RSS Feed

Mot-clef : unité

  1. Macron toujours plus autoritaire et anti-social

    Écrit le 17 novembre 2020 par Éric Thouzeau

    Saisi par la Ligue des droits de l’Homme, le Haut Commissariat aux Droits de l’Homme de l’ONU a fait part de ses « sérieuses préoccupations » au sujet du projet de loi « Sécurité globale », craignant « que l’adoption et l’application de cette proposition de loi puissent entraîner des atteintes importantes aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales ».  On ne peut être plus clair ! Le pouvoir grignote les libertés année après année, loi après loi, état d’urgence après état d’urgence. Il espère que comme la grenouille placée dans un récipient contenant de l’eau chauffée progressivement, nous ne nous apercevions pas de cet autoritarisme d’État qui s’étend.

    Lire la suite…


  2. Additionner nos forces !

    Écrit le 2 septembre 2020 par Éric Thouzeau

    Ce n’est pas un hasard si c’est à l’université du Medef que Castex a présenté les grandes lignes du plan de relance gouvernemental. Devant les grands patrons,  il a détaillé les modalités de baisse des impôts de production de 20 milliards d’euros sur deux ans, une mesure que le Medef réclamait depuis le début du quinquennat. C’est une mesure dans la pure logique libérale sans lien avec la pandémie. Et une fois de plus, sans aucune condition sociale (maintien de l’emploi) ou environnementale. D’ailleurs devant le Medef, Castex n’a pas évoqué la transition écologique ou à peine ! Lire la suite…


  3. L’heure est à la contre-offensive et à l’unité

    Écrit le 2 juillet 2019 par Éric Thouzeau

    La police française est de plus en plus pointée comme  une des plus violentes d’Europe par la presse internationale (1). C’est qu’en effet Macron, Philippe et Castaner savent que leur politique anti-sociale, particulièrement brutale, ne passe pas sans répression des mouvements sociaux.

    Le ministre de l’écologie trouve normal que des policiers arrosent à hauteur des yeux des manifestants pacifiques, il traite François Ruffin de fasciste….mais ne trouve rien à dire sur les accords de libre-échange (UE-Canada et UE-Mercosur) (2). Preuve que se dire écologiste et siéger dans un gouvernement de droite est bien incompatible !

    Urgence pour les urgences et les hôpitaux

    Le mouvement de grève s’amplifie. Nous voulons un système de santé solidaire et de qualité. Cette grève est la nôtre. Refusons le pillage de la sécu, la non compensation des exonérations de cotisations sociales. Exigeons ensemble l’augmentation des moyens humains pour notre santé, et des salaires décents à l’hôpital, dans les EPHAD… Lire la suite…


  4. A gauche, ne pas se résigner à la dispersion

    Écrit le 31 octobre 2018 par Éric Thouzeau

    Un fasciste vient d’être élu président du Brésil. Raciste, sexiste, homophobe, partisan de la torture et du port d’arme, Bolsonaro a utilisé les méthodes de Trump pour sa campagne.

    L’idéologie de Bolsonaro est claire : autoritaire en politique, néo-libérale en économie, réactionnaire en matière de mœurs. Comme partout où l’extrême-droite arrive au pouvoir, c’est avec l’appui des puissances d’argent que Bolsonaro a gagné : les grands groupes privés de l’agrobusiness et les propriétaires fonciers ont largement financé sa campagne. Il va maintenant s’atteler à démanteler les acquis sociaux et démocratiques obtenus par les brésiliens ces dernières années.

    Droite et extrême-droite à l’offensive

    L’extrême-droite progresse aussi en Europe, seule ou alliée à d’autres forces de droite. A l’Est, l’Europe post-stalinienne n’a pas vu émerger de vrais partis de gauche. A l’Ouest,  une grande partie de la  gauche s’est adaptée au libéralisme plutôt que de lui résister. Résultat : désenchantement des citoyennes et citoyens de gauche, abstention massive aux élections. L’extrême-droite passe alors à l’offensive. Exemple dans  notre pays où elle cherche à récupérer la colère qui s’exprime à propos de la hausse des carburants. Lire la suite…


  5. Reconstruire l’unité d’action à gauche

    Écrit le 24 octobre 2018 par Éric Thouzeau

    Si chacun salue l’héroïsme et donc l’exemple des résistants au nazisme, nous sommes moins nombreux à défendre les « Jours heureux », premier intitulé du programme du Conseil national de la Résistance adopté le 15  mars 1944. Ce programme fut mis en oeuvre entre la Libération de 1944 et le début de 1946 (avec notamment la Sécurité sociale et la « retraite des vieux »). Les attaques actuelles contre les retraites et la Sécurité sociale sont soutenues par toutes les droites françaises (UMP, Modem, LREM, NR). Dans l’article ci-dessous, que j’ai écrit pour la lettre électronique de Démocratie&Socialisme, je reviens notamment sur la volonté de la droite et du patronat de « défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance » pour reprendre l’expression d’un ancien dirigeant du Medef.

    Après la remise en cause de l’accord sur le climat (COP 21) et de l’accord sur le nucléaire iranien,  Donald Trump vient d’annoncer le retrait des USA du traité de 1987 sur l’interdiction des armes nucléaires de portée intermédiaire (FNI). « Washington joue un jeu dangereux qui utilise les armes nucléaires comme outil de chantage international » (1). Le chaos s’installe chaque jour un peu plus dans le monde. « Société violente et chaotique » comme disait Jean Jaurès pour qui « le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée l’orage ». Lire la suite…