feed

Mot-clef : unité

  1. A gauche, ne pas se résigner à la dispersion

    Écrit le 31 octobre 2018 par Éric Thouzeau

    Un fasciste vient d’être élu président du Brésil. Raciste, sexiste, homophobe, partisan de la torture et du port d’arme, Bolsonaro a utilisé les méthodes de Trump pour sa campagne.

    L’idéologie de Bolsonaro est claire : autoritaire en politique, néo-libérale en économie, réactionnaire en matière de mœurs. Comme partout où l’extrême-droite arrive au pouvoir, c’est avec l’appui des puissances d’argent que Bolsonaro a gagné : les grands groupes privés de l’agrobusiness et les propriétaires fonciers ont largement financé sa campagne. Il va maintenant s’atteler à démanteler les acquis sociaux et démocratiques obtenus par les brésiliens ces dernières années.

    Droite et extrême-droite à l’offensive

    L’extrême-droite progresse aussi en Europe, seule ou alliée à d’autres forces de droite. A l’Est, l’Europe post-stalinienne n’a pas vu émerger de vrais partis de gauche. A l’Ouest,  une grande partie de la  gauche s’est adaptée au libéralisme plutôt que de lui résister. Résultat : désenchantement des citoyennes et citoyens de gauche, abstention massive aux élections. L’extrême-droite passe alors à l’offensive. Exemple dans  notre pays où elle cherche à récupérer la colère qui s’exprime à propos de la hausse des carburants. Lire la suite…


  2. Reconstruire l’unité d’action à gauche

    Écrit le 24 octobre 2018 par Éric Thouzeau

    Si chacun salue l’héroïsme et donc l’exemple des résistants au nazisme, nous sommes moins nombreux à défendre les « Jours heureux », premier intitulé du programme du Conseil national de la Résistance adopté le 15  mars 1944. Ce programme fut mis en oeuvre entre la Libération de 1944 et le début de 1946 (avec notamment la Sécurité sociale et la « retraite des vieux »). Les attaques actuelles contre les retraites et la Sécurité sociale sont soutenues par toutes les droites françaises (UMP, Modem, LREM, NR). Dans l’article ci-dessous, que j’ai écrit pour la lettre électronique de Démocratie&Socialisme, je reviens notamment sur la volonté de la droite et du patronat de « défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance » pour reprendre l’expression d’un ancien dirigeant du Medef.

    Après la remise en cause de l’accord sur le climat (COP 21) et de l’accord sur le nucléaire iranien,  Donald Trump vient d’annoncer le retrait des USA du traité de 1987 sur l’interdiction des armes nucléaires de portée intermédiaire (FNI). « Washington joue un jeu dangereux qui utilise les armes nucléaires comme outil de chantage international » (1). Le chaos s’installe chaque jour un peu plus dans le monde. « Société violente et chaotique » comme disait Jean Jaurès pour qui « le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée l’orage ». Lire la suite…


  3. Appel à toute la gauche : maintenant construire notre unité

    Écrit le 28 juin 2017 par Éric Thouzeau

    La Gauche démocratique et sociale (GDS) est un réseau de militant.e.s constitué autour de la revue Démocratie& Socialisme, dans la foulée de la campagne Filoche2017 pour les primaires. GDS regroupe des militants venant de plusieurs horizons. Certains sont à la gauche socialiste, d’autres en viennent, d’autres sont membres d’autres organisations. Ce réseau est ouvert à toutes celles et à tous ceux qui,  se reconnaissant dans la gauche et membres ou non d’un parti, veulent mettre « le social au coeur» (*) d’un nécessaire rassemblement de la gauche. Je reproduis ci-dessous la « lettre ouverte à toute la gauche » adoptée le week-end dernier lors du premier Conseil national de GDS. Lire la suite…


  4. Rassembler à gauche pour battre la droite

    Écrit le 20 mars 2014 par Éric Thouzeau

    inscrivez-vous-sur-les-listes-electorales_0Alors qu’il est de bon ton de disserter sur le désintérêt vis-à-vis de la « chose publique » (la « res publica »), plus de 926 000 de nos concitoyens sont pourtant candidats aux élections municipales du 23 mars. Ces élections ont un fort enjeu local. Il serait pourtant faux d’occulter la dimension nationale d’une telle consultation.

    La commune est, pour beaucoup, un échelon facile à appréhender et qui est lié à la vie quotidienne. Malgré cela, un taux d’abstention important est à craindre. Dans les grandes villes, même la municipalité n’apparaît pas nécessairement comme une structure  de proximité, et, dans une période de difficultés pour de nombreux salariés (chômage, salaires insuffisants, coûts des logements élevés…), aller voter n’est pas toujours évident. A cela s’ajoute, évidemment, la déception entraînée par la politique menée par la gauche au gouvernement. « Le changement, c’est maintenant » disait François Hollande. Reconnaissons que « maintenant » semble repoussé à une date indéterminée pour le salariat ! Lire la suite…