RSS Feed

Mot-clef : rassemblement à gauche

  1. Pourquoi GDS rejoint la démarche initiée par J. Rolland ?

    Écrit le 2 décembre 2019 par Éric Thouzeau

    Les militant.e.s nantais de la Gauche démocratique et sociale (GDS) viennent de rendre publique leur position pour les municipales à Nantes. Je reproduis ce texte ci-dessous. Ce texte fait suite aux différentes contributions déjà publiées : « Municipales à Nantes : premières réflexions et propositions » , « Rassembler le camp du social et de l’écologie » , « Rassembler à gauche » .

    Pour une action municipale sociale et écologique de proximité

    Pourquoi nous rejoignons la démarche de rassemblement engagée par J.Rolland ?

    La Gauche démocratique et sociale inscrit son choix d’alliance électorale avec Johanna Rolland dans un processus long. Quelques idées fortes ont guidé notre réflexion:

    1. Nous tenons à ce que la ville de Nantes soit gérée par la gauche,

    2. Nous constatons qu’il n’existe pas de divergences de vue trop appuyées entre les forces de gauche à Nantes qu’elles justifieraient une multiplicité de listes,

    3. Nous oeuvrons pour le rassemblement. Lire la suite…


  2. Adresse aux formations de la gauche nantaise

    Écrit le 23 septembre 2019 par Éric Thouzeau

    Je reproduis ici une « adresse aux formations de la gauche nantaise » des militant.e.s du réseau de la Gauche démocratique et sociale (GDS) à propos des municipales.

    La gauche dans sa diversité a décidé de se rassembler autour d’un projet commun à La Roche-sur-Yon. Ce qui est possible à La Roche-sur-Yon (voire à Marseille) ne le serait pas à Nantes ?

    Pour la Gauche démocratique et sociale (GDS), l’existence de plusieurs listes de gauche à Nantes ne se justifie pas politiquement. Les différences sont peu compréhensibles pour nos concitoyen∙ne∙s d’autant que depuis des années, l’essentiel des forces de gauche participent ensemble à la gestion de la ville.

    Lire la suite…


  3. Ni Macron, ni Le Pen !

    Écrit le 22 mai 2019 par Éric Thouzeau

    Ce n’est plus à démontrer, tant les exemples sont nombreux : la politique de Macron est néfaste pour les salariés, qu’ils soient en activité, à la retraite ou privés d’emploi. C’est le cas pour la Sécu. Jusqu’à présent quand l’Etat décidait une baisse de cotisations sociales, il devait (même avec retard)  la compenser. C’en est fini de cette règle : les 2,5 milliards d’exonération sur les heures supplémentaires décidées par Macron seront à la charge de la sécu !

    Une politique néfaste

    Cette politique est également néfaste pour les libertés. Il y a bien sûr la répression des manifs de Gilets Jaunes, mais aussi des aspects moins connus : le gouvernement a lancé une procédure accélérée pour un projet de loi liberticide sur la distribution de la presse. Il s’agit ni plus ni moins que de mettre fin à l’égalité de traitement des titres qui permet à chacun d’eux d’être présents sur tout le territoire. Lire la suite…