RSS Feed

Mot-clef : marche pour le climat

  1. Climat : « écoutez les scientifiques » !

    Écrit le 28 novembre 2019 par Éric Thouzeau

    Je reproduis ici un communiqué de presse de la Gauche démocratique et sociale (GDS44) à l’occasion des marches pour le climat de Nantes et Saint-Nazaire.

    Climat : écoutez les scientifiques !

    Contre Macron et son monde, celui du Black friday

    Les concentrations de CO2 ont battu un nouveau record en 2018,  jamais égalé depuis 3 à 5 millions d’années. Au rythme actuel, le Programme des Nations unies pour l’environnement estime à la veille de la COP25 que la température du globe pourrait atteindre + 3,9 °C d’ici à 2100, ce qui entraînerait « des impacts climatiques vastes et destructeurs ».

    Dans le monde entier, des révoltes populaires se produisent face aux dégâts sociaux et écologiques engendrés par la domination de la finance. En ce qui concerne la France, on apprend que les 4 plus grandes banques françaises continuent de soutenir activement les investissements dans les énergies fossiles (rapport Oxfam et Amis de la Terre).

    Les scientifiques nous alertent : pour maintenir le réchauffement à 1,5 °C, les pays devront réduire de 7,6% par an leurs rejets carbonés, alors qu’ils ont augmenté de 3,2% en 2018 ! « Ecoutez les scientifiques » disent avec raison les jeunes qui manifesteront à l’occasion de la troisième grève mondiale pour le climat.

    La Gauche démocratique et sociale (GDS44) appelle à participer aux marches pour le climat du 29 novembre à Saint Nazaire (13h30 devant Aristide Briand) et à Nantes (15h place Bretagne), et à soutenir les actions contre l’absurdité écologique du Black Friday.


  2. Un pouvoir toujours aussi sourd

    Écrit le 19 mars 2019 par Éric Thouzeau

    Trois grandes mobilisations ont lieu en ce mois de mars. La persistance de la révolte des gilets jaunes, la grève des jeunes et la marche du siècle pour le climat, les actions intersyndicales interprofessionnelles comme le 19 mars contre les choix économiques et sociaux du gouvernement. L’enjeu est bien de faire converger toutes ces luttes.

    Macron pensait avoir endormi tout le monde avec son « grand débat » qui n’est pourtant pas la réussite que le gouvernement se plaît à décrire. Sur les 75 000 personnes contactées pour les ateliers participatifs, 9 personnes sur 10 ont décliné la proposition (1). Par ailleurs 64% des français ne font pas confiance, à juste titre, au gouvernement pour répondre aux attentes qui se sont exprimées dans le grand débat (2).

    Une politique destructrice

    Cette méfiance des citoyens est d’autant plus compréhensible que le gouvernement poursuit sa politique destructrice. C’est la loi Blanquer qui, par exemple, porte un coup qui va dynamiter un peu plus le service public de l’éducation. Avec raison, la colère monte chez les enseignants et les parents d’élèves. C’est Agnès Buzyn qui provoque en parlant d’allongement de la durée du travail. C’est la loi Pacte qui prévoit des privatisations scandaleuses, comme celle d’Aéroport de Paris. Lire la suite…


  3. Communiqué des élus municipaux nantais de gauche

    Écrit le 15 décembre 2018 par Éric Thouzeau

    Je reproduis ici une déclaration commune des élus municipaux nantais de gauche à propos de la situation sociale, et dénonçant la politique du gouvernement vis-à-vis des collectivités locales. Les élus de la Gauche démocratique et sociale (GDS) en sont signataires.

    Le communiqué des élus nantais socialistes, écologistes, communistes, radicaux de gauche, UDB, MRC, GénérationS, GDS et société civile :

    « Depuis plus d’un mois, des milliers de Française et Français manifestent leur colère face à la politique du gouvernement. « Les gilets jaunes », portent la parole ce ceux qui n’en peuvent plus des fins de mois impossibles, n’en peuvent plus de mal vivre de leur travail.

    La réussite des marches pour le climat montre que les français.e.s ne sont pas dupes : l’urgence climatique et la transition écologique sont trop importantes pour être utilisées comme prétexte à une fiscalité injuste, en faveur des plus aisés. Pour eux c’est la suppression de l’ISF, c’est le plafonnement à 30 % de l’imposition des revenus du capital, la réduction de l’impôt sur les sociétés, la fin de la taxe sur les dividendes, allègement de la taxe sur les transactions financières, la baisse de l’impôt sur les sociétés pour un coût de 12 milliards d’euros l’an passé. Les allègements de cotisations sociales, qui représentaient 48 milliards d’euros en 2018, vont s’élever à plus de 60 milliards, sans aucune contrepartie en terme d’emploi. Lire la suite…